Le HCR démarre le transfert de 3 500 réfugiés soudanais en République centrafricaine

Articles d'actualité, 16 novembre 2010

© HCR/N.Rost
Réfugiés soudanais dans le site de Sam Ouandja au nord-est de la République centrafricaine. Le HCR aide au transfert des réfugiés vers le sud.

BAMBARI, République centrafricaine, 16 novembre (HCR) L'agence des Nations Unies pour les réfugiés et le gouvernement centrafricain ont commencé à transférer quelque 3 500 réfugiés soudanais d'un camp situé à l'extrême nord-est du pays vers Bambari dans la partie plus sûre au sud-centre du pays.

Le pont aérien pour les réfugiés a commencé mercredi dernier et durera environ un mois. Le HCR organise quatre vols quotidiens avec des avions d'une capacité de 35 places, les avions plus grands ne pouvant pas atterrir sur la piste d'atterrissage dans le camp de Sam Ouandja. A ce jour, quelque 500 personnes ont été transférées.

La plupart des réfugiés présents à Sam Ouandja sont originaires de Dafak, une ville située à quelque 200 kilomètres, dans la région du Sud Darfour au Soudan. Ils ont franchi la frontière à pied en juin 2007 pour échapper aux combats et vivent depuis lors dans le camp de Sam Ouandja, dans des conditions devenues de plus en plus difficiles au cours des deux dernières années.

« Je suis très heureuse d'avoir été transférée ici avec mes enfants. J'espère vraiment que cela sera différent de Sam Ouandja et que nous pourrons démarrer une nouvelle vie paisible », affirme Mariam, qui a marché pendant 13 jours pour atteindre la République centrafricaine après avoir fui le Darfour.

Deux principaux facteurs ont rendu ce déplacement nécessaire. Le premier est lié à l'insécurité. Sam Ouandja est situé à seulement 80 kilomètres de la frontière avec le Darfour, dans une zone où le gouvernement n'est presque pas présent le camp a fréquemment été visité par des combattants. La présence de bandits armés et de rebelles, ainsi que le retrait des forces de maintien de la paix de l'ONU assurant la sécurité dans le camp, sont d'autres raisons justifiant le déplacement.

Deuxièmement, le HCR est confronté à d'immenses difficultés logistiques pour assurer le suivi et l'assistance des réfugiés dans cette région reculée de la République centrafricaine. Le mauvais état des routes a limité sa capacité à transporter de l'aide vers le camp. A la place des distributions mensuelles, la nourriture et l'aide ont été distribués tous les deux ou trois mois. Pendant la saison des pluies, les camions transportant l'aide mettent en moyenne 10 jours pour parcourir les quelque 950 kilomètres qui séparent la capitale Bangui de Sam Ouandja.

Le nouveau camp est situé juste à l'extérieur de Bambari, à 380 kilomètres au nord-est de Bangui et est plus accessible. Le camp a largement la capacité d'accueillir les personnes transférées. A leur arrivée, les réfugiés restent pendant cinq jours dans un camp de transit, le temps de construire de nouveaux abris familiaux avec les kits distribués par le bureau du HCR à Bambari.

« Ici nous vivrons en paix et dans la dignité », déclare Ahmat, un homme âgé d'environ 70 ans qui était à bord du premier vol de transfert. « Ici c'est vraiment différent de Sam Ouandja. Il y a des arbres partout. Mes enfants et moi serons en mesure de démarrer une nouvelle vie sans crainte », ajoute Awa, une veuve transférée avec ses quatre enfants.

En République centrafricaine, le HCR aide à protéger et à assister quelque 25 000 réfugiés congolais, tchadiens et soudanais ainsi que 192 000 personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays. Les trois principaux groupes relevant de la compétence du HCR sont les déplacés internes au nord et dans le Haut-Mbomou, les réfugiés soudanais qui sont actuellement transférés de Sam Ouandja et les réfugiés dans les zones urbaines et le Haut-Mbomou.

Par Djerassem Mbaiorem à Bambari, République centrafricaine

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise en République Centrafricaine : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de refugiés.

Donnez pour cette crise

2014 : Les réfugiés centrafricains subissent des attaques alors qu'ils fuient au Cameroun

Chaque semaine, environ 10 000 musulmans traversent la frontière vers l'est du Cameroun pour échapper à la violence qui déchire la République centrafricaine (RCA). Beaucoup parmi les nouveaux arrivants racontent avoir été attaqués à plusieurs reprises lors de la fuite en exil. Les miliciens anti-balaka ont bloqué les routes principales vers le Cameroun, forçant les civils à trouver d'autres itinéraires à travers la brousse. Beaucoup marchent durant deux à trois mois pour rejoindre le Cameroun. Ils arrivent en état de malnutrition et ils portent des blessures de machettes ou par balles.

Le HCR et ses partenaires ont mis en place des cliniques mobiles supplémentaires aux points de passage frontière pour fournir des soins d'urgence dès l'arrivée des réfugiés. L'agence des Nations Unies pour les réfugiés appuie également des dispensaires publics qui sont submergés par le nombre de réfugiés et leur mauvais état de santé.

