Le HCR restaure des maisons endommagées pour les rapatriés et les déplacés internes iraquiens

Agir pour faire la différence, 30 décembre 2009

© HCR/W.Khuzaie
Le programme d'urgence pour le logement mené par le HCR a permis de venir en aide à des milliers d'Iraquiens.

MOSSOUL, Iraq, 30 décembre (HCR) Un soir de l'été 2007, Amina Hussein et sa famille ont décidé de dormir sur le toit de leur maison de deux étages à Mossoul, une ville du nord de l'Iraq, pour trouver de l'air frais sous la chaleur écrasante.

La seule chose dont elle se rappelle ensuite, c'est son réveil à l'hôpital avec « mes deux filles et mon mari en larmes. » Cette femme de 35 ans a rapidement réalisé pourquoi. Une bombe avait éclaté près de leur maison, tuant leur fille âgée de cinq ans. Amina a perdu ses deux jambes.

Leur maison, située dans le quartier d'Al-Wehda au sud-est de Mossoul, a été gravement endommagée et les membres de cette famille ayant survécu ont décidé de fuir la violence interethnique qui déchirait la ville. Après plusieurs déplacements successifs, la famille d'Amina a fini par décider de rentrer à Al-Wehda.

Rien ne pourra faire revenir leur fille bien-aimée mais aujourd'hui Amina et sa famille vivent de nouveau dans leur maison, qui a été restaurée grâce à un programme du HCR financé par la Commission européenne. Ce projet s'élevant à six millions d'euros a permis de venir en aide à des centaines de rapatriés iraquiens pour reconstruire leurs maisons.

« Nous avions beaucoup de mauvais souvenirs dans cette maison et c'était dangereux de vivre dans ce quartier de la ville », a expliqué Amina. « Pourtant c'était notre quartier et nous préférons y vivre plutôt que dans de nombreux lieux où nous avons fui. » Le travail de rénovation a été mené par REACH, l'un des partenaires opérationnels locaux du HCR.

Ahmad Mohammed fait également partie des bénéficiaires de ce programme à Mossoul. Ce père de six enfants, âgé de 40 ans, vendait auparavant des légumes dans la rue d'un quartier de l'est de la ville avant d'être paralysé à la suite d'un attentat suicide survenu non loin de chez lui. La maison d'Ahmad a été également endommagée par cette explosion.

Comme Amina, il a fui vers un lieu plus en sécurité. « Je devais éviter d'autres explosions et protéger mes enfants », a-t-il indiqué. Il a également trouvé difficile de s'adapter dans des régions où l'eau potable, les soins médicaux et des logements convenables étaient rares.

Il est finalement revenu dans sa maison à la fin de l'année et il a alors été sélectionné pour bénéficier du programme du HCR. Les maçons ont commencé la reconstruction de sa maison en octobre. « La première fois que j'ai vu ma maison entièrement rénovée [fin novembre], je ne pouvais pas le croire. Dieu sait combien je me suis senti protégé à ce moment-là », a expliqué Ahmad.

Le programme financé par la Commission européenne a été lancé au début de cette année et continuera en 2010. Il consiste à réhabiliter des logements ainsi que des systèmes de distribution d'eau et d'assainissement dans les zones de réhabilitation des logements et à apporter un soutien à deux centres de protection et d'assistance à Bassora et Erbil. Ces centres fournissent une aide juridique aux personnes déplacées internes ainsi qu'aux rapatriés.

En 2009, quelque 1 800 maisons ont été réparées ou reconstruites dans sept gouvernorats iraquiens. Par ailleurs sept projets pour la distribution d'eau dans le sud de l'Iraq ont également été menés. « Le soutien aux personnes déplacées et aux rapatriés permettra de retrouver peu à peu une vie normale en Iraq. Cette activité continuera en 2010 et après », a expliqué Jobst von Kirchmann, chef de la coopération en Iraq au sein de la délégation de l'Union européenne.

Ce projet fait partie du programme d'urgence pour le logement mené par le HCR en 2009 et en 2010. Dans le cadre de cette activité en 2009, le HCR a réhabilité plus de 10 000 logements et l'organisation a pour objectif de doubler ce chiffre l'année prochaine. Le financement de la Commission européenne couvre 20 pour cent du total des coûts pour le logement.

L'amélioration des services essentiels comme la distribution d'eau et l'assainissement dans les zones de réhabilitation des logements continuera également en 2010, ainsi que le soutien du HCR pour les centres de protection et d'assistance en Iraq. « Les besoins sont immenses en Iraq. Nous essayons de fournir une aide autant que possible aux Iraquiens avec les financements fournis par les donateurs », a expliqué Daniel Endres, le délégué du HCR en Iraq.

*Tous les noms sont fictifs pour des raisons de protection

Par Maha Sidky à Mossoul, Iraq

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Voir aussi

Rapatriés

Les rapatriés sont les personnes de retour chez elles. C'est la meilleure des solutions durables.

Manuel pour la protection des déplacés internes

Dans plus de 50 pays du monde entier, quelque 24 millions de personnes sont déracinées et déplacées dans leur propre pays suite à un conflit ou à des violations des droits de l'homme.

Personnes déplacées internes

Les personnes déplacées fuient en quête de sécurité dans d'autres régions au sein même de leur pays, où ils ont besoin d'une aide.

