Un boulanger colombien augmente son chiffre d'affaires grâce au HCR

Agir pour faire la différence, 6 septembre 2010

© HCR/L.Dobbs
Tout frais : Carlos Quintero sort quelques tourtes du petit four de sa boulangerie « Delicias del Valle ».

QUITO, Equateur, 6 septembre (HCR) La boulangerie de quartier « Delicias del Valle » à Quito fabrique des kilos de pâte depuis que Carlos Quintero, son propriétaire, a obtenu un micro-crédit avec l'aide de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés.

« Je peux vivre de mon commerce. Je prends en charge le loyer, la nourriture et les enfants », déclare ce réfugié de 48 ans aux visiteurs du HCR dans son petit magasin situé sur les pentes orientales du Pichincha, un volcan en activité surplombant la capitale équatorienne. « Je gagne environ 300 dollars par semaine et peux épargner entre 120 et 150 dollars. »

Les clients du boulanger sont essentiellement des réfugiés colombiens on estime à 40 000 le nombre de personnes relevant de la compétence du HCR à Quito, sur un total de 135 000 personnes dans l'ensemble du pays. Toutefois, environ 20% de sa clientèle est équatorienne sans doute le résultat de sa personnalité avenante, de ses qualités de boulanger mais aussi une preuve du type d'intégration que le HCR encourage pour les réfugiés dans les zones urbaines.

Les exilés peuvent trouver leurs spécialités préférées à la boulangerie « Delicias del Valle », dont le nom indique la région d'origine de Carlos Quintero. Il est en effet originaire de Cali, capitale du département instable de la Valle de Cauca, l'une des trois principales régions d'origine des réfugiés colombiens en Equateur.

« Je me spécialise dans les produits colombiens traditionnels, comme les buñuelos [beignets de maïs au fromage], les pandebonos [pains au fromage], les cuajadas, le pain colombien et le cake à l'orange », explique-t-il, tandis que la nourriture préparée par sa femme mijote sur le réchaud. Le couple sert également des plats colombiens et équatoriens dans leur petite échoppe à l'heure du déjeuner, ce qui leur apporte un complément de revenus.

La situation était pourtant loin d'être rose quand Carlos est arrivé en Equateur. « J'ai fui la Colombie en juin 2004 car j'étais persécuté et je craignais pour ma sécurité », explique cet homme qui a travaillé comme boulanger pendant 25 ans à Cali. « J'aime l'Equateur parce que c'est très calme et très sûr », ajoute-t-il.

Ce père de trois enfants a rapidement monté une petite boulangerie à Quito, mais comme de nombreux autres Colombiens en Equateur il s'est heurté à une certaine hostilité « parce qu' [il] était colombien et que les gens ne voulaient pas acheter chez [lui] ». Son commerce lui a cependant permis d'instaurer de bonnes relations avec ses voisins équatoriens.

L'an passé, Carlos a souhaité développer la boulangerie. Il a alors contacté le bureau du HCR à Quito pour demander de l'aide. Il a été orienté vers la Fundación Ambiente y Sociedad (FAS), un partenaire opérationnel local du HCR, qui octroie des micro-crédits afin de faciliter l'intégration des réfugiés colombiens, en particulier en zones urbaines.

L'organisation non gouvernementale lui a donné l'équivalent de 100 dollars d'équipement et de matériel ; il a également reçu un micro-crédit de 400 dollars de la part d'autres fondations. Le prêt en nature du FAS comprenait les pièces d'un four qu'il a lui-même assemblé pour économiser des frais.

Ces injections de capital ont permis à Carlos d'améliorer sa gamme de produits et sa production, ce qui lui a permis d'augmenter ses ventes et ses profits. Il a même pu embauché un Equatorien comme extra.

Fort de ce succès, Carlos a aujourd'hui de nouvelles ambitions. « J'ai besoin de plus d'argent », explique cet entrepreneur ambitieux. Il a ouvert un compte en banque en janvier et a demandé un crédit de 1000 dollars à la Fondation Maquita Cushundic, qui utilise les fonds du HCR pour aider les petits commerçants réfugiés et équatoriens vivant dans des communautés mixtes.

« J'ai été très bien soutenu [par le HCR et de ses partenaires] et je suis indépendant. Maintenant, le plus important pour moi, c'est de bénéficier d'un crédit », explique Carlos. Les équipements et le magasin serviront de garantie.

Soutenir l'intégration des personnes comme Carlos Quintero par le biais de prêts, de programmes de micro-crédit et de formations est l'une des politiques centrales du HCR. « Parmi les quelque 52 000 réfugiés reconnus à ce jour, 60 % sont dans des zones urbaines ce qui signifie que l'intégration sur place est la principale solution durable », explique Deborah Elizondo, représentante du HCR en Equateur. Seul un petit nombre bénéficie du programme de réinstallation.

