La situation globale des réfugiés évolue rapidement et nécessite de nouvelles approches

Articles d'actualité, 8 décembre 2010

© HCR/S.Hopper
Le Dialogue du Haut Commissaire a débuté aujourd'hui à Genève.

GENÈVE, 8 décembre (HCR) Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, António Guterres, a lancé un avertissement mercredi sur les lacunes grandissantes dans le cadre mondial de la protection de millions de personnes déracinées et apatrides à travers le monde, et il a appelé la communauté internationale à s'y adapter et à y répondre d'urgence.

Dans une allocution prononcée à Genève devant des délégués gouvernementaux et d'autres personnalités à l'occasion du Dialogue du Haut Commissaire, un rassemblement majeur se déroulant chaque année sur les politiques relatives au déplacement, António Guterres a déclaré que les certitudes héritées de la Deuxième guerre mondiale et de la Guerre froide ne suffisaient plus à assurer que toute personne ayant un besoin en matière de protection internationale en bénéficie.

« Les défis d'aujourd'hui sont interconnectés et complexes », a indiqué António Guterres. « L'accroissement démographique, l'urbanisation, le changement climatique, la rareté des ressources en eau ainsi que l'insécurité alimentaire et énergétique exacerbent un conflit et se rapprochent sur des modes nouveaux obligeant des personnes à fuir leurs pays. »

António Guterres, qui s'exprimait quelques jours avant le 60e anniversaire du HCR le 14 décembre prochain, a identifié trois domaines exigeant une attention particulière pour l'année prochaine et au-delà : « les lacunes en matière de protection » dans le système international pour la protection des personnes déracinées ; la charge disproportionnée incombant aux pays pauvres dans la responsabilité d'assurer une aide aux réfugiés ; et, les manquements de nombreux Etats pour réduire les cas d'apatridie un fléau privant, à travers le monde, des millions de personnes de la nationalité et d'autres droits humains.

Concernant les lacunes en matière de protection, António Guterres a affirmé que celles-ci découlaient de l'inadéquation des modalités de mise en œuvre des traités existants, du nombre insuffisant d'adhésions aux instruments internationaux pertinents ainsi que de lacunes dans le cadre applicable en matière de protection internationale.

António Guterres a également souligné la nécessité d'agir pour répondre à la liste de plus en plus longue des problèmes sur le déplacement pour lesquels aucune solution concertée d'envergure internationale n'existe actuellement. Ces problèmes concernent notamment les catastrophes naturelles, le changement climatique, les crises économiques et autres désastres causés par l'homme, les victimes de violences des gangs et la vulnérabilité naissant de l'incertitude des situations post-conflit.

Au sujet du partage de la charge, le Haut Commissaire a réitéré son appel lancé en octobre sur une « nouvelle entente » s'inscrivant dans une perspective selon laquelle les pays les plus exposés à l'arrivée de demandeurs d'asile depuis des Etats voisins ne restent pas isolés dans la gestion d'un déplacement. Actuellement, ce sont des pays en développement qui accueillent environ 80 % des réfugiés dans le monde.

António Guterres a indiqué que des modèles pour l'amélioration du partage de la charge existaient déjà, et il a souligné les efforts menés au niveau régional en Amérique latine et en Asie, notamment en Amérique du Sud avec l'initiative des « villes solidaires » qui favorise l'autosuffisance pour les réfugiés, ou une autre initiative intitulée « les frontières de la solidarité » et destinée à assurer que les situations d'afflux massif ne portent pas préjudice aux intérêts de la population d'accueil ainsi qu'en Asie, avec le processus de Bali visant à favoriser une approche élargie pour répondre aux mouvements complexes de populations et de réfugiés.

Sur l'apatridie, António Guterres a indiqué que la priorité absolue était d'encourager davantage de pays à adhérer, et à mettre en œuvre, les deux principales conventions relatives à l'apatridie. Après un demi-siècle voire davantage depuis leur création, la Convention de 1954 relative au statut des apatrides ne compte que 65 Etats contractants, alors que la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie en compte tout juste 37.

