Le chef du HCR appelle à ne pas oublier les réfugiés centrafricains au Cameroun

Articles d'actualité, 5 mars 2010

© HCR/F.Kpatindé
Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres reçoit des cadeaux des bananes et un petit tambour de la part des réfugiés mbororos à Boulembé.

BERTOUA, Cameroun, 5 mars (HCR) Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres a rendu visite à des réfugiés mbororos originaires de la République centrafricaine pour attirer l'attention de la communauté internationale sur la « tragédie oubliée » de ces personnes accueillies au Cameroun.

António Guterres s'est entretenu avec certains des réfugiés durant des visites cette semaine dans les installations de Mandjou et Boulembé situées à 350 kilomètres à l'est de Yaoundé, la capitale du Cameroun, et au sein desquelles sont hébergés quelque 3 000 réfugiés.

« Je suis ici pour témoigner ma gratitude au peuple et au Gouvernement camerounais [qui accueillent plus de 100 000 réfugiés et demandeurs d'asile originaires d'environ 30 pays, y compris 80 880 d'entre eux originaires de la République centrafricaine voisine] », a indiqué António Guterres durant sa visite à Mandjou, où il a été accueilli par une foule chamarrée.

Le Haut Commissaire a souligné qu'il avait également décidé de se rendre visite aux réfugiés centrafricains « pour attirer l'attention de la communauté internationale sur la tragédie oubliée des réfugiés mbororos. » António Guterres a indiqué qu'il espérait que la paix et la démocratie seraient rétablies dans leur pays, où il avait prévu de se rendre vendredi.

Les Mboboros sont principalement des communautés pastorales nomades, qui sont originaires de l'ouest et du nord-ouest de la République centrafricaine. Ceux qui ont fui le Cameroun depuis 2005 indiquent que les Mbororos ont été visés par de fréquentes attaques menées par des groupes rebelles et des bandits qui volent leur bétail et kidnappent leurs femmes et leurs enfants contre des rançons.

Les réfugiés mbororos sont hébergés dans des dizaines d'installations localisées dans l'est du Cameroun, rendant ainsi difficile pour le personnel du HCR basé dans la ville de Bertoua de contrôler leur situation, d'enregistrer les nouveaux arrivants et de distribuer de l'aide. Le Gouvernement camerounais accorde le statut de réfugié sur une base prima facie à cette population.

Durant sa visite dans l'installation de Boulembé, où sont hébergés quelque 1 150 réfugiés mbororos, António Guterres a fait part de son admiration aux réfugiés, qui lui ont indiqué n'avoir aucun problème de cohabitation avec leurs hôtes camerounais. « Cela fait des années que nous vivons ensemble, que nous partageons l'eau, les salles de classe et les équipements mis à notre disposition », a indiqué Aliou Nassé, le représentant des 1 150 réfugiés centrafricains de Boulembé.

António Guterres s'est entretenu avec Hadja Adama qui vit depuis cinq ans sur le site de Boulembé avec ses onze enfants, ses quatre neveux et nièces. A 45 ans, elle en paraît davantage et porte sur son visage les stigmates d'une vie jalonnée de malheurs. Son mari a été tué en République centrafricaine par des bandits coupeurs de routes qui cherchaient à lui voler son bétail. Elle élève désormais seule sa progéniture à laquelle sont venus s'ajouter les enfants d'un frère décédé brutalement des suites d'une maladie.

António Guterres a été visiblement très ému par le témoignage de Hadja Adama. « C'est une honte que pareille tragédie ne suscite pas davantage d'intérêt. Il est urgent de mettre la communauté internationale face à ses responsabilités. Ces gens ont traversé des épreuves inimaginables », a-t-il indiqué. « On a du mal à entrevoir le bout du tunnel car tout indique que les conditions de sécurité ne sont pas réunies pour qu'on puisse envisager leur retour en République centrafricaine. »

Un enregistrement mené par le HCR en octobre 2009 avait attesté de l'afflux constant et d'une augmentation du nombre de réfugiés centrafricains au Cameroun durant les douze derniers mois.

Au Cameroun, leur pays d'accueil, les réfugiés centrafricains et leurs hôtes sont également confrontés à des problèmes et ils mettent en exergue l'insuffisance des points de distribution d'eau potable et des salles de classe ainsi que l'éloignement des centres de santé. « Ce sont des problèmes auxquels nous essayons de faire face avec des ressources limitées », a souligné la déléguée du HCR au Cameroun, Aïda Haïle Mariam. « La visite du Haut Commissaire offre une occasion supplémentaire de tirer la sonnette d'alarme pour que la communauté internationale soit plus attentive au désespoir des réfugiés centrafricains. »

Avant de se rendre en République centrafricaine, António Guterres s'est entretenu avec des représentants du Gouvernement camerounais, y compris le chef de l'Etat, Paul Biya, et son Premier ministre, Philémon Yang.

Par Francis Kpatindé à Bertoua, Cameroun

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Le Haut Commissaire

M. António Guterres a rejoint, le 15 juin 2005, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, dont il est le 10ème Haut Commissaire.

