Questions/Réponses : un alpiniste afghan au sommet de l'Himalaya

Articles d'actualité, 3 mars 2010

© Association Respectons la Terre
Nadjib Sirat au sommet du Mont-Blanc. Cet ancien réfugié afghan a désormais pour objectif d'escalader l'Everest.

Questions/Réponses : un alpiniste afghan au sommet de l'Himalaya

Paris, France, 3 mars (HCR) Nadjib Sirat a fui l'Afghanistan en 1998, quand il avait 18 ans et il s'est installé en France où il a obtenu le statut de réfugié. Il est ensuite devenu citoyen français. Aujourd'hui, il est engagé dans plusieurs projets d'alpinisme avec l'aventurier français Charles Hedrich, leur objectif étant de présenter une image différente et positive de l'Afghanistan. Dans ce but, le projet « L'Afghan le plus haut du monde » devrait conduire Nadjib Sirat au sommet du Cho Oyu, situé à la frontière entre le Tibet et le Népal, à 8201 mètres d'altitude, en mai puis au sommet de l'Everest en septembre 2010. En février, Nadjib Sirat s'est rendu en Afghanistan où il est devenu le président de la fédération afghane d'alpinisme à Kaboul. Il espère faire naître un intérêt en Afghanistan pour le ski et les sports de montagne. Il s'est récemment entretenu avec Hannane Boulmaoui, stagiaire au HCR à Paris.

Comment êtes-vous arrivé en France ?

En 1997, j'ai commencé à travailler avec l'AFRANE (Amitié franco-afghane), une ONG française à Kaboul spécialisée dans les domaines pédagogique et humanitaire. Cette collaboration avec une ONG française m'a posé des problèmes avec le gouvernement taliban, parce que je travaillais avec des étrangers mais aussi car l'AFRANE aidait des jeunes filles à accéder à l'éducation. C'est pourquoi j'ai fui vers le Pakistan, où le chef de mission de l'AFRANE m'a aidé à obtenir un visa d'étudiant pour aller en France.

Après mon arrivée en France en octobre 1998, j'ai passé trois ans au lycée pour obtenir mon baccalauréat. Puis j'ai intégré une formation de prothésiste dentaire tout en suivant des cours du soir en licence d'économie et de gestion. J'ai présenté ma demande d'asile politique en 1999. En septembre 2000, l'OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides) m'a accordé le statut de réfugié politique. En 2009, je suis devenu citoyen français.

Comment avez-vous vécu votre réinstallation en France ?

Ma première année a été très difficile. Je n'étais en contact quasiment qu'avec des élèves français. Comme j'étais arrivé seul, je n'étais pas intégré à la communauté afghane. Alors je me suis ouvert à la culture française, j'ai appris à l'apprécier au point de laisser provisoirement de côté l'Afghanistan et les préoccupations qui m'y rattachaient.

Pour subvenir à mes besoins, j'ai choisi de demander l'asile après mon arrivée en France avec un visa étudiant. Celui-ci me permettait de travailler vingt heures par semaine. Je me dis que je n'ai pas beaucoup coûté à mon pays d'adoption, j'ai toujours travaillé et payé mes impôts.

Quelle relation avez-vous maintenu avec l'Afghanistan ?

Dans un premier temps, j'ai coupé tout contact avec mon pays car j'étais trop préoccupé par ma vie d'étudiant. J'ai ensuite renoué des liens avec l'Afghanistan, après l'obtention de mon statut de réfugié. Ensuite j'ai eu de nombreux projets en tête pour préserver des liens avec l'Afghanistan. Je me disais que je pourrais ouvrir une clinique dentaire ou alors rentrer et travailler pour une ONG. J'ai également gardé un contact étroit avec mes parents, mes frères et sœurs en Afghanistan.

Quand j'ai voulu fuir le pays, mon père ne l'avait pas accepté. Comme j'étais encore jeune, il craignait que je sois manipulé. Mon père est aujourd'hui décédé, mais dans les années où j'étudiais en France et que j'y menais une vraie vie, il était heureux pour moi.

Parlez-nous de votre partenariat avec Charles Hedrich

Il y a un an, Charles Hedrich a contacté l'ambassade d'Afghanistan en France afin de trouver un sportif afghan acceptant de relever le défi d'être le premier Afghan à escalader l'Everest. J'ai accepté car j'étais convaincu que ce projet pouvait véhiculer une image positive de l'Afghanistan, faisant enfin parler de l'Afghanistan différemment.

L'alpinisme permettrait de dire qu'il existe autre chose que la guerre et les talibans, et notamment de magnifiques montagnes et du sport. Je veux intéresser les jeunes Afghans qui regardent le ski à la télévision et qui rêvent de quitter le pays. Je veux leur montrer que la neige et la montagne sont là, chez eux en Afghanistan, et qu'ils peuvent également accéder à ces sports.