Abri

L'une des choses dont les gens ont le plus besoin après avoir été forcés à fuir leur maison - qu'ils soient réfugiés ou déplacés internes - c'est un toit au-dessus de leur tête.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

L'UNHCR a pour objectif d'aider 25 000 enfants réfugiés à retourner à l'école en Syrie, en soutenant financièrement leurs familles et en leur fournissant des uniformes et du matériel scolaire. Environ 1,4 million d'Iraquiens sont réfugiés en Syrie ; la plupart ont fui l'extrême violence sectaire déclenchée par le bombardement de la Mosquée d'Or de Samarra en 2006.

Pour de nombreux parents réfugiés iraquiens, l'éducation est une priorité d'une importance équivalente à celle de la sécurité. En Iraq, à cause de la violence et des déplacements forcés, les enfants iraquiens n'allaient pas régulièrement à l'école et nombre d'enfants réfugiés ont manqué une bonne partie de leur scolarité. Bien que l'éducation soit gratuite en Syrie, des frais pour l'achat de fournitures, d'uniformes et les frais de transport ne permettent pas d'accéder à l'éducation. Par ailleurs, de nombreux enfants réfugiés sont contraints de travailler plutôt que de fréquenter l'école, pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin d'encourager les familles iraquiennes défavorisées à inscrire leurs enfants à l'école, l'UNHCR prévoit d'aider financièrement au moins 25 000 enfants en âge d'être scolarisés et de fournir des uniformes, des livres et des fournitures scolaires aux réfugiés iraquiens enregistrés auprès de l'agence. L'UNHCR va également informer les réfugiés sur leur droit d'envoyer leurs enfants à l'école, et soutiendra les programmes d'ONG en faveur des enfants qui travaillent.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

Réfugiés non-iraquiens en Jordanie : La vie dans un camp isolé du désert, sans aucune solution en vue

Suite à la chute du régime de Saddam Hussein en 2003, des groupes de réfugiés vivant en Iraq depuis de nombreuses années ont tenté de fuir le désordre et l'anarchie. Des centaines de personnes ont fui vers la frontière jordanienne, des Palestiniens depuis Bagdad et des Kurdes iraniens depuis le camp d'Al Tash dans le centre de l'Iraq.

A l'exception de quelques Palestiniens ayant pu rejoindre des proches en Jordanie, les réfugiés se sont vus refuser l'entrée et la libre circulation dans ce pays. Des milliers d'entre eux se sont alors retrouvés bloqués dans le no man's land entre l'Iraq et la Jordanie, ou dans le camp de Ruweished, situé dans le désert à 60 kilomètres à l'intérieur du pays.

Depuis 2003, des Palestiniens, des Kurdes iraniens, des Iraniens, des Soudanais et des Somaliens vivent dans ce désert jordanien. Ils subissent des conditions climatiques extrêmes : la chaleur torride en été et le froid glacial en hiver. L'UNHCR et ses partenaires ont distribué des tentes et des biens de secours. L'agence pour les réfugiés a tenté de trouver des solutions - en participant à la réinstallation de plus de 1 000 personnes dans des pays tiers. Début 2007, 119 personnes - pour la plupart des Palestiniens - étaient encore présentes au camp de Ruweished, sans aucune solution immédiate en vue.

Réfugiés non-iraquiens en Jordanie : La vie dans un camp isolé du désert, sans aucune solution en vue

Réfugiés palestiniens en Iraq : Pas de solution en vue pour les 15 000 Palestiniens en Iraq

Depuis la chute du régime de Saddam Hussein en Iraq en 2003, les réfugiés palestiniens vivant à Bagdad sont devenus de plus en plus fréquemment les cibles d'arrestations, d'enlèvements, de menaces et d'assassinats, les incitant à fuir la capitale par milliers.

Il reste encore environ 15 000 Palestiniens en Iraq - ils étaient plus du double en 2003. Ils vivent constamment dans la peur, et beaucoup d'entre eux n'ont pas de documents en règle. Ceux qui tentent de s'échapper et atteindre les frontières syrienne et jordanienne sont de plus en plus exposés au danger. Des centaines d'entre eux sont bloqués à la frontière entre l'Iraq et la Syrie : ils ne peuvent pas traverser la frontière, et ont trop peur de retourner en Iraq. Ceux qui réussissent à quitter l'Iraq le font souvent dans l'illégalité.

Un effort humanitaire international est requis d'urgence afin de trouver une solution temporaire pour les Palestiniens. L'UNHCR a maintes fois fait appel à la communauté internationale et aux pays limitrophes pour qu'ils accueillent les Palestiniens. L'agence pour les réfugiés a également contacté des pays susceptibles de proposer des solutions de réinstallation, mais seuls le Canada et la Syrie ont répondu favorablement. La Syrie a depuis fermé ses frontières aux autres Palestiniens désespérés.

L'UNHCR plaide également en faveur d'une meilleure protection de la communauté palestinienne à l'intérieur de l'Iraq.

Réfugiés palestiniens en Iraq : Pas de solution en vue pour les 15 000 Palestiniens en Iraq

Angelina Jolie en mission à BagdadPlay video

Angelina Jolie en mission à Bagdad

Durant sa récente mission au Moyen-Orient, l'Emissaire du HCR Angelina Jolie a rencontré des déplacés et des rapatriés iraquiens à Bagdad.
Iraq : La dure réalitéPlay video

Iraq : La dure réalité

On compte plus de 350 installations de déplacés internes en Iraq. Les conditions de vie sont désastreuses dans la plupart d'entre elles.
Iraq : Brique après briquePlay video

Iraq : Brique après brique

En Iraq, plus de deux millions de personnes restent des déplacés internes. Le HCR a démarré un programme de rénovation de maisons pour aider au retour.