Le HCR et ses partenaires militent pour le programme européen commun de réinstallation

Articles d'actualité, 17 mai 2010

© HCR/H.Davies
Ces réfugiés éthiopiens suivent des cours d'anglais, après avoir été réinstallés au Royaume-Uni.

BRUXELLES, Belgique, 17 mai (HCR) La tentative conjointe du HCR pour obtenir des pays européens la mise en place d'un programme commun de réinstallation pour les réfugiés a pris forme ce mois-ci, grâce à un large éventail de parlementaires appelant à une augmentation significative du nombre de réfugiés réinstallés dans les pays de l'UE.

Cette manifestation de soutien est intervenue lors d'une réunion mercredi dernier au Parlement européen à l'occasion de la « Journée de sensibilisation sur les réfugiés et la réinstallation. » Le débat a également montré que la plupart des députés européens sont davantage influencés par des rencontres avec des personnes ayant besoin de protection plutôt que par des statistiques.

Vincent Cochetel, du HCR, notant que l'objectif de la réinstallation était de « sauver des personnes qui ne peuvent bénéficier d'une protection là où elles se trouvent, » a indiqué aux participants que les dossiers de candidature de 128 000 personnes avaient été soumis par le HCR à des pays de réinstallation l'année dernière.

Quelque 84 000 d'entre elles ont été acceptées par 26 pays, a ajouté Vincent Cochetel, qui dirige au HCR le service de la réinstallation. Toutefois seulement 6 800 d'entre elles se sont vus offrir une nouvelle vie dans des pays européens, en comparaison des 62 000 personnes acceptées par les Etats-Unis.

L'agence pour les réfugiés estime que près de 750 000 réfugiés auront besoin d'être réinstallés dans les deux ans qui viennent car ils ne peuvent ni s'installer dans leur premier pays d'asile ni rentrer en sécurité dans leur pays d'origine. Ces personnes représentent six pour cent de la population réfugiée dans le monde.

Plusieurs participants à la réunion de mercredi ont indiqué que leur volonté d'appuyer le programme de réinstallation en Europe s'était renforcée après avoir entendu des témoignages de réfugiés ou rencontré des réfugiés durant des missions d'enquête dans des pays d'accueil.

Rui Tavares, un député européen indépendant du Portugal, a présenté une mission sur le terrain lors de laquelle il a rencontré cette année des réfugiés iraquiens et palestiniens en Syrie comme un « voyage de l'espoir. » Peu après, Akoi Bazzie, un ancien réfugié libérien qui aide des réfugiés après avoir lui-même bénéficié d'une réinstallation au Royaume-Uni en 2004, a indiqué aux participants de la réunion : « Ce qu'ils veulent le plus, c'est rendre à la société ce qu'elle leur a donné. »

La Commission européenne avait proposé en début d'année un programme européen commun de réinstallation. Bien que la participation des pays se fera toujours sur une base volontaire, ce programme pourrait accélérer la réinstallation. La Commission de Parlement européen pour les libertés civiles, la justice et les affaires intérieures recommande qu'une unité permanente pour la réinstallation soit créée au sein de la Commission européenne et que le soutien financier de la Commission européenne pour le programme de réinstallation soit augmenté.

Les députés européens ayant participé à la réunion la semaine dernière ont convenu qu'il était nécessaire pour les Etats membres de l'UE d'approcher conjointement la réinstallation, et ce sur la base de critères communs. Ils ont également convenu que l'intégration réussie des réfugiés réinstallés dépendait de la participation active de la population et des autorités locales.

Le HCR fait pression depuis des années pour un programme européen commun de réinstallation. Vincent Cochetel a indiqué être encouragé par la volonté croissante des Etats membres d'accepter des réfugiés qui ne peuvent rentrer dans leur pays d'origine ou s'installer ailleurs dans la sécurité. Toutefois il a ajouté que « ce qui manque toujours, c'est une approche stratégique commune. »

L'Union européenne examine la réinstallation en tant qu'outil de protection depuis six ans. Le HCR, avec l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et d'autres partenaires, a facilité ces discussions lors de réunions organisées dans toute l'Europe. L'organisation a fait pression pour une politique globale et commune ainsi que pour un nombre accru de places de réinstallation. Le HCR a également organisé des missions d'enquête pour des députés européens afin qu'ils puissent rencontrer des réfugiés vulnérables et se rendre compte de leur situation par eux-mêmes.

Après une mission d'enquête européenne en Syrie, des Etats membres de l'UE ont accepté en 2008 de réinstaller près de 10 000 réfugiés iraquiens. La même année, un centre de transit d'urgence a été ouvert en Roumanie pour des cas urgents de réinstallation.

Par Melita H. Sunjic à Bruxelles, Belgique

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Manuel de réinstallation du HCR

Un document de référence dans l'élaboration des critères régissant la réinstallation et des différentes approches en matière de politique de réinstallation.

Réinstallation

Cette alternative, offerte à ceux qui ne peuvent pas rentrer chez eux, est rendue possible par le HCR et les gouvernements.

Liens Internet autour de ce thème

Le HCR n'est pas responsable du contenu et de la disponibilité des sites Internet externes

Long voyage de retour vers Tombouctou

La guerre a atteint Tombouctou en avril dernier, quand des rebelles touaregs se sont emparés de cette ville antique du nord du Mali. Elle est rapidement tombée sous le contrôle des militants, qui ont commencé à imposer aux habitants une version stricte de la charia. Les femmes ont été forcées de porter le voile en public, des personnes suspectées d'adultère étaient fouettées ou lapidées, des voleurs ont eu les mains coupées et des chambres funéraires centenaires ont été détruites.

Des milliers de personnes ont alors fui Tombouctou et beaucoup ont trouvé refuge dans la capitale malienne, Bamako, au sud du pays. Fatima Nialy, une mère de quatre enfants, s'est jointe au flux des civils se dirigeant vers le sud car elle se sentait prisonnière dans sa propre maison à Tombouctou. A Bamako, elle et ses enfants - dont son bébé d'un mois - ont été pris en charge par des proches. Elle a vécu dans une chambre de la maison de son frère aîné.

En février 2013, peu de temps après que les forces françaises et maliennes aient libéré Tombouctou, Fatima a décidé de rentrer chez elle avec ses enfants. Le photographe Thomas Martinez les a suivis

Long voyage de retour vers Tombouctou

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

La distinction Nansen pour les réfugiés 2008 est remise au Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban.

Le coordonnateur britannique d'un programme d'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban, ainsi que son équipe composée de près de 1 000 démineurs civils - des Libanais pour la plupart - ont été nommés, par le HCR, lauréats de la distinction Nansen pour les réfugiés 2008.

Christopher Clark, un ancien officier de l'armée britannique, est devenu en 2003 responsable du Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban (UNMACC-SL). Ses équipes ont détecté et détruit des tonnes de munitions non explosées (UXO) et des dizaines de milliers de mines antipersonnel.

Ces chiffres incluent près de 145 000 sous-munitions, provenant de bombes à sous-munitions, trouvées au Sud-Liban après la guerre de cinq semaines ayant eu lieu mi-2006. Leur travail a permis à près d'un million de déplacés libanais par le conflit de rentrer chez eux en sécurité. Il a cependant eu un coût, 13 démineurs ont perdu la vie et 38 autres ont été blessés depuis 2006. Le Sud-Liban retrouve sa prospérité et la reconstruction se poursuit rapidement, en grande partie grâce au travail mené par les lauréats de la distinction Nansen 2008.

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

Nyakabande : Un havre de paix en Ouganda après avoir fui le conflit au Nord-Kivu

Le centre de transit de Nyakabande au sud de l'Ouganda a été rouvert par le HCR et les autorités ougandaises en février 2012 pour faire face au nombre croissant de civils congolais qui traversent la frontière pour échapper à l'anarchie généralisée dans la province du Nord-Kivu en République démocratique du Congo (RDC). Initialement prévu pour accueillir 500 personnes, le centre de transit a été submergé par des vagues d'arrivants fuyant la violence sévissant depuis avril entre les forces gouvernementales de la RDC et les combattants rebelles du mouvement M23. Le HCR a contribué à élargir la capacité d'accueil jusqu'à 11 000 personnes ainsi qu'à organiser le transport à partir de la frontière, mais l'afflux a porté une forte pression sur les installations. Le centre a enregistré et aidé plus de 51 000 personnes depuis janvier. La plupart d'entre elles sont originaires du Nord-Kivu. Au pic de l'afflux, en juillet dernier, le centre de transit accueillait plus de 10 000 réfugiés. Pour décongestionner le centre, le HCR a assuré le transport de plus de 30 000 Congolais vers l'installation de réfugiés de Rwamwanja, à environ 350 kilomètres au nord de Nyakabande. Pour beaucoup de ceux qui fuient l'est de la RDC, Nyakabande était une lueur d'espoir et un havre de paix après avoir fui le conflit déchirant leur région d'origine. Les derniers combats au Nord-Kivu en novembre n'ont pas eu beaucoup d'impact, mais des personnes continuent à arriver chaque jour.

Nyakabande : Un havre de paix en Ouganda après avoir fui le conflit au Nord-Kivu