L'assistance dans la vallée de Pankisi se concentre sur le développement

Agir pour faire la différence, 5 janvier 2010

© HCR/M.Sunjic
Les clients ne manquent pas dans ce magasin de meubles que Shota a ouvert avec l’aide du HCR.

VALLÉE de PANKISI, Géorgie, 5 janvier (HCR) La vallée de Pankisi, au décor somptueux et située dans le nord-est de la Géorgie, est connue de longue date comme étant un hâvre pour les réfugiés. Cela pourrait bientôt changer car les Tchétchènes qui s'y trouvent toujours vont recevoir la nationalité géorgienne et s'engagent à établir leur vie dans cette large vallée.

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a déjà prévu de se retirer de cette zone frontalière avec la Tchétchénie en Fédération de Russie. « Nous avons fait notre travail », a indiqué Peter Nicolaus, délégué du HCR en Géorgie. « En 2010, le HCR se retirera progressivement du programme d'aide aux réfugiés tchétchènes et en transmettra la responsabilité au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). »

Inita Paulovica, la déléguée par intérim du PNUD en Géorgie, s'est félicitée de cette transition planifiée vers des activités pour le développement. « Avec son assistance dont sont bénéficiaires quelque 800 réfugiés, le HCR a activé le développement économique de la vallée. Désormais, le PNUD travaillera étroitement avec les autorités locales et les personnes présentes dans la région pour créer un projet qui répondra aux besoins principaux en terme de développement dans cette zone », a-t-elle expliqué.

Le HCR vient en aide à des personnes d'ethnies tchétchène et kiste en Géorgie depuis 1999, lorsque ce pays a accueilli quelque 8 000 réfugiés fuyant le conflit survenant dans leur région appartenant à la Fédération de Russie. Depuis, la plupart d'entre eux sont rentrés en Tchétchénie ou ont rejoint l'Europe occidentale. Toutefois quelque 800 d'entre eux restent dans la vallée de Pankisi, où ils vivent au côté des Kistes géorgiens.

Avec l'aide du HCR, le gouvernement ainsi que d'autres organisations, ce dernier groupe s'est intégré dans le tissu économique et social local de la vallée. Leur demande de nationalité géorgienne est actuellement en cours et, ces dernières semaines, environ 60 pour cent d'entre eux ont déjà été naturalisés. Un grand nombre d'entre eux devraient encore demander la nationalité.

Les programmes du HCR pour la création de revenus s'avèrent particulièrement importants pour aider les réfugiés, comme Shota et sa famille, à s'intégrer et à retrouver une vie normale dans la vallée de Pankisi. Shota, qui a créé une affaire florissante dans le secteur de la menuiserie, sent désormais qu'il a été adopté par le pays qui l'a hébergé quand il était désespéré.

Ailleurs dans la vallée, de nombreux autres réfugiés originaires de Tchétchénie ont également créé des entreprises prospères après avoir bénéficié de conseils, d'une formation et d'un financement à leur création de la part du HCR.

Razez dirige un atelier de couture où sont fabriqués des vêtements traditionnels tchétchènes. Ramzan a renoué avec sa passion, l'apiculture, et il vend désormais du miel, tout en faisant également des dons de pots de miel à des familles pauvres, alors qu'Adlan a démarré une petite affaire d'aquaculture, un élevage de carpes, dans la vallée.

Parmi d'autres entreprises créées par des réfugiés, on trouve un magasin d'alimentation, une quincaillerie, un salon de beauté ainsi qu'un pharmacie. Les produits et services apportés par ces entreprises sont utilisés à la fois par des réfugiés et par les communautés hôtes. Certains produits sont vendus sous la dénomination d'aliments bio dans d'autres régions de la Géorgie.

Dans une pharmacie de la ville de Duisi située dans la vallée de Pankisi, le pharmacien de garde, Inga, indique qu'avant l'ouverture de ce magasin en mai dernier, l'endroit le plus proche pour se procurer des médicaments était situé à environ 20 kilomètres.

« Il est nécessaire de mener des projets au bénéfice des réfugiés aussi longtemps que les réfugiés sont plus vulnérables que la population locale », a indiqué Peter Nicolaus, délégué du HCR en Géorgie. « Toutefois, dès que cette insuffisance est comblée, il serait contreproductif de continuer. »

Le HCR réduisant sa présence et ses programmes dans la vallée de Pankisi, le PNUD a commencé à envoyer ses équipes dans cette région pour identifier les besoins des communautés locales.

Parallèlement, Shota a participé aux marchés de Noël pour vendre les meubles qu'il fabrique. Il prévoit de donner une part de ses bénéfices à une maison accueillant des enfants à Tbilissi, la capitale géorgienne. « Les Géorgiens nous ont aidés durant 10 ans. Je suis fier de pouvoir enfin les payer en retour pour leur accueil bienveillant. »

Par Melita H. Sunjic et Suzanne Murray-Jones dans la vallée de Pankisi, Géorgie

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Les réfugiés urbains en Jordanie luttent pour survivre

La couverture médiatique sur les réfugiés syriens en Jordanie se concentre essentiellement sur les dizaines de milliers de personnes accueillies dans des installations comme Za'atri. Mais plus de 80% des arrivants vivent en dehors des camps et mènent une lutte de plus en plus rude pour survivre. Après trois années de conflit, ils ont de plus en plus de mal à trouver un toit, à payer leurs factures et à offrir une éducation à leurs enfants.

La plupart ont trouvé refuge près de leur point d'entrée, au nord de la Jordanie; dans des lieux souvent délabrés, le bruit des obus de l'autre côté de la frontière étant encore audible pour certains. D'autres sont allés plus au sud, cherchant des hébergements plus abordables à Amman, Aqaba, Kerak et dans la vallée du Jourdain. Si la plupart louent des maisons et des appartements, une minorité vit dans des abris informels.

Entre 2012 et 2013, le HCR et l'ONG International Relief and Development ont effectué plus de 90 000 visites au domicile des familles réfugiées pour comprendre leur situation et, si nécessaire, leur fournir une aide. Le rapport qui en résulte offre un regard sans précédent sur les défis rencontrés par 450 000 Syriens vivant hors des camps en Jordanie et luttant pour reconstruire leur vie loin de chez eux. Le photographe Jared Kohler a photographié la vie de certains de ces réfugiés.

Les réfugiés urbains en Jordanie luttent pour survivre

Géorgie : Plus qu'un simple camp d'étéPlay video

Géorgie : Plus qu'un simple camp d'été

Le conflit entre la Géorgie et la Russie a été de courte durée il y a un an, toutefois les cicatrices sont encore présentes en particulier pour les victimes les plus jeunes. Les camps d'été pour la jeunesse sont un rituel chaque année dans de nombreux pays. En Géorgie, un nouveau camp d'été financé par le HCR aide les jeunes à regagner confiance et à retrouver leur optimisme.
Géorgie : Enfin l'espoir ?Play video

Géorgie : Enfin l'espoir ?

Depuis plus de 16 ans, les personnes déplacées par le conflit entre la Géorgie et l'Abkhazie vivent dans un grand dénuement. Après plus d'une décennie d'attente, ces déplacés peuvent à nouveau espérer un changement. Leur sort était quasiment oublié jusqu'à ce que le conflit éclate l'an dernier dans la région séparatiste de l'Ossétie du Sud. Alors la communauté internationale a soudain pris conscience de leurs conditions de vie misérables dans des centres collectifs insalubres et surpeuplés.