Les réfugiés burundais commencent à rentrer depuis la RDC

Articles d'actualité, 5 octobre 2010

© HCR/M.J.Vega
Ce couple de personnes âgées a fait partie du premier convoi de rapatriement depuis la province du Sud-Kivu en RDC mardi.

CENTRE DE TRANSIT DE MUTUMBIZI, Burundi, 5 octobre (HCR) Le HCR a débuté mardi un programme de rapatriement assisté pour les réfugiés burundais en République démocratique du Congo avec un premier groupe de 244 personnes qui ont traversé la ville frontière de Gatumba.

Les réfugiés rapatriés aujourd'hui font partie d'une population de 10 000 réfugiés qui devraient rentrer au Burundi ces prochains mois au rythme d'un convoi par semaine. La plupart sont originaires des provinces de Bubanza, Bujumbura rural, Citiboke situées à l'ouest du Burundi ou de la province de Bururi, au sud du Burundi. Une fois de retour chez eux, ils bénéficieront des programmes d'intégration mis en œuvre par le HCR comprenant des soins de santé et l'éducation. Ils recevront également des kits d'abri.

Ce retour est le tout premier que le HCR a pu organiser depuis la province du Sud-Kivu en RDC, où l'insécurité avait jusque-là empêché toute opération de rapatriement. Sur place, les réfugiés ils sont 15 000 au total principalement dans les régions d'Uvira et de Fizi sont les derniers parmi des dizaines de milliers de Burundais qui avaient fui des affrontements ethniques dans leur pays d'origine en 1972 et plus tard au début des années 90.

L'auteur de cet article a accompagné des rapatriés dans l'un des camions effectuant le voyage de deux heures depuis un centre de transit à Uvira vers le Burundi. L'atmosphère était joyeuse, les réfugiés ont chanté durant la plupart du voyage. Ils ont dansé à leur arrivée au point de passage de frontière de Gatumba en voyant le drapeau burundais.

Une fois au Burundi, des femmes dans le véhicule de tête ont reconnu les routes qu'elles avaient empruntées lors de leur fuite vers la RDC. Dans leur joie, elles donnaient au chauffeur les directions à suivre à l'approche du centre de transit de Mutumbizi près de la capitale burundaise, Bujumbura, où les réfugiés ont reçu un repas chaud.

Les réfugiés ont également reçu des kits d'aide, incluant du matériel d'abri, des vivres et une allocation en espèces, pour les aider à recommencer leur vie dans leurs régions d'origine. Alors que certains n'ont eu qu'un trajet de deux heures depuis le centre de transit, d'autres ont dû attendre un autre jour pour arriver dans leurs villages.

« Je suis impatiente de rentrer à la maison », confie Elisabeth, 82 ans, qui avait fui le Burundi avec son mari en 1972. « Nous sommes partis il y a si longtemps que je ne sais pas ce que je vais retrouver, mais mon pays m'a beaucoup manqué. Je suis tellement heureuse d'être enfin de retour », a-t-elle ajouté avec un sourire rayonnant sur son visage ridé. Son village d'origine se trouve dans la province de Buburi au sud du pays.

Pierre, 22 ans, rentre au Burundi avec ses grand-parents, qui ont décidé de vivre leurs dernières années chez eux après plus de 30 ans d'exil au Burundi. « Je veux retourner parce qu'au Burundi je serai libre. Ici [en RDC] je n'ai pas d'identité », a indiqué Pierre, qui a étudié l'agronomie. « Je suis très content, mais j'ai peur aussi parce que je ne connais pas le Burundi. »

Parmi les réfugiés présents au Sud-Kivu, 10 000 d'entre eux ont fait part au HCR de leur souhait de rentrer dans leur pays d'origine. Parmi les 5 000 restants, un grand nombre souhaitent s'installer définitivement en RDC et le HCR travaille avec le gouvernement pour répondre aux besoins dans le cadre de leur intégration.

Avec la population de réfugiés burundais accueillie dans le Sud-Kivu, on compte quelque 16 500 réfugiés burundais en RDC et près de 80 000 dans d'autres pays voisins du Burundi. Durant les six dernières années, plus d'un demi-million ont effectué un retour librement consenti, la plupart avec le soutien du HCR. D'autres se sont intégrés localement dans leur pays d'exil : la Tanzanie, par exemple, a acccordé la citoyenneté à 162 000 d'entre eux.

