Dehors dans le froid : Les migrants et demandeurs d'asile à Calais survivent difficilement

Articles d'actualité, 2 février 2010

© HCR/H.Caux
Un jeune Afghan et ses amis se retrouvent dans un champ non loin de la mairie de Calais. Le HCR informe des personnes comme lui sur les alternatives légales et humanitaires, y compris la demande d'asile.

CALAIS, France, 2 février (HCR) Sabir Mohammed* s'est réveillé trempé jusqu'aux os et frissonnant de froid. Sa seule protection contre la pluie glaciale et le vent pinçant balayant les côtes de la Manche était une couverture donnée par une organisation caritative française. La pluie n'ayant toutefois pas cessé de tomber durant toute la nuit, la couverture s'est vite transformée en une large éponge trempée.

Le jeune homme de 22 ans, qui est originaire de Djalalabad dans l'est de l'Afghanistan, a raconté au personnel du HCR qu'il se sentait courbaturé et qu'il souffrait d'une douleur aiguë dans la poitrine à cause du froid. Ses amis et lui ont passé une grande partie de la nuit à déambuler dans les rues désertes de cette ville portuaire du nord de la France, chargés de leurs maigres effets personnels et poursuivis par la police qui leur a donné le choix entre quitter Calais ou être arrêtés.

Comme Sabir détenait des documents attestant qu'il attendait une décision finale sur sa demande d'asile, la police l'a laissé partir, mais quelques-uns de ses amis ont été emmenés dans un centre de rétention.

Les autorités locales permettent aux migrants et aux demandeurs d'asile en provenance de l'Afghanistan, de l'Erythrée, de l'Ethiopie, du Ghana, de l'Iran, de l'Iraq, de la Somalie et du Soudan de dormir dans une salle municipale sur des cartons faisant office de matelas. Ce lieu ne leur est toutefois ouvert que lorsque les températures passent sous la barre de zéro degré.

« J'ai quitté mon pays il y a presque un an en raison de sérieux problèmes », a expliqué Sabir par le biais d'un interprète. « J'ai passé sept mois en France à demander une protection. La France ne m'a accordé aucun papier. Ils ne m'ont donné ni abri ni argent. »

Le jeune homme explique qu'il a dû dormir sous les ponts et dans la boue. « Pas même les chiens ou d'autres animaux ne pourraient vivre dans de telles conditions. J'essaie tous les jours d'obtenir des papiers et, chaque nuit, ils [les policiers] ne me laissent pas dormir », a-t-il ajouté. « Je suis malade et je deviens fou. Je suis épuisé. »

Sabir a expliqué avoir quitté l'Afghanistan après que son père et deux de ses frères plus âgés aient été tués. Sa mère vit encore en Afghanistan avec son frère et sa sœur plus jeunes. Une autre sœur est mariée et elle vit au Pakistan. Il n'a reçu aucune nouvelle d'eux depuis qu'il est parti, il y a presqu'un an.

Les personnes quittant leur pays par crainte fondée de persécution politique, religieuse ou ethnique ont droit au statut de réfugié. Conformément au règlement Dublin II de l'Union européenne (UE), les demandes d'asile sont cependant gérées par l'Etat membre via lequel le demandeur est initialement rentré dans l'UE. Sabir, comme plusieurs autres jeunes hommes vivant à la dure à Calais, est rentré en Europe via la Grèce, un pays où les demandeurs d'asile rencontrent de sérieuses difficultés pour accéder à une procédure d'asile efficace.

Il y a environ 30 demandeurs d'asile à Calais dont le cas relève du règlement de Dublin. Selon la loi française, les demandeurs d'asile qui ont été admis dans le cadre de la procédure normale de demande d'asile ont droit à un logement. Toutefois, les autorités font état d'une pénurie de logements et elles considèrent également que la priorité doit être accordée aux familles avec des enfants en bas âge. Les autorités françaises estiment enfin que certains demandeurs d'asile à Calais refusent d'être logés dans d'autres parties de la France, car leur intention réelle est de traverser la Manche pour travailler au Royaume-Uni.

Même si le but des autorités est d'éviter les traversées irrégulières, la pénurie de logements et les rondes et contrôles de police constants rendent la vie très difficile pour des demandeurs d'asile comme Sabir.

« Les difficultés de survie à Calais pendant l'hiver découragent de nombreuses personnes à demander l'asile en France et forcent la majorité des personnes relevant du règlement de Dublin à partir. Bien que certains migrants demandent l'asile en France pour obtenir un document qui leur permette de rester jusqu'à ce qu'ils puissent traverser vers le Royaume-Uni, ces personnes indiquent en majorité qu'elles resteraient en France et continueraient la procédure d'obtention de papiers si elles recevaient un logement et l'accès aux services essentiels », a expliqué Maureen McBrien, chef du bureau du HCR à Calais.

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés dispose d'une présence à Calais depuis juin dernier. Des employés du HCR, accompagnés d'un interprète, se rendent dans des villes et des villages situés le long de la côte dans le nord de la France pour y rencontrer des migrants sans papiers et les informer tant sur la procédure d'asile en France que sur les étapes à suivre pour demander le statut de réfugié, et enfin pour les aider à remplir les demandes.

Le HCR est particulièrement inquiet du nombre croissant d'enfants sans abri à Calais. On estime qu'un quart de tous les migrants sans papiers à Calais ont moins de 18 ans. Des employés du HCR ont rencontré des enfants de neuf ans, voyageant avec un frère ou une sœur plus âgés ou alors un proche.

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés demande la mise en œuvre d'une approche européenne commune pour les enfants, à travers une action législative et une coopération pratique entre les membres de l'UE. Cette approche devrait inclure l'accès à des tuteurs qualifiés, à des procédures justes pour la détermination de l'âge des enfants et à des structures d'accueil appropriées. Dans cet environnement, il serait alors possible de déterminer la meilleure solution pour chaque enfant et de garantir que l'intérêt supérieur de l'enfant demeure la priorité.

