Le rossignol retrouve sa voix grâce au HCR en Azerbaïdjan

Agir pour faire la différence, 12 mai 2010

© Esmira Oridjova/Way of Melancholy Zenfira
Des femmes déplacées à Qizil Gum travaillent à leur machine à coudre dans un nouveau centre d'aide psycho-sociale établi dans un ancien sanatorium.

Bakou, Azerbaïdjan, 12 mai (HCR) Gulshan* était alors une enfant épanouie. Elle avait une voix si douce que les habitants de son village dans le Haut-Karabakh l'avait appelée leur « rossignol. » Puis elle n'a plus rien chanté quand, dans cette région contestée, la guerre est arrivée en 1992, causant la mort de ses parents, de ses frères et de ses sœurs et forçant Gulshan à l'exil.

La jeune fille alors âgée de 10 ans et son grand-père ont trouvé refuge dans un ancien sanatorium situé près de Bakou, la capitale de l'Azerbaïdjan. Ce lieu a été utilisé pour héberger des personnes déplacées internes et originaires du Haut-Karabakh. Comme elle avait grandi dans un milieu familial matriarcal, Gulshan a éprouvé des difficultés à surmonter les souvenirs douloureux. Elle s'est repliée sur elle-même, développant un abattement léthargique et vivant en marge de sa communauté à Qizul Gum.

Pourtant, après deux décennies de dépression et de deuil, elle a récemment retrouvé une raison de vivre. L'élément déclencheur de ce nouvel espoir a été un projet à impact rapide mené par le HCR et offrant des cours de couture et de broderie ainsi qu'une chance de percevoir un revenu pour les femmes déplacées internes de la communauté de Gulshan.

« Je suis si heureuse d'avoir acquis des compétences de base qui me permettent de percevoir un revenu et de subvenir à certains de mes besoins domestiques », a déclaré Gulshan, qui vit seule depuis le décès de son grand-père il y a quelques années.

La formation à laquelle elle a assisté a été organisée par le partenaire du HCR, Way of mélancholy. Elle s'est déroulée dans un centre d'aide psycho-sociale pour les femmes déplacées situé en face de chez Gulshan. Celle-ci a expliqué qu'elle avait été agréablement surprise quand un responsable de la communauté lui avait demandé si elle acceptait d'y assister. Elle aide désormais à produire des articles comme par exemple des draps, des rideaux, des robes traditionnelles et des uniformes, qui sont vendus à des commerçants locaux.

Arun Sala-Ngarm, délégué du HCR en Azerbaïdjan, est heureux que l'agence pour les réfugiés puisse aider des personnes comme Gulshan. « J'en suis convaincu, Gulshan, après avoir retrouvé le moral et grâce à son courage, pourra acquérir encore de nouvelles compétences professionnelles et les appliquer avec succès dans la pratique. Cela l'aidera également à devenir autonome », a-t-il expliqué.

En effet, elle est désormais en mesure de subvenir à ses besoins avec l'argent qu'elle gagne grâce à ses nouvelles compétences. Elle n'a plus besoin d'aucune aide publique.

Gulshan devrait également plus facilement faire des projets pour son avenir et passer moins de temps à songer aux traumatismes du passé. Quand elle était encore une fillette dans son village, elle et ses amies ont eu une enfance heureuse avec un avenir prometteur.

Lors d'une nuit d'hiver rigoureux en février 1992, la famille de Gulshan et le reste de la population du village ont été forcés de quitter leur foyer pour échapper aux combats entre les forces arménienne et azérie. Ils ont essayé de se soutenir mutuellement durant leur fuite, mais beaucoup ont été arrêtés et emmenés en captivité. Gulshan a perdu ses parents, ses frères et ses sœurs.

Gulshan et son grand-père ont été également détenus avant d'être envoyés à Qizil Gum, où vivent quelque 4 000 personnes parmi un total estimé à 586 000 déplacés internes en Azerbaïdjan.

Leur sort est lié au différend en suspens entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie sur le Haut-Karabakh, actuellement sous contrôle arménien. Un grand nombre de personnes déplacées continuent de lutter pour trouver un emploi et vivre une vie normale et active.

Mais Gulshan et les autres femmes qui ont participé à ses formations ont des raisons d'être optimistes. Elles estiment que le projet du HCR les aidera à construire durablement leur vie à Qizil Gum. Et peut-être que la voix de rossignol de Gulshan sera de retour.

