Intégrer le traitement et la prévention du VIH dans l'est de la RDC

Agir pour faire la différence, 13 juillet 2010

© HCR/C. Schmitt
Le docteur Mukuna Ghislain (à gauche) d'Oxfam Québec dirige le programme financé par le HCR pour la lutte contre le VIH à Dungu dans le nord-est de la République démocratique du Congo. Il rencontre le personnel infirmier qui a suivi des formations dans le cadre de ce projet.

DUNGU, République démocratique du Congo, 13 juillet (HCR) Joséphine est l'une des 250 000 personnes déracinées de force dans cette région isolée et en proie au chaos, à l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

Le motif de sa fuite et celle de tant d'autres est l'une des milices armées les plus cruelles au monde, l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), tristement célèbre pour ses exactions contre les civils. Agée de 35 ans, Joséphine est arrivée au site de Li-nakofu accueillant des personnes déplacées internes à la suite d'une attaque de la LRA contre son village. En avril, la LRA a de nouveau perpétré une attaque, cette fois à 500 mètres de l'installation où les personnes avaient trouvé refuge après de précédentes exactions de ce groupe armé. Durant l'attaque, deux de ses filles âgées de 9 et 11 ans ont été kidnappées ainsi qu'une autre fillette de 12 ans. Les jeunes filles ont été relâchées depuis, mais la LRA continue de rôder non loin du site.

Dans cette région de l'est de la RDC, pas un jour ne se passe sans que des personnes soient frappées directement ou aient vent d'attaques menées par la milice. Toutefois après avoir été forcés de quitter leur maison, les personnes déplacées continuent de souffrir. Elles sont victimisées une deuxième fois, car elles subissent des violences sexuelles, des extorsions et leur famille est séparée. Les rares infrastructures en place pour les aider sont souvent détruites par les milices, qui visent souvent les centres de santé et les écoles. Par ailleurs, le taux élevé d'infection au VIH est moins visible mais tout aussi néfaste.

Depuis 2009, le HCR gère un programme de lutte contre le VIH comprenant une approche intégrée pour répondre aux besoins des populations locale et déplacée, tout en améliorant la qualité des services de santé disponibles.

Le programme vise à lutter contre l'infection au VIH en s'attachant à promouvoir l'usage du préservatif, les techniques de transfusion de sang non contaminé, le traitement des maladies sexuellement transmissibles et la prévention de la transmission mère-enfant. Il fournit également le dépistage volontaire ainsi que l'aide psychologique et la prophylaxie post-exposition en cas de violence sexuelle.

Le docteur Mukuna Ghislain, coordonnateur du projet de lutte contre le VIH pour Oxfam Québec, un partenaire opérationnel du HCR, se félicite de l'approche intégrée qui est à la base de ce projet : « Ce n'est pas la peine d'avoir un programme de lutte contre l'infection par le VIH s'il n'intègre pas la prévention », a-t-il expliqué. « Dans la lutte et la prévention contre le VIH, il faut répondre à de multiples problèmes. »

On compte plus de 100 000 personnes vivant dans la zone de santé de Dungu, une région divisée en 20 sections, dont trois sont inaccessibles en raison de l'activité de la LRA. L'hôpital de Dungu est le seul endroit où peut s'effectuer le dépistage du VIH. Le docteur Benjamin Manano, directeur de cet hôpital, a indiqué que 65% des personnes hospitalisées et infectées par le VIH sont des femmes.

Le docteur Ghislain estime toutefois que le programme donne déjà des résultats prometteurs. « Avant la mise en œuvre de ce projet », a expliqué le docteur Ghislain, « les soins étaient limités pour les personnes souffrant de maladies sexuellement transmissibles. Désormais, non seulement les soins de santé existent, mais les techniciens et les personnels de santé ont également suivi des formations. » Il attribue la participation communautaire et l'appropriation par les parties concernées au succès de ce programme. Toutefois le programme reste confronté à des défis.

L'accès aux bénéficiaires, qui sont des personnes déplacées et se cachant souvent dans des régions très isolées et peu sûres, est l'obstacle le plus important pour le HCR et ses partenaires. Le travail est difficile et dangereux.