Crise en République Centrafricaine : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de refugiés.

Donnez pour cette crise

Crise humanitaire silencieuse en République centrafricaine

Une crise humanitaire silencieuse a lieu au nord de la République centrafricaine, où au moins 295 000 personnes ont été forcées de quitter leurs maisons depuis mi-2005. Environ 197 000 personnes sont déplacées internes et quelque 98 000 autres ont trouvé refuge au Tchad, au Cameroun et au Soudan. Toutes sont victimes des combats entre des groupes rebelles et les forces gouvernementales.

Nombre des déplacés internes vivent dans la brousse, non loin de leurs villages. Ils y ont construit des abris de paille et d'herbe, ils cultivent des légumes et ils crééent même des écoles de brousse pour leurs enfants. Cependant, l'accès à l'eau potable et aux soins de santé demeure un vaste problème. De nombreux enfants souffrent de diarrhées et du paludisme, mais leurs parents ont trop peur de les emmener dans des hôpitaux ou des cliniques pour les faire soigner.

Des gardiens de troupeaux au nord de la République centrafricaine sont la proie des zaraguinas - des bandits qui enlèvent des enfants contre rançon. Les villageois sont alors contraints de vendre leur bétail pour pouvoir payer les rançons.

Crise humanitaire silencieuse en République centrafricaine

Conflit en République centrafricaine

Depuis décembre 2012, la République centrafricaine est prise dans un cercle vicieux de violences qui a causé la mort de 400 personnes et durant lequel 800 maisons ont été réduites en cendres. Cette violence a poussé jusqu'à 400 000 personnes à fuir leurs maisons en quête de sécurité. Beaucoup parmi les personnes déplacées vivent dans la brousse et elles ont besoin d'abri, de nourriture, d'eau, d'installations sanitaires et de soins de santé, tout spécialement durant l'actuelle saison des pluies. De plus, de nombreux enfants ont été séparés de leur famille dans le chaos de la fuite éperdue. Beaucoup des personnes affectées sont originaires de régions en dehors de Bangui, la capitale, principalement depuis la préfecture d'Ouham où se trouvent 175 000 déplacés, et notamment près de 40 000 d'entre eux à Bossangoa. Dans cette ville, quelque 37 000 déplacés campent dans des conditions désastreuses dans l'enceinte d'une église catholique et des centaines d'autres dans une école et un hôpital. Le photographe Boris Heger se trouvait dans cette région il y a quelques mois et il avait capturé ces images fortes. A ce jour, les déplacés ont toujours besoin d'aide et la situation demeure instable.

Conflit en République centrafricaine

Crise en République centrafricaine : les Chrétiens se réfugient à l'Aéroport international et dans des églises catholiques

En République centrafricaine, 800 000 personnes sont déplacées depuis les combats ayant débuté le 5 décembre entre les rebelles séléka en majorité musulmans qui s'étaient emparés du pouvoir en mars et les milices chrétiennes connues sous le nom d'anti-balaka. Les civils sont les victimes de cycles d'attaques de représailles menées par les deux parties dans un pays où les groupes religieux vivaient en harmonie avant la spirale de violence datant du coup d'Etat de 2013. Un cinquième de la population est désormais déplacée. La majorité de ceux qui fuient la violence se réfugient chez des proches, des collègues de travail, dans des églises ou des mosquées.

Des batailles de rue ont déplacé environ 400 000 personnes uniquement à Bangui, la capitale. Quelque 100 000 d'entre elles ont trouvé refuge à l'Aéroport international et bénéficient d'une relative protection de la part d'une force de l'Union africaine et des militaires français qui sont basés à l'aéroport. A la fois les civils chrétiens et musulmans craignent des attaques de représailles de la part des rebelles et des militants si d'aventure ils rentraient chez eux. D'énormes défis humanitaires sont à relever pour approvisionner les camps en abris, en eau potable, en latrines, en vivres et pour assurer des soins médicaux. Le HCR a répondu en fournissant des tentes et des articles non alimentaires aux personnes déplacées à l'aéroport et dans des églises dans la capitale.

Crise en République centrafricaine : les Chrétiens se réfugient à l'Aéroport international et dans des églises catholiques

HCR Genève : Crise aigue Play video

HCR Genève : Crise aigue

En conclusion de la session annuelle de l'organe directeur du HCR, le Haut Commissaire António Guterres a souligné le nombre sans précédent de crises aigues auxquelles le HCR doit faire face.
Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syriennePlay video

Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syrienne

L'Emissaire spéciale du HCR Angelina Jolie et le chef de l'agence pour les réfugiés António Guterres rencontrent des réfugiés syriens en Jordanie et écoutent leurs témoignages déchirants.
Equateur : Visite d'António GuterresPlay video

Equateur : Visite d'António Guterres

Le chef du HCR António Guterres se rend en Equateur avant la Journée mondiale du réfugié et rend hommage à ce pays pour l'accueil qu'il réserve aux réfugiés.