Le Burundi est lui-même un pays accueillant des réfugiés avec quelque 41 000 réfugiés congolais présents dans quatre camps et en zone urbaine. Quelque 2 000 d'entre eux ont demandé l'aide du HCR pour rentrer en RDC cette année et le HCR espère commencer les rapatriements le 20 octobre. Ce programme de rapatriement volontaire entre les deux pays les Burundais dans une direction, les Congolais dans l'autre intervient après la signature d'un accord tripartite entre le HCR, le Burundi et la RDC en décembre l'année dernière.

Par Céline Schmitt au centre de transit de Mutumbizi, Burundi

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Rapatriés

Les rapatriés sont les personnes de retour chez elles. C'est la meilleure des solutions durables.

Rapatriement

Le HCR travaille avec le pays d'origine et les pays d'accueil pour aider les réfugiés à rentrer chez eux.

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

Les combats font rage dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sans aucune perspective d'accalmie en vue pour des centaines de milliers de Congolais forcés à fuir la violence et l'insécurité ces deux dernières années. Des vagues successives de conflit sont à l'origine de déplacements en continu, et souvent les familles sont séparées. Au moins un million de personnes sont déracinées dans le Nord-Kivu, la province la plus touchée. Après des années de conflit, plus de 1 000 personnes meurent chaque jour - principalement de faim ou de maladies qui pourraient être pourtant soignées. Dans certaines régions, deux femmes sur trois sont victimes de viols. Les enlèvements sont toujours fréquents, et des enfants sont recrutés de force pour combattre. Des cas de choléra et d'autres maladies se sont accrus, alors que la situation se détériore et que les organisations humanitaires luttent pour répondre aux besoins de la population.

Lorsque la crise de déplacement a empiré dans le Nord-Kivu en 2007, l'agence pour les réfugiés a envoyé plusieurs équipes d'urgence sur place et a mis en oeuvre des opérations dans plusieurs camps accueillant des déplacés. Les efforts d'assistance comprennent aussi l'enregistrement de la population déplacée et la distribution d'articles non alimentaires. Le HCR mène également un contrôle dans le domaine de la protection pour identifier les abus des droits humains et d'autres problèmes, auxquels sont confrontés les déplacés dans le Nord et le Sud-Kivu.

Juin 2009

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

La crise continue au Nord-Kivu

Dans la province du Nord-Kivu en RDC (République démocratique du Congo), l'insécurité persiste et plus de 500 000 personnes sont des déplacés internes. Un grand nombre d'entre eux sont déplacés pour la deuxième ou la troisième fois consécutive. Le conflit armé, la persécution des populations civiles, les meurtres, les enlèvements, les abus sexuels et le recrutement forcé des enfants sont les motifs de déplacement. Les signalements de viols et de meurtres se comptent par milliers. Quelque 176 000 déplacés vivent dans le district de Masisi, y compris 49 000 d'entre eux accueillis dans 19 camps. Les conditions de vie sont précaires, des familles entières vivent dans des huttes de fortune comptant une pièce unique sans eau potable ni accès aux services essentiels. Le HCR est préoccupé par la situation sécuritaire, les conditions de vie et l'avenir de ces personnes déplacées. Même si quelque 36 000 personnes auparavant hébergées dans des camps au Nord-Kivu ont réussi à rentrer dans leurs villages d'origine en 2010, environ 72 000 personnes restent déplacées à ce jour.

Le HCR coordonne la gestion de 31 camps de déplacés et fournit une assistance d'urgence. Ces camps sont localisés à travers tout le Nord-Kivu. Le HCR est confronté à des défis de taille en termes d'accès aux zones où les déplacés ont trouvé refuge et l'agence pour les réfugiés continue à réclamer l'accès humanitaire aux personnes dans le besoin afin de leur venir en aide.

La crise continue au Nord-Kivu

Tanzanie : Vers la citoyennetéPlay video

Tanzanie : Vers la citoyenneté

En 2007, le HCR et le gouvernement tanzanien lui ont donné le choix : retourner chez lui ou devenir citoyen tanzanien. Pour Michael Sheltieri Namoya, la décision a vite été prise.
RDC : retour à KimokaPlay video

RDC : retour à Kimoka

En 2007 et 2008, les conflits armés avaient contraint des centaines de milliers de Congolais à fuir la province du Nord-Kivu. Les habitants du village de Kimoka sont enfin de retour chez eux.
RDC : Au bord du gouffrePlay video

RDC : Au bord du gouffre

Fatuma Kapuweli, une mère chef de famille et déplacée interne en RDC, craint pour la sécurité et le bien-être de ses enfants.