De jeunes réfugiés soudanais sont finalistes d'un concours musical au Japon

Articles d'actualité, 26 juillet 2010

© HCR/D.S.Rygg
Les membres de l'un des groupes finalistes, les Golden Blue Girls Emanuel Sida, Scovia Daniel, Silvia Deva et Joséphine Poni Daniel (de gauche à droite) – durant une pause pendant la séance d'enregistrement à Nairobi.

NAIROBI, Kenya, 26 juillet (HCR) Joséphine Poni Daniel, une réfugiée soudanaise, est aussi timide que toute autre adolescente âgée de 16 ans sur un sujet qu'elle ne connaît pas. Toutefois demandez-lui de décrire sa passion, la musique. Alors son visage s'illumine, elle s'exprime de façon enjouée et elle a même son franc-parler.

« La musique, c'est vraiment sympa ; Quand j'écris des paroles ou quand je chante un morceau, je me sens bien et j'oublie mes problèmes », a indiqué Joséphine, chanteuse du groupe Golden Blue Girls, l'un des trois groupes finalistes d'un concours musical au Japon, un pays lointain. Le concours vise également à collecter des fonds et à faire connaître les besoins des réfugiés en matière d'éducation.

L'année dernière, un guitariste japonais appartenant au duo populaire Yuzu, a été touché par le talent musical des réfugiés vivant à Dadaab, un complexe comptant trois camps accueillant quelque 260 000 réfugiés dans l'est du Kenya. De retour au Japon, il a travaillé avec l'association de collecte de fonds Japan for UNHCR ainsi que l'organisation humanitaire FilmAid non seulement pour accroître la notoriété de réfugiés talentueux hors des frontières du Kenya mais également pour collecter des fonds au bénéfice du système d'éducation secondaire dans le camp.

De ce partenariat est né le concours Camp Beat Music, une source d'animation majeure pour les réfugiés, principalement des Somaliens, à Dadaab au début de cette année. Des éliminations successives ont permis la sélection de 21 groupes et chanteurs solistes, puis de trois finalistes, y compris la formation de Joséphine ainsi que deux autres chanteurs solistes de nationalités congolaise et somalienne. Les trois finalistes ont gagné un voyage à Nairobi pour y enregistrer une séquence vidéo professionnelle visant à présenter leur formation au public votant via Internet au Japon.

Joséphine et sa sœur âgée de 13 ans, Scovia, la choriste Silvia Deva, âgée également de 13 ans et le seul homme membre du groupe, le pianiste Emanuel Sida, 16 ans, avaient tous chanté dans un chœur à l'église avant d'avoir été forcés à fuir les combats survenant à Kajo Keji dans le Sud-Soudan en 2000. Ils étaient voisins dans leur village d'origine au Soudan et leurs familles sont à nouveau voisines dans le camp tentaculaire de Dagaheley au sein du complexe de Dadaab. Tout ce groupe d'adolescents est scolarisé dans le même établissement secondaire.

L'éducation est la priorité absolue des membres de ce quatuor, et elle est également le sujet de la chanson qui leur a permis d'être finalistes du concours. Hormis la chance d'aller à l'école à Dadaab, Emanuel admet que la vie au camp peut s'avérer difficile : « Il n'y a pas assez d'eau et de vivres, il fait très chaud et les gens n'ont rien à faire, ils perdent espoir. »

Toutefois dans le morceau original qu'ils ont enregistré à Nairobi pour le site Internet japonais Africa song ils se montrent plus optimistes.

« Je pense qu'il est important que le monde connaisse la beauté de l'Afrique », a indiqué Joséphine. « Lorsque les occidentaux entendent parler de l'Afrique, ils ne pensent qu'aux guerres et aux enfants affamés. Toutefois l'Afrique signifie tellement plus : L'Afrique, c'est l'amour, la beauté, les couleurs magnifiques et la musique. On peut mieux le comprendre en écoutant notre morceau de musique. »

Bien que le lauréat du concours ne sera pas annoncé au Japon avant la semaine prochaine, le fait de simplement participer a déjà incité le groupe Golden Blue Girls à rêver plus grand encore.