« Nous sommes très jeunes », a expliqué Sabir très ému, « Nous dormons dans le froid et, chaque jour, la police nous poursuit. Nous sommes des êtres humains, des enfants, même. Nous ne sommes pas des animaux. »

* Nom fictif pour des raisons de sécurité

Par William Spindler à Calais, France

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Dehors dans le froid à Calais

Un grand nombre de jeunes hommes et d'adolescents originaires d'Afghanistan, d'Erythrée, d'Iran, d'Iraq, de Somalie et du Soudan arrivent à Calais, une ville portuaire du nord de la France, après un long et dangereux périple. Certains ont fui leur pays pour échapper aux persécutions, au conflit ou à l'enrôlement forcé ; d'autres recherchent une vie meilleure. La ville de Calais est devenue un point de transit où des passeurs ont des réseaux établis qui amènent ces hommes vers d'autres pays européens. Les demandeurs d'asile et les migrants bâtissent des camps de fortune qui sont régulièrement rasés par la police française. Le plus souvent, ils doivent dormir en plein air et ils vivent dans la crainte constante d'une arrestation ou d'une expulsion. Le HCR a ouvert un bureau à Calais, dans le but d'informer les jeunes arrivants sur les procédures d'asile en France ainsi que d'autres aides disponibles.

Dehors dans le froid à Calais

Depuis Paris avec affection, des jouets pour les enfants syriens

Chaque année, le Musée du Quai Branly à Paris organise une collecte de jouets auprès d'écoliers à Paris et, avec un peu d'aide du HCR et d'autres partenaires clés, les envoie aux enfants réfugiés qui ont tant perdu.

Cette année, les bénéficiaires étaient des dizaines d'enfants syriens vivant dans deux camps de réfugiés en Turquie, l'un des principaux pays d'accueil pour plus de 1,4 million de Syriens qui ont fui leur pays, avec ou sans leurs familles. La plupart des enfants sont traumatisés et ils ont perdu toutes leurs affaires dans les décombres en Syrie.

La semaine dernière, le personnel du musée, le HCR et la Fédération des Associations d'Anciens du Scoutisme ont rassemblé les jouets et les ont emballés dans 60 colis. Ces colis ont ensuite été transportés vers la Turquie par Aviation sans Frontières puis acheminés vers l'école maternelle et des garderies dans les camps de Nizip-1 et Nizip-2 près de la ville de Gaziantep.

Ce cadeau a été donné par des enfants grandissant paisiblement dans la capitale française. Les jouets ont apporté un rayon de soleil dans la vie de ces jeunes réfugiés syriens et leur rappelle qu'ils ne sont pas oubliés par d'autres enfants dans le monde extérieur.

Ces images de la distribution de jouets ont été prises par le photographe Aytac Akad et Selin Unal du HCR.

Depuis Paris avec affection, des jouets pour les enfants syriens

Un « Hôtel » 0 étoile que les demandeurs d'asile appellent « maison » à Dijon

La France est l'une des principales destinations pour les demandeurs d'asile en Europe, avec quelque 55 000 nouvelles demandes d'asile en 2012. Compte tenu du nombre croissant de demandeurs, beaucoup de villes françaises sont confrontées à une pénurie sévère d'hébergements pour demandeurs d'asile.

Le gouvernement essaie de s'attaquer à ce problème et a annoncé, en février 2013, la création de 4 000 places supplémentaires dans les centres d'accueil pour demandeurs d'asile financés par l'État. Cependant de nombreux demandeurs d'asile sont toujours obligés de dormir à la rue ou d'occuper des bâtiments vides. L'un de ces bâtiments, surnommé « Hôtel Réfugiés » par ses occupants de passage, se trouve dans la banlieue de la ville de Dijon, dans l'est de la France. Il illustre la situation critique de l'hébergement.

L'ancien abattoir héberge environ 100 demandeurs d'asile, originaires principalement du Tchad, du Mali et de Somalie, mais aussi de Géorgie, du Kosovo et d'autres pays d'Europe de l'Est. La plupart sont des hommes seuls, mais il y a aussi deux familles.

Dans ce bâtiment vide, froid, humide et infesté de rats, les tuyaux fuient et l'électricité fonctionne de manière sporadique. Il n'y a qu'un seul lavabo, deux robinets d'eau potable, aucune salle de bain et aucune cuisine. Les demandeurs d'asile dorment dans les anciennes chambres froides. Les autorités ont essayé de fermer le squat plusieurs fois. Ces images, prises par le photographe britannique Jason Tanner, montrent l'état épouvantable du bâtiment et représentent les personnes qui l'appellent leur « maison ».

Un « Hôtel » 0 étoile que les demandeurs d'asile appellent « maison » à Dijon

Italie : A. Jolie et A. Guterres se rendent à Lampedusa Play video

Italie : A. Jolie et A. Guterres se rendent à Lampedusa

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie et le chef du HCR António Guterres se sont rendus compte par eux-mêmes des conditions de promiscuité pour les migrants, y compris des réfugiés, à Lampedusa.
Tunisie : Tensions à la frontièrePlay video

Tunisie : Tensions à la frontière

Les toutes dernières images de la frontière entre la Libye et la Tunisie où des dizaines de milliers de migrants cherchent à quitter la Libye suite à l'insurrection contre Kaddafi.
Grèce : Afflux de demandeurs d'asilePlay video

Grèce : Afflux de demandeurs d'asile

La Grèce, confrontée à une crise économique, lutte pour faire face à un afflux significatif de migrants et de demandeurs d'asile.