Parallèlement, le HCR a transféré quelque 20 000 réfugiés qui vivaient en plein air dans les zones frontalières de Garoua Bouai et de Kenzou. Ils se trouvent désormais dans de nouveaux sites à Lolo, Mborguene, Gado et Borgop dans les régions de l'Est et de l'Adamaoua.

Depuis début 2014, le Cameroun a reçu près de 70 000 réfugiés centrafricains. Ce chiffre s'ajoute aux 92 000 réfugiés arrivés lors de précédents afflux survenus depuis 2004 pour échapper aux groupes rebelles et aux bandits qui écumaient le nord de leur pays.

Paul Spiegel et Michele Poletto, employés du HCR, se sont récemment rendus dans l'est du Cameroun et ils ont pris les photos suivantes avec leur iPhone ou un appareil photo.

2014 : Les réfugiés centrafricains subissent des attaques alors qu'ils fuient au Cameroun

Les souffrances insensées continuent en République centrafricaine

Un an après la prise de pouvoir par la Séléka, une coalition de groupes rebelles majoritairement musulmans en République centrafricaine (RCA), ce pays pauvre est englué dans une crise humanitaire qui s'aggrave, marquée par la brutalité et les déplacements massifs. Après sa visite dans la capitale, Bangui, le mois dernier, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres a décrit la situation en République centrafricaine comme « une catastrophe humanitaire d'une ampleur indescriptible ». Les origines du conflit intercommunautaire sont complexes et des attaques de représailles ont été commises ces dernières semaines sur des civils par la Séléka et les milices chrétiennes anti-balaka rivales. Une personne sur cinq a fui son foyer : quelque 625 000 personnes sont déplacées à l'intérieur du pays et 312 000 se trouvent dans les pays voisins. Quelque 2,5 millions de personnes ont besoin d'aide en RCA, mais les financements sont insuffisants et l'accès à d'importantes zones du pays est trop dangereux. Les déplacés internes sont dispersés partout, y compris plus de 54 000 à l'aéroport international de Bangui. Ils ont besoin d'aide et de protection. La photographe Annibale Greco s'est récemment rendue avec le HCR dans des zones où les déplacés ont trouvé refuge. Voici ses images.

Les souffrances insensées continuent en République centrafricaine

« La chose la plus importante que vous emporteriez » pour les réfugiés centrafricains

Au cours de l'année écoulée, le HCR a publié sur ses sites Internet une série de galeries de photos prises par le photographe américain Brian Sokol ayant pour thème les possessions que les réfugiés emportent avec eux lorsqu'ils sont forcés de fuir leur domicile. Nous nous sommes d'abord intéressés en août dernier aux réfugiés soudanais au Soudan du Sud, puis nous avons fait un reportage sur les réfugiés originaires de Syrie et du Mali.

Brian Sokol s'est rendu l'an dernier dans le nord de la République démocratique du Congo (RDC) pour poser cette question aux réfugiés originaires de la République centrafricaine : quel est l'effet personnel le plus important pour vous que vous ayez emporté ? Il a reçu encore une fois des réponses intéressantes de la part de tout un éventail de personnes originaires de régions rurales ou urbaines de la République centrafricaine, où les violences intercommunautaires ont dégénéré, échappant à tout contrôle. Leurs réponses sont présentées ici. La sandale d'une femme âgée, une paire de béquilles utilisée par un homme pour rejoindre un lieu sûr et la photo portée par un garçon de son père tué en sont quelques exemples. Un autre garçon a désigné les membres de sa famille ayant, comme lui, réussi à s'échapper comme son bien le plus précieux - ils sont nombreux à ressentir la même chose.

Depuis décembre 2012, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont fui la République centrafricaine vers des pays voisins. 60 000 personnes se sont ainsi retrouvées dans le nord de la RDC. Quelque 30 000 d'entre elles vivent dans quatre camps de réfugiés établis par le HCR. Les autres sont hébergées par des familles de la communauté locale. La majorité d'entre elles n'ont pas eu le temps de faire leurs bagages avant de s'enfuir. Elles ont fui les violences et le chaos et elles sont arrivées en RDC, exténuées et traumatisées. Elles n'ont été en mesure d'emporter que des effets essentiels et légers. Les photos qui suivent ont été prises au centre de transit de Batanga, dans le camp de réfugiés de Boyabo et dans le village de Libenge.

« La chose la plus importante que vous emporteriez » pour les réfugiés centrafricains

Soudan du Sud : La fuite de SannaPlay video

Soudan du Sud : La fuite de Sanna

L'année dernière, des raids aériens et des attaques terrestres sur des villages de l'Etat du Nil bleu au Soudan ont forcé des civils à fuir vers le Soudan du Sud. Sanna témoigne sur son voyage vers l'exil.
Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi Play video

Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi

Oumi a fui le Soudan avec son mari et ses enfants il y a trois mois lors d'un voyage qui a été tragique.
Ethiopie : Arrivée à AssosaPlay video

Ethiopie : Arrivée à Assosa

Zenab vivait dans le village de son mari dans l'Etat du Nil Bleu au Soudan, avant qu'il n'ait été attaqué. Elle a perdu trois frères et a ensuite traversé une épreuve difficile lors du voyage vers l'Ethiopie avec ses enfants.