Le HCR préconise le bon sens dans l'approche de l'UE envers les personnes fuyant la violence

Les débats clés, 7 février 2011

© HCR/M.Sheikh Nor
De nombreuses personnes ont fui la violence généralisée et son cortège de destructions aveugles en Somalie. Ci-dessus un groupe de Somaliens fuyant Mogadiscio.

BRUXELLES, Belgique, 19 janvier (HCR) Un haut responsable du HCR a remis en question l'approche adoptée par certains pays européens envers les personnes fuyant la violence généralisée et son cortège de destructions aveugles dans des pays comme l'Afghanistan, l'Iraq et la Somalie, affirmant que cette approche « va souvent à l'encontre du bon sens. »

Lors d'un forum organisé mardi à Bruxelles pour le lancement de l'Année de commémorations du HCR en Europe, Volker Türk, le Directeur de la protection internationale au HCR, a affirmé que certains Etats d'asile considéraient que les personnes fuyant les conflits ou la violence généralisée ne remplissaient pas les conditions d'obtention du statut de réfugié. Volker Türk estime que cette approche va à l'encontre de l'esprit de la Convention des Nations Unies de 1951 relative au statut des réfugiés, ajoutant que « la protection des réfugiés est l'objectif de la Convention. »

Volker Türk, dont le discours portait sur les lacunes en matière de protection en Europe, a fait référence au débat survenu au sein de l'Union européenne (UE) dans les années 80 et 90 sur « l'agent de persécution non étatique », certains pays prétendant que la persécution émanant d'agents non étatiques n'était pas suffisante pour mériter l'octroi du statut de réfugié. Ce débat est clos depuis l'adoption de la directive de l'UE dite « qualification », laquelle a opté pour une interprétation plus large de la persécution.

L'article 15 c) de ce texte prévoit que la protection subsidiaire est accordée aux civils qui subiraient des « menaces graves [?] en raison d'une violence aveugle ou en cas de conflit armé interne ou international » s'ils étaient renvoyés dans leur pays d'origine. Mais, d'après Volker Türk, cette disposition est formulée dans le « langage alambiqué des compromis politiques » et reste par conséquent peu utilisée.

Volker Türk a souligné le fait que, malgré l'adoption de la directive communautaire « qualification », certains pays européens continuaient de renvoyer des personnes dans des régions en proie à la violence généralisée comme l'Afghanistan, où la nature fluctuante et instable du conflit et la détérioration de la situation avaient conduit à une augmentation du nombre des victimes civiles, à des incidents sécuritaires plus fréquents et à des déplacements de population très importants.

Tandis que l'Europe se perd en conjecture sur des concepts juridiques, les pays asiatiques et africains accueillent un nombre important de victimes de la violence généralisée, a ajouté Volker Türk. Il a cité l'exemple de la Syrie accueillant des Iraquiens, du Pakistan accueillant des Afghans et du Kenya hebergeant des Somaliens en quête de refuge. Les débats juridiques ne devraient pas occulter « l'impératif de protection », a-t-il affirmé.

Volker Türk a indiqué que des chercheurs du HCR ayant examiné l'application de la directive avaient conclu à « une interprétation trop restrictive, défiant le bon sens dans plusieurs cas ». Il a ajouté que l'article 15 c) était peu utilisé au point qu'il risquait de devenir « une coquille vide en terme de protection. »

Cela semble être dû notamment aux approches restrictives adoptées dans l'interprétation des termes tels que « menace grave », « civile » et « aveugle » et au degré d'individualisation requis. Bien que les personnes ne soient pas reconnues en tant que réfugiées ou ne se voient pas accorder le bénéfice de la protection subsidiaire, elles sont souvent protégées contre le retour grâce à des statuts nationaux variés, qui ne sont cependant pas accompagnés d'un ensemble cohérent de droits.

L'année dernière, environ 20% des demandeurs d'asile en Europe provenaient d'Afghanistan, d'Iraq et de Somalie. La réponse à leurs besoins de protection varient toutefois d'un pays européen à l'autre et de nombreux Etats membres de l'UE ne partagent pas l'affirmation du HCR selon laquelle la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés peut et doit être interprétée de manière à protéger les personnes appartenant à des groupes importants dont la crainte de persécution est généralisée.

Knut Doermann, le chef du Service juridique au CICR (Comité international de la Croix-Rouge), a déclaré à l'assemblée que, face à de nouvelles formes de conflit, il faut tout de même continuer à protéger les victimes civiles.

Sir Stephen Sedley, magistrat à la Cour d'appel d'Angleterre et du Pays de Galles a qualifié la directive « qualification » de « texte mal rédigé » tandis que Katelijne Declerck de l'Association internationale des juges en droit des réfugiés a déclaré qu'elle espérait une interprétation plus cohérente de l'article 15 c) qui contribuerait à assurer une réponse plus cohérente face aux civils fuyant des situations de violence.