Le prix de la consultation est un autre problème. Une visite à l'hôpital de Dungu coûte un dollar, une consultation avec une infirmière coûte cinquante cents. Même ce prix infime est au-delà des moyens de nombreuses personnes déplacées.

On compte actuellement plus de 1,8 million de personnes déplacées internes en République démocratique du Congo. Le HCR manque de financement pour ses programmes en matière de protection et d'assistance au bénéfice de ces personnes déplacées parmi les plus vulnérables au monde.

Par Céline Schmitt à Dungu, République démocratique du Congo.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

Les combats font rage dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sans aucune perspective d'accalmie en vue pour des centaines de milliers de Congolais forcés à fuir la violence et l'insécurité ces deux dernières années. Des vagues successives de conflit sont à l'origine de déplacements en continu, et souvent les familles sont séparées. Au moins un million de personnes sont déracinées dans le Nord-Kivu, la province la plus touchée. Après des années de conflit, plus de 1 000 personnes meurent chaque jour - principalement de faim ou de maladies qui pourraient être pourtant soignées. Dans certaines régions, deux femmes sur trois sont victimes de viols. Les enlèvements sont toujours fréquents, et des enfants sont recrutés de force pour combattre. Des cas de choléra et d'autres maladies se sont accrus, alors que la situation se détériore et que les organisations humanitaires luttent pour répondre aux besoins de la population.

Lorsque la crise de déplacement a empiré dans le Nord-Kivu en 2007, l'agence pour les réfugiés a envoyé plusieurs équipes d'urgence sur place et a mis en oeuvre des opérations dans plusieurs camps accueillant des déplacés. Les efforts d'assistance comprennent aussi l'enregistrement de la population déplacée et la distribution d'articles non alimentaires. Le HCR mène également un contrôle dans le domaine de la protection pour identifier les abus des droits humains et d'autres problèmes, auxquels sont confrontés les déplacés dans le Nord et le Sud-Kivu.

Juin 2009

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

La crise continue au Nord-Kivu

Dans la province du Nord-Kivu en RDC (République démocratique du Congo), l'insécurité persiste et plus de 500 000 personnes sont des déplacés internes. Un grand nombre d'entre eux sont déplacés pour la deuxième ou la troisième fois consécutive. Le conflit armé, la persécution des populations civiles, les meurtres, les enlèvements, les abus sexuels et le recrutement forcé des enfants sont les motifs de déplacement. Les signalements de viols et de meurtres se comptent par milliers. Quelque 176 000 déplacés vivent dans le district de Masisi, y compris 49 000 d'entre eux accueillis dans 19 camps. Les conditions de vie sont précaires, des familles entières vivent dans des huttes de fortune comptant une pièce unique sans eau potable ni accès aux services essentiels. Le HCR est préoccupé par la situation sécuritaire, les conditions de vie et l'avenir de ces personnes déplacées. Même si quelque 36 000 personnes auparavant hébergées dans des camps au Nord-Kivu ont réussi à rentrer dans leurs villages d'origine en 2010, environ 72 000 personnes restent déplacées à ce jour.

Le HCR coordonne la gestion de 31 camps de déplacés et fournit une assistance d'urgence. Ces camps sont localisés à travers tout le Nord-Kivu. Le HCR est confronté à des défis de taille en termes d'accès aux zones où les déplacés ont trouvé refuge et l'agence pour les réfugiés continue à réclamer l'accès humanitaire aux personnes dans le besoin afin de leur venir en aide.

La crise continue au Nord-Kivu

RDC : retour à KimokaPlay video

RDC : retour à Kimoka

En 2007 et 2008, les conflits armés avaient contraint des centaines de milliers de Congolais à fuir la province du Nord-Kivu. Les habitants du village de Kimoka sont enfin de retour chez eux.
RDC : Au bord du gouffrePlay video

RDC : Au bord du gouffre

Fatuma Kapuweli, une mère chef de famille et déplacée interne en RDC, craint pour la sécurité et le bien-être de ses enfants.