« L'absence de nationalité constitue déjà, en elle-même, la privation d'un droit humain fondamental », a indiqué António Guterres. « Par conséquent, l'accès des personnes ne pouvant exercer ce droit est inévitablement entravé à un large éventail d'autres droits. Il est possible qu'elles ne puissent pas travailler légalement ou voyager. Elles peuvent par ailleurs ne pas accéder aux soins de santé ou obtenir une éducation pour elles-mêmes ou leurs enfants. »

António Guterres a indiqué que le HCR souhaite que les Etats travaillent conjointement sur ce problème en 2011 pour des avancées concrètes dans tous ces domaines, et ce dans l'objectif d'une réunion ministérielle sur la protection internationale proposée en décembre l'année prochaine. Ces progrès pourraient notamment inclure des annonces d'adhésion aux conventions ou la levée de réserves, l'adoption de législations visant à améliorer la mise en œuvre des conventions au niveau national, l'aide à la résolution de situations prolongées en matière de déplacement ou d'apatridie ainsi que la collaboration avec d'autres Etats pour répondre à des défis rencontrés à l'échelle régionale.

Par Adrian Edwards à Genève

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Le Haut Commissaire

M. António Guterres a rejoint, le 15 juin 2005, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, dont il est le 10ème Haut Commissaire.

Le chef du HCR rencontre des réfugiés au Burkina Faso

Le 1er août, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres s'est rendu au nord du Burkina Faso avec Anne C. Richard, la Secrétaire d'Etat américaine adjointe à la Population, aux Réfugiés et à la Migration (BRPM). Au camp de Damba, ils ont rencontré des réfugiés maliens qui ont fui le Mali au cours des six derniers mois pour échapper à la poursuite du conflit et à l'instabilité politique. A ce jour, plus de 250 000 réfugiés maliens ont fui leurs maisons et trouvé refuge dans l'un des pays de la région, y compris 250 000 réfugiés maliens au Burkina Faso. L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a reçu seulement un tiers de l'appel de fonds de 153 millions de dollars dont elle a besoin pour fournir une aide vitale y compris des abris, de l'eau, des installations sanitaires, des soins de santé, des vivres et une protection aux réfugiés. Le HCR craint que la situation politique instable et l'urgence humanitaire au Mali ne génèrent d'autres afflux vers les pays voisins. colombienne.

Le chef du HCR rencontre des réfugiés au Burkina Faso

Angelina Jolie auprès des boat people à Malte et à Lampedusa

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie a rejoint le chef du HCR António Guterres sur l'île italienne de Lampedusa, pour y rencontrer des boat people ayant fui l'instabilité en Afrique du Nord.

Plus de 40 000 personnes, y compris des réfugiés et des demandeurs d'asile, ont traversé la mer Méditerranée à bord de bateaux bondés et ont débarqué sur la petite île de Lampedusa depuis le début de l'année.

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR se trouvait auparavant à Malte, où arrivent également des personnes ayant fui l'Afrique du Nord par la mer.

Angelina Jolie auprès des boat people à Malte et à Lampedusa

Angelina Jolie : mission en Equateur

Angelina Jolie s'est rendue en Equateur ce week-end, pour sa première mission en tant qu'Envoyée spéciale du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres.

En tant qu'Ambassadrice de bonne volonté du HCR, Angelina Jolie avait mené plus de 40 missions sur le terrain durant la dernière décennie. C'est son troisième voyage en Equateur. Ce pays accueille la plus importante population réfugiée en Amérique latine.

L'Equateur accueille actuellement environ 56 000 réfugiés et 21 000 demandeurs d'asile. Ce pays reçoit chaque mois 1 300 nouvelles demandes d'asile déposées par des ressortissants colombiens ayant fui leur pays. Beaucoup vivent dans des régions isolées et démunies qui sont situées près de la frontière colombienne.

Angelina Jolie : mission en Equateur

HCR Genève : Crise aigue Play video

HCR Genève : Crise aigue

En conclusion de la session annuelle de l'organe directeur du HCR, le Haut Commissaire António Guterres a souligné le nombre sans précédent de crises aigues auxquelles le HCR doit faire face.
Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syriennePlay video

Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syrienne

L'Emissaire spéciale du HCR Angelina Jolie et le chef de l'agence pour les réfugiés António Guterres rencontrent des réfugiés syriens en Jordanie et écoutent leurs témoignages déchirants.
Equateur : Visite d'António GuterresPlay video

Equateur : Visite d'António Guterres

Le chef du HCR António Guterres se rend en Equateur avant la Journée mondiale du réfugié et rend hommage à ce pays pour l'accueil qu'il réserve aux réfugiés.