« Nous voulons être une source d'inspiration pour le monde », a expliqué Joséphine. Et Scovia a ajouté : « Nous voulons sortir un album et puis nous espérons devenir célèbres à travers le monde entier. »

Mais ne vous inquiétez pas si leur projet n'aboutit pas. Silvia a d'autres idées en tête pour son avenir : « Je serai Présidente du Sud-Soudan si notre carrière musicale ne décolle pas », a-t-elle affirmé en riant.

Par Dina Skatvedt Rygg
A Nairobi, Kenya

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise dans la corne de l'Afrique

Des dizaines de milliers de Somaliens fuient le conflit et la sécheresse vers Djibouti, l'Ethiopie et le Kenya.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Les trois camps de Dadaab, dont la capacité d'accueil était initialement prévue pour 90 000 personnes, comptent désormais une population d'environ 250 000 civils somaliens, ce qui fait de ce complexe accueillant des réfugiés l'un des plus grands et des plus surpeuplés au monde. Le HCR craint l'arrivée de dizaines de milliers d'autres réfugiés en 2009 dans cette région isolée située au nord-est du Kenya, alors que la situation continue à se détériorer dans leur pays en proie à des troubles.

Les ressources, comme l'eau et la nourriture, se réduisent dangereusement dans les camps surpeuplés, avec parfois 400 familles se partageant l'usage d'un robinet d'eau. Il n'y a plus de place pour monter de nouvelles tentes, et les nouveaux arrivants doivent partager des abris déjà surpeuplés avec d'autres réfugiés.

Début 2009, le Gouvernement kényan a donné son accord pour allouer des terres supplémentaires à Dadaab, ce qui permettra d'héberger quelque 50 000 réfugiés. Les photos ci-après montrent les conditions de vie dans le camp de Dadaab en décembre 2008.

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Tchad : l'éducation en exil

L'UNHCR s'associe avec le Ministère de l'éducation et des partenaires ONG pour améliorer l'éducation des réfugiés soudanais au Tchad. La violence continue dans la région ouest du Darfour, au Soudan, a déraciné deux millions de Soudanais dans leur propre pays et a fait fuir quelque 230 000 personnes de l'autre côté de la frontière dans l'est du Tchad. Les réfugiés sont hébergés dans 12 camps au Tchad. Bien que le taux d'inscription à l'école dans les camps au Tchad soit élevé, l'assiduité est variable. Le manque d'instituteurs qualifiés et de fournitures scolaires perturbe le déroulement des classes. Par ailleurs, de nombreux enfants sont accaparés par les tâches domestiques, tandis que d'autres arrêtent l'école pour travailler dans des familles tchadiennes. La fréquentation des filles est moins régulière, surtout après leur mariage qui a lieu généralement lorsqu'elles ont 12 ou 13 ans. Pour les garçons et adolescents, fréquenter l'école diminue le risque d'être recruté par différents groupes armés opérant dans la région.

L'UNHCR et ses partenaires continuent de former et de rémunérer les instituteurs au sein des 12 camps de réfugiés, assurant ainsi une éducation de qualité aux enfants réfugiés. Les ONG partenaires entretiennent les écoles et fournissent les uniformes aux écoliers. L'UNICEF distribue des livres, des cahiers et des fournitures. En août 2007, l'UNHCR, l'UNICEF et le Ministère de l'éducation tchadien ont travaillé conjointement pour améliorer l'éducation des Soudanais déracinés par le conflit au Darfour.

Tchad : l'éducation en exil

Soudan du Sud : La fuite de SannaPlay video

Soudan du Sud : La fuite de Sanna

L'année dernière, des raids aériens et des attaques terrestres sur des villages de l'Etat du Nil bleu au Soudan ont forcé des civils à fuir vers le Soudan du Sud. Sanna témoigne sur son voyage vers l'exil.
Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi Play video

Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi

Oumi a fui le Soudan avec son mari et ses enfants il y a trois mois lors d'un voyage qui a été tragique.
Ethiopie : Arrivée à AssosaPlay video

Ethiopie : Arrivée à Assosa

Zenab vivait dans le village de son mari dans l'Etat du Nil Bleu au Soudan, avant qu'il n'ait été attaqué. Elle a perdu trois frères et a ensuite traversé une épreuve difficile lors du voyage vers l'Ethiopie avec ses enfants.