Les Ouzbeks et les Kirghizes s'engagent ensemble pour la réconciliation

Articles d'actualité, 8 juillet 2010

© HCR/I.Ciobanu
Des Kirghizes et des Ouzbeks se réunissent dans une mosquée pour partager un thé, de la nourriture et l'espoir d'un avenir meilleur à Suzak, près de Djalal-Abad, au sud du Kirghizistan.

Djalal-Abad, 8 juillet (HCR) Plus de 600 personnes se sont réunies mercredi dans une mosquée près de Djalal-Abad, une ville du sud du Kirghizistan, dans l'objectif de promouvoir la réconciliation entre les communautés kirghizes et ouzbèkes après la vague de violence ayant balayé la région le mois dernier.

Les représentants de la communauté kirghize, coiffés de leurs grands chapeaux blancs caractéristiques, se sont rassemblés avec leurs voisins ouzbeks autour d'un thé et de pastèques pour partager l'espoir d'un avenir meilleur. Les autorités locales ont appelé d'urgence au pardon et se sont engagées à traduire en justice les auteurs des violences.

Avec seulement quatre maisons incendiées, la communauté de Susak a été relativement épargnée par la violence ayant ravagé d'autres régions du sud du Kirghizistan en juin. Les villageois ont également prêté assistance aux milliers de réfugiés de Djalal-Abad qui ont traversé leur village lors de leur fuite vers l'Ouzbékistan.

« Ces personnes ont trouvé la sécurité à Suzak. Nos habitants les ont nourries et nous étions le centre de l'humanité », a expliqué Abdumutallib Turgunbaev, l'un des organisateurs de la réunion de réconciliation. « Nous avons donc estimé que nous pouvions organiser cette réunion pour faire la paix », a-t-il ajouté.

Abdumutallib Turgunbaev a exprimé le souhait que cette réunion marque le début d'un effort plus large de promotion pour le rétablissement de la paix dans l'ensemble du pays. « Nous voulons montrer notre unité et notre humanité. Nous ne voulons pas que cela s'arrête. Nous voulons que les autres districts et régions de tout le Kirghizistan soient ensemble, se rassemblent, mangent ensemble et fassent la paix », a-t-il affirmé.

S'adressant aux participants, le gouverneur de Djalal-Abad, Bektur Asanov, a assuré aux deux communautés que les autorités travaillaient d'arrache-pied pour arrêter et punir les auteurs de la violence.

« En tant qu'autorités, nous reconnaissons notre part de responsabilité dans ces événements mais, dans le même temps, tout citoyen de la République kirghize doit également reconnaître la sienne parce que nous n'avons pas été capables d'arrêter ces provocations et que plus de 50 personnes ont péri à Djalal-Abad à cause de cela », a déclaré Bektur Asanov. « Nous espérons que cette tragédie ne se reproduira jamais. Nous devons tirer les enseignements de nos échecs et de nos erreurs », a-t-il affirmé.

Un participant ouzbek, directeur d'une école locale, a déclaré que cette réunion constituait un pont important entre les deux groupes et que « l'amitié serait renforcée après cet événement ». « Il faudrait organiser le même type de réunion dans chaque district de Djalal-Abad et d'Och », a déclaré Rukhman Nisarmedin.

Selon lui, une étape possible vers la réconciliation consisterait à retirer l'indication de l'origine ethnique des cartes d'identité et des passeports. «Il devrait seulement être mentionné que vous êtes citoyen de la République du Kirghizistan et non que vous êtes ouzbek ou kirghize », a-t-il affirmé.

Un fonctionnaire kirghize à la retraite a déclaré qu'il participait à la réunion en tant que représentant d'un conseil de village voisin. Au plus fort des affrontements, Azam Niazbayev et d'autres anciens fonctionnaires s'étaient réunis pour empêcher la propagation de la violence.

« Les représentants de notre groupe sont présents aujourd'hui pour transmettre le message que nous vivons ensemble avec les Ouzbeks. Nous avons un marché où nous achetons et vendons des produits et nous souhaitons encourager les Ouzbeks qui ont encore peur à revenir au marché », a-t-il affirmé.

« Nous les implorons de revenir vivre à nouveau en paix ensemble », a-t-il ajouté.

Par Ariane Rummery, Djalal-Abad, Kirghizistan

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Manuel pour la protection des déplacés internes

Dans plus de 50 pays du monde entier, quelque 24 millions de personnes sont déracinées et déplacées dans leur propre pays suite à un conflit ou à des violations des droits de l'homme.

Personnes déplacées internes

Les personnes déplacées fuient en quête de sécurité dans d'autres régions au sein même de leur pays, où ils ont besoin d'une aide.

L'apatridie au Kirghizistan

Deux décennies après la désintégration de l'Union soviétique, des milliers de gens vivant dans d'anciennes Républiques soviétiques comme le Kirghizistan sont toujours confrontés à des problèmes de citoyenneté. Le HCR a recensé plus de 20 000 apatrides dans cette nation d'Asie centrale. Aucun pays ne reconnaît ces personnes comme ses ressortissants en vertu de sa législation. Si bon nombre d'entre eux relèvent en principe de la loi kirghize sur la citoyenneté, leur nationalité n'a pas été confirmée dans le cadre des procédures actuelles.