En attendant, outre son souhait de voir son empire continuer à se développer, Carlos a quelques objectifs plus personnels. « J'ai des projets ; je veux construire une maison dans le quartier », explique-t-il. Cette nouvelle vie ne lui a pourtant pas fait oublier son pays d'origine. « Cali me manque, dit-il. Je voudrais rentrer un jour. »

Par Leo Dobbs à Quito, Equateur

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Colombie : Vivre dans les «barrios»

Après plus de quarante ans de guerre civile, la Colombie recense l'une des plus grandes populations de personnes déplacées au monde. Plus de deux millions de personnes ont été contraintes de fuir leurs maisons ; beaucoup d'entre elles ont quitté des régions rurales éloignées pour aller chercher une sécurité relative dans les villes.

Les familles de personnes déplacées échouent la plupart du temps dans des taudis à la périphérie des grandes villes, où elles vivent dans un grand dénuement. Juste à la sortie de Bogota, des dizaines de milliers de personnes déplacées vivent dans les bidonvilles de Los Altos de Cazuca et de Los Altos de Florida. Les déplacé internes n'ont pratiquement pas accès aux services de santé, d'éducation ou de logement décent. La sécurité est également un problème, des gangs et des groupes armés contrôlant les bidonvilles et prenant souvent pour cible les jeunes.

L'UNHCR travaille en collaboration avec les autorités dans une dizaine de communes à travers la Colombie afin de s'assurer que les droits des personnes déplacées soient respectés, y compris leur accès aux services de base : la santé, l'éducation et la sécurité.

Colombie : Vivre dans les «barrios»

Les populations indigènes en Colombie

Forcés de fuir la violence sévissant sur leurs territoires, les peuples indigènes en Colombie luttent pour éviter une rupture de leurs liens communautaires et culturels. On compte environ un million de personnes indigènes en Colombie. Elles appartiennent à 80 groupes différents et composent l'un des héritages autochtones les plus riches et les plus variés au monde. Mais le conflit armé interne frappe particulièrement sévèrement ces populations indigènes.

Comme de nombreux Colombiens, les peuples indigènes n'ont souvent pas d'autre choix que celui de fuir leurs terres pour échapper à la violence. Le déplacement forcé est tout spécialement tragique pour eux car ils sont attachés à leurs terres ancestrales par des liens très forts. Souvent leur survie économique, sociale et culturelle dépend de la préservation de ces liens. Selon l'Association nationale indigène colombienne (ONIC), quelque 18 groupes ethniques minoritaires se trouvent en danger réel d'extinction. L'UNHCR travaille avec eux pour les aider dans leur lutte à rester sur leurs terres ou pour reconstruire leur vie quand ils ont été forcés à fuir.

L'UNHCR aide aussi des réfugiés indigènes accueillis dans des pays voisins comme le Panama, l'Equateur, le Vénézuela et le Brésil. L'UNHCR développe une stratégie régionale pour mieux répondre aux besoins spécifiques des populations indigènes durant l'exil.

Les populations indigènes en Colombie

Réfugiés invisibles au Panama

La guerre civile en Colombie a forcé des millions de personnes à fuir de chez elles, dont des centaines de milliers qui ont cherché refuge dans d'autres pays de la région.

Au Panama, le long de la frontière avec la Colombie, la région de Darien est recouverte d'une épaisse jungle inhospitalière et accessible uniquement par bateau. Néanmoins, de nombreux Colombiens sont venus jusque-là pour trouver refuge, après avoir fui les groupes armés irréguliers qui contrôlent de vastes territoires de jungle de l'autre côté de la frontière.

De nombreuses familles réfugiées au Darien font partie de minorités éthniques de Colombie - indigènes ou afro-colombiennes - qui ont été particulièrement affectées par le conflit et déplacées en grand nombre. Ces dernières années, un nombre croissant de réfugiés colombiens ont également rejoint la capitale, Panama City.

Environ 12 500 Colombiens relevant du mandat de l'UNHCR se trouvent au Panama, mais beaucoup préfèrent ne pas se faire connaître des autorités et rester cachés. Venir en aide à cette population « invisible » est l'un des plus grands défis que rencontre l'UNHCR non seulement au Panama, mais aussi en Equateur et au Vénézuela.

Réfugiés invisibles au Panama

Equateur : Visite d'António GuterresPlay video

Equateur : Visite d'António Guterres

Le chef du HCR António Guterres se rend en Equateur avant la Journée mondiale du réfugié et rend hommage à ce pays pour l'accueil qu'il réserve aux réfugiés.
Angelina Jolie en EquateurPlay video

Angelina Jolie en Equateur

Angelina Jolie rencontre des réfugiés colombiens en Equateur durant sa première visite dans ce pays en tant qu'Envoyée spéciale du Haut Commissaire pour les réfugiés António Guterres.
Angelina Jolie en EquateurPlay video

Angelina Jolie en Equateur

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie est retournée dans le nord de l'Equateur, où elle a recontré des réfugiés colombiens.