Judith Kumin, directeur du Bureau pour l'Europe du HCR et modérateur du débat, a fait remarquer que l'agence pour les réfugiés avait un rôle consultatif officiel concernant le régime d'asile européen commun et qu'elle travaillait également étroitement avec les Etats et les institutions de l'UE pour soutenir les efforts visant à instaurer un régime conforme à la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés et à combler les lacunes en matière de protection.

Le débat de mardi était organisé par le HCR pour discuter dans quelle mesure les personnes fuyant la violence généralisée et son cortège de destructions aveugles trouvaient une protection en Europe, et ce 60 ans après l'adoption de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés. Ont participé à ce forum des membres des instances judiciaires, des fonctionnaires gouvernementaux et européens, des universitaires et des représentants d'ONG.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Liens Internet autour de ce thème

Le HCR n'est pas responsable du contenu et de la disponibilité des sites Internet externes

Long voyage de retour vers Tombouctou

La guerre a atteint Tombouctou en avril dernier, quand des rebelles touaregs se sont emparés de cette ville antique du nord du Mali. Elle est rapidement tombée sous le contrôle des militants, qui ont commencé à imposer aux habitants une version stricte de la charia. Les femmes ont été forcées de porter le voile en public, des personnes suspectées d'adultère étaient fouettées ou lapidées, des voleurs ont eu les mains coupées et des chambres funéraires centenaires ont été détruites.

Des milliers de personnes ont alors fui Tombouctou et beaucoup ont trouvé refuge dans la capitale malienne, Bamako, au sud du pays. Fatima Nialy, une mère de quatre enfants, s'est jointe au flux des civils se dirigeant vers le sud car elle se sentait prisonnière dans sa propre maison à Tombouctou. A Bamako, elle et ses enfants - dont son bébé d'un mois - ont été pris en charge par des proches. Elle a vécu dans une chambre de la maison de son frère aîné.

En février 2013, peu de temps après que les forces françaises et maliennes aient libéré Tombouctou, Fatima a décidé de rentrer chez elle avec ses enfants. Le photographe Thomas Martinez les a suivis

Long voyage de retour vers Tombouctou

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

La distinction Nansen pour les réfugiés 2008 est remise au Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban.

Le coordonnateur britannique d'un programme d'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban, ainsi que son équipe composée de près de 1 000 démineurs civils - des Libanais pour la plupart - ont été nommés, par le HCR, lauréats de la distinction Nansen pour les réfugiés 2008.

Christopher Clark, un ancien officier de l'armée britannique, est devenu en 2003 responsable du Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban (UNMACC-SL). Ses équipes ont détecté et détruit des tonnes de munitions non explosées (UXO) et des dizaines de milliers de mines antipersonnel.

Ces chiffres incluent près de 145 000 sous-munitions, provenant de bombes à sous-munitions, trouvées au Sud-Liban après la guerre de cinq semaines ayant eu lieu mi-2006. Leur travail a permis à près d'un million de déplacés libanais par le conflit de rentrer chez eux en sécurité. Il a cependant eu un coût, 13 démineurs ont perdu la vie et 38 autres ont été blessés depuis 2006. Le Sud-Liban retrouve sa prospérité et la reconstruction se poursuit rapidement, en grande partie grâce au travail mené par les lauréats de la distinction Nansen 2008.

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

Un adolescent en exil

Comme tous les pères avec leurs fils, Fewaz et Malak ont parfois du mal à coexister. Une nouvelle coupe de cheveux et une cigarette en cachette peuvent déjà créer des tensions dans le petit appartement qui est leur chez-soi. Malgré cela, un lien puissant les unit : ces réfugiés syriens ont été bloqués pendant près d'un an dans un quartier pauvre d'Athènes.

Ils avaient auparavant fui leur maison avec le reste de la famille durant l'été 2012, après que la guerre ait commencé à tourmenter leur paisible vie. Depuis la Turquie, ils avaient tenté plusieurs fois la traversée périlleuse pour entrer en Grèce.

Malak, treize ans, a été le premier à passer la frontière marquée par le fleuve Evros. Mais Fewaz, sa femme et leurs deux autres enfants n'ont pas eu cette chance en mer. Ils avaient remis toutes leurs économies d'une vie pour tenter la traversée périlleuse de la Méditerranée. Ils ont été refoulés par les gardes-côtes grecs.

Lors de leur sixième tentative, le reste de la famille a traversé la frontière et le fleuve Evros. Sa femme et ses deux enfants ont rejoint l'Allemagne, mais Fewaz est parti vers Athènes pour retrouver Malak.

«Quand j'ai enfin vu mon père à Athènes, les mots ne suffisent pas pour décrire ma joie », dit Malak. Cependant, l'adolescent était hanté par le fait de perdre à nouveau son père. « Je crains que mon père soit arrêté, que ferais-je sans lui ? »

Jusqu'au regroupement de la famille, Malak et son père restent ensemble et se serrent les coudes. Le garçon apprend à se débrouiller en grec. Et Fewaz commence à s'habituer à la coupe de cheveux de son fils.

Un adolescent en exil