L'escalade pourrait aussi faire prendre conscience aux gens qu'il est nécessaire d'éliminer les mines antipersonnel dans les régions de haute montagne en Afghanistan. De plus, les sports pourraient aider à promouvoir la paix.

Quel serait votre message aux Afghans recherchant l'asile en Europe ?

Quand je suis arrivé en France, j'ai ressenti combien il est difficile d'être un étranger en France. Alors j'ai compris que je serai toujours un Afghan. Même si mon pays d'adoption est la France, mon pays, c'est aussi l'Afghanistan. J'espère qu'un jour l'Afghanistan deviendra un pays où les Afghans exilés auront envie de rentrer et que d'autres auront également envie de visiter.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

L'envoyé de bonne volonté de l'UNHCR Khaled Hosseini en visite en Afghanistan

L'envoyé de bonne volonté de l'UNHCR Khaled Hosseini s'est rendu en Afghanistan début septembre, pour se rendre compte de l'envergure et de la complexité de l'une des plus grosses opérations de l'UNHCR. Pendant 10 jours, l'écrivain célèbre a passé en revue des projets de l'UNHCR et a rencontré des rapatriés dans les provinces du nord de Kunduz, Baghlan, Balkh, Parwan et Kaboul. Khaled Hosseini, lui-même ancien réfugié afghan, maintenant installé aux Etats-Unis, a noté qu'il faudrait encore du temps et du travail pour que l'Afghanistan puisse offrir aux rapatriés des infrastructures et des services adéquats. Il a exhorté la communauté internationale à poursuivre son engagement envers l'Afghanistan, en lui donnant le temps nécessaire pour la reconstruction.

Khaled Hosseini n'a pas pu se rendre dans le sud et dans certaines régions de l'est, où l'insécurité ralentit le travail de l'UNHCR pour évaluer les besoins et pour fournir une assistance à ceux qui en ont le plus besoin. Depuis 2003, l'UNHCR a aidé plus de quatre millions de réfugiés à rentrer chez eux en Afghanistan. Cette année, environ 300 000 réfugiés afghans sont rentrés du Pakistan. Plus de 900 000 réfugiés afghans se trouvent en Iran, et deux millions au Pakistan.

L'envoyé de bonne volonté de l'UNHCR Khaled Hosseini en visite en Afghanistan

Dehors dans le froid à Calais

Un grand nombre de jeunes hommes et d'adolescents originaires d'Afghanistan, d'Erythrée, d'Iran, d'Iraq, de Somalie et du Soudan arrivent à Calais, une ville portuaire du nord de la France, après un long et dangereux périple. Certains ont fui leur pays pour échapper aux persécutions, au conflit ou à l'enrôlement forcé ; d'autres recherchent une vie meilleure. La ville de Calais est devenue un point de transit où des passeurs ont des réseaux établis qui amènent ces hommes vers d'autres pays européens. Les demandeurs d'asile et les migrants bâtissent des camps de fortune qui sont régulièrement rasés par la police française. Le plus souvent, ils doivent dormir en plein air et ils vivent dans la crainte constante d'une arrestation ou d'une expulsion. Le HCR a ouvert un bureau à Calais, dans le but d'informer les jeunes arrivants sur les procédures d'asile en France ainsi que d'autres aides disponibles.

Dehors dans le froid à Calais

Afghanistan

Dans ce pays ravagé par vingt années de guerre, la vie reprend lentement ses droits. Car pour les réfugiés et les personnes déplacées qui sont rentrés chez eux, le retour n'est qu'un premier pas sur le long chemin de la reconstruction.

Le HCR fournit une assistance aux rapatriés sous forme de kits de première nécessité ainsi qu' une aide à la reconstruction d'abris, une sensibilisation aux dangers des mines anti-personnelles et des vaccins contre diverses maladies. Lentement mais sûrement, sur tout le territoire, les Afghans retrouvent leurs proches, reconstruisent leurs maisons, retournent à l'école et recommencent à travailler. Une nouvelle étape dans leurs vies vient de débuter.

Observez dans cette série le processus de retour, de réintégration, de réhabilitation et de reconstruction en Afghanistan.

Afghanistan

Afghanistan : L'histoire de MiriamPlay video

Afghanistan : L'histoire de Miriam

Miriam a été réfugiée en Iran pendant six ans. Cette veuve et mère de famille est revenue dans son pays en 2002. Depuis, elle est une personne déplacée dans son propre pays. Sa situation est très précaire.
Angelina Jolie en AfghanistanPlay video

Angelina Jolie en Afghanistan

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie se rend en Afghanistan et appelle à faire davantage pour la réintégration des anciens réfugiés.
Dehors dans le froid à CalaisPlay video

Dehors dans le froid à Calais

Malgré des températures négatives, des migrants et des demandeurs d'asile continuent à affluer vers la ville portuaire de Calais dans le nord de la France, avec l'objectif de traverser la Manche vers le Royaume-Uni. Certains sont originaires de zones de conflit et le HCR fait son possible pour qu'ils aient accès aux procédures d'asile. 02/02/2010