Reconstruire un homme : à Beyrouth, un centre soigne les blessures mentales liées à la torture

Articles d'actualité, 11 décembre 2009

© HCR/A.Jungrova
Karim a été victime de la torture. Il est soigné au Centre Restart pour la réhabilitation des victimes de torture et de violence à Beyrouth.

BEYROUTH, Liban, 11 décembre (HCR) Entourés d'inconnus dans un pays étranger, Karim*, réfugié iraquien, est vite devenu paranoïaque, convaincu que tout le monde l'espionnait et complotait pour le livrer à ses ennemis. La peur peut hanter de nombreux réfugiés mais la terreur de Karim était justifiée il avait fui vers le Liban, après avoir survécu à des tortures inimaginables infligées par des miliciens dans son pays natal.

« Ils m'ont détruit; ils m'ont dévasté. C'est ce qu'ils ont fait », affirme l'homme âgé de 39 ans, en regardant fixement un point sur une fenêtre. « C'était comme dans un film d'horreur », ajoute-t-il de façon hésitante, racontant son histoire avec autant de pauses que de mots.

« Il y avait des hommes décapités avec moi dans la même pièce. Ils me faisaient dormir à côté de cadavres. Ils ont amené un homme et ils l'ont massacré devant mes yeux. 'C'est ce qui va t'arriver aussi' m'ont-ils dit. J'ai entendu le bruit du couteau trancher son cou. Pourquoi l'ont-ils massacré ? Pourquoi l'ont-ils massacré ? »

Si Karim parvient aujourd'hui à parler de ses expériences, c'est uniquement grâce aux soins dont il a bénéficié quand le HCR l'a envoyé au Centre Restart pour la réhabilitation des victimes de torture et de violence à Beyrouth.

Le centre, l'un des rares au Moyen-Orient à fournir des soins psychologiques et mentaux spécialisés depuis 1996, est financé par le HCR depuis 2007. L'argent du HCR a permis au centre, déjà opérationnel à Tripoli, de s'étendre à Beyrouth. Doté de 22 psychiatres, psychologues, psychothérapeutes et travailleurs sociaux, le centre prend actuellement en charge plus de 800 réfugiés.

« L'accord avec le HCR a marqué un tournant dans notre travail », explique Suzanne Jabbour, responsable de Restart. « Il a élargi le champ de nos soins spécialisés, il nous a donné une dimension internationale et il a mis en lumière l'expertise et le professionnalisme de nos services. »

Cela a certainement été un tournant pour Karim qui, après avoir fui au Liban en 2005, y a épousé une femme libanaise dont il a eu une fille. Il est ensuite retourné en Iraq pour rechercher un frère kidnappé, mais il a retrouvé sa maison occupée par des miliciens qui l'ont fait prisonnier, l'ont suspendu au plafond et ont brûlé son dos avec une tige métallique brûlante. Jusqu'à ce jour, il n'arrive pas à se rappeler comment il s'est échappé pour rentrer à Beyrouth.

« Ils ont effacé une grande partie de ma mémoire », affirme Karim désormais en sécurité dans le centre Restart. C'est, dit-il, le seul endroit où je me sens en sécurité. Savez-vous que