La plupart des apatrides vivant au Kirghizistan résident sur le territoire depuis de nombreuses années, ont de la famille proche dans le pays et sont bien intégrés, tant du point de vue social que culturel. Mais comme ils ne possèdent pas de documents d'identité, ils ne peuvent faire des choses que la plupart des gens tiennent pour acquises : remplir les formalités nécessaires pour se marier ou déclarer la naissance d'un enfant, voyager au Kirghizistan ou à l'étranger, toucher une pension de retraite ou des allocations sociales, ou encore posséder un bien. Ils sont plus exposés aux difficultés économiques, sont davantage touchés par le chômage et ne peuvent bénéficier pleinement du système public d'enseignement et de santé.

Depuis son accession à l'indépendance en 1991, le Kirghizistan a pris plusieurs mesures positives pour réduire et prévenir l'apatridie. En vertu de son mandat sur l'apatridie, le HCR prête son concours au pays, en dispensant des conseils sur la législation ou les pratiques, et en apportant une aide technique aux personnes chargées de résoudre les problèmes de citoyenneté. Les ONG partenaires de l'agence pour les réfugiés offrent une assistance juridique aux apatrides et les guident dans leurs démarches pour obtenir la nationalité.

Cependant, le problème de l'apatridie au Kirghizistan est complexe et des milliers de personnes, principalement des femmes et des enfants, se heurtent encore à des obstacles juridiques, administratifs et financiers lorsqu'elles cherchent à confirmer leur citoyenneté kirghize ou à obtenir la nationalité du pays. En 2009, avec le soutien du HCR, le gouvernement a adopté un plan d'action national pour prévenir et réduire l'apatridie. En 2011, l'organisation aidera les autorités à réviser le plan et à prendre des mesures concrètes pour le mettre en oeuvre. Tous les intervenants devront déployer un effort concerté, afin d'éviter que l'apatridie ne devienne un problème persistant, se transmettant de génération en génération.

L'apatridie au Kirghizistan

Long voyage de retour vers Tombouctou

La guerre a atteint Tombouctou en avril dernier, quand des rebelles touaregs se sont emparés de cette ville antique du nord du Mali. Elle est rapidement tombée sous le contrôle des militants, qui ont commencé à imposer aux habitants une version stricte de la charia. Les femmes ont été forcées de porter le voile en public, des personnes suspectées d'adultère étaient fouettées ou lapidées, des voleurs ont eu les mains coupées et des chambres funéraires centenaires ont été détruites.

Des milliers de personnes ont alors fui Tombouctou et beaucoup ont trouvé refuge dans la capitale malienne, Bamako, au sud du pays. Fatima Nialy, une mère de quatre enfants, s'est jointe au flux des civils se dirigeant vers le sud car elle se sentait prisonnière dans sa propre maison à Tombouctou. A Bamako, elle et ses enfants - dont son bébé d'un mois - ont été pris en charge par des proches. Elle a vécu dans une chambre de la maison de son frère aîné.

En février 2013, peu de temps après que les forces françaises et maliennes aient libéré Tombouctou, Fatima a décidé de rentrer chez elle avec ses enfants. Le photographe Thomas Martinez les a suivis

Long voyage de retour vers Tombouctou

Colombie : Vivre dans les «barrios»

Après plus de quarante ans de guerre civile, la Colombie recense l'une des plus grandes populations de personnes déplacées au monde. Plus de deux millions de personnes ont été contraintes de fuir leurs maisons ; beaucoup d'entre elles ont quitté des régions rurales éloignées pour aller chercher une sécurité relative dans les villes.

Les familles de personnes déplacées échouent la plupart du temps dans des taudis à la périphérie des grandes villes, où elles vivent dans un grand dénuement. Juste à la sortie de Bogota, des dizaines de milliers de personnes déplacées vivent dans les bidonvilles de Los Altos de Cazuca et de Los Altos de Florida. Les déplacé internes n'ont pratiquement pas accès aux services de santé, d'éducation ou de logement décent. La sécurité est également un problème, des gangs et des groupes armés contrôlant les bidonvilles et prenant souvent pour cible les jeunes.

L'UNHCR travaille en collaboration avec les autorités dans une dizaine de communes à travers la Colombie afin de s'assurer que les droits des personnes déplacées soient respectés, y compris leur accès aux services de base : la santé, l'éducation et la sécurité.

Colombie : Vivre dans les «barrios»

Kirghizistan : Un an aprèsPlay video

Kirghizistan : Un an après

Il y a un an, lors de l'éruption de violence au Kirghizistan, Saliya et sa famille se sont cachés dans la cave de leur maison durant trois jours, alors que les combats faisaient rage. Aujourd'hui la vie revient lentement à la normale.
Kirghizistan : La reconstructionPlay video

Kirghizistan : La reconstruction

Des milliers de personnes déplacées dans la ville d'Och sont confrontées à d'immenses difficultés pour la reconstruction de leur maison et pour recommencer une nouvelle vie.
Kirghizistan : Le retour des déplacésPlay video

Kirghizistan : Le retour des déplacés

La violence survenue début juin dans le sud du Kirghizistan a forcé quelque 400 000 personnes à fuir leurs maisons. Dans la région de Djalal-Abad, certains racontent ce qu'ils ont vécu durant la crise.