* Nom fictif pour des raisons de protection

Par Zenfira Seyidova à Bakou, Azerbaïdjan

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Femmes

Les femmes et les jeunes filles sont tout spécialement vulnérables aux abus dans des situations de déplacement massif.

Manuel pour la protection des déplacés internes

Dans plus de 50 pays du monde entier, quelque 24 millions de personnes sont déracinées et déplacées dans leur propre pays suite à un conflit ou à des violations des droits de l'homme.

Personnes déplacées internes

Les personnes déplacées fuient en quête de sécurité dans d'autres régions au sein même de leur pays, où ils ont besoin d'une aide.

Manuel du HCR pour la protection des femmes et des filles

Ce guide décrit certains des défis en matière de protection auxquels sont confrontées les femmes et les filles relevant de la compétence du HCR et esquisse diverses stratégies devant être adoptées avec les partenaires pour relever ces défis. Première édition, publiée en janvier 2008.

Femmes déracinées

Chaque population de réfugiés compte approximativement 50 pour cent de femmes et de jeunes filles. Privées de la protection de leur maison, de leur gouvernement et souvent de leur structure familiale, les femmes sont particulièrement vulnérables. Elles sont confrontées à toutes sortes de difficultés lors du long voyage vers l'exil, au harcèlement ou à l'indifférence des personnels de l'administration ainsi qu'à des abus sexuels fréquents, même après avoir rejoint un lieu sûr en apparence. Les femmes doivent faire face à ces menaces tout en restant nourrices, enseignantes, soutiens et protecteurs physiques de leur famille. Ces dernières années, le HCR a développé une série de programmes spécifiques pour assurer l'accès équitable des femmes à la protection ainsi qu'aux biens et aux services élémentaires, alors qu'elles tentent de reconstruire leur vie.

A l'occasion de la Journée internationale de la femme, le HCR rend hommage aux femmes déplacées, à travers une série d'images illustrant les difficultés auxquelles elles sont confrontées, mais aussi leur force et leur capacité d'adaptation.

Femmes déracinées

Femmes réfugiées

Si les femmes et les jeunes filles représentent environ 50 pour cent de la population mondiale des réfugiés, elles sont en revanche les plus vulnérables. Ce sont elles qui s'acquittent aussi des tâches essentielles dans les camps de réfugiés: s'occuper des enfants, participer aux projets de développement et veiller à la cohésion familiale.

En leur honneur et pour mettre l'accent sur leur situation souvent difficile, le Haut Commissaire aux réfugiés avait dédié la Journée mondiale du réfugié 2002 aux femmes réfugiées.

Les photographies de cette série soulignent les multiples rôles joués par les femmes déracinées à travers le monde. Qu'il s'agisse de la détermination de ces mères macédoniennes ramenant leurs enfants du Kosovo, de l'espoir de jeunes Sierra-léonaises réfugiées en Guinée ou des larmes de bonheur de deux sœurs enfin réunifiées, ces photos, qui nous laissent pénétrer leur univers, révèlent des instants d'une grande dignité et de courage, même dans les circonstances les plus adverses.

Femmes réfugiées

Long voyage de retour vers Tombouctou

La guerre a atteint Tombouctou en avril dernier, quand des rebelles touaregs se sont emparés de cette ville antique du nord du Mali. Elle est rapidement tombée sous le contrôle des militants, qui ont commencé à imposer aux habitants une version stricte de la charia. Les femmes ont été forcées de porter le voile en public, des personnes suspectées d'adultère étaient fouettées ou lapidées, des voleurs ont eu les mains coupées et des chambres funéraires centenaires ont été détruites.

Des milliers de personnes ont alors fui Tombouctou et beaucoup ont trouvé refuge dans la capitale malienne, Bamako, au sud du pays. Fatima Nialy, une mère de quatre enfants, s'est jointe au flux des civils se dirigeant vers le sud car elle se sentait prisonnière dans sa propre maison à Tombouctou. A Bamako, elle et ses enfants - dont son bébé d'un mois - ont été pris en charge par des proches. Elle a vécu dans une chambre de la maison de son frère aîné.

En février 2013, peu de temps après que les forces françaises et maliennes aient libéré Tombouctou, Fatima a décidé de rentrer chez elle avec ses enfants. Le photographe Thomas Martinez les a suivis

Long voyage de retour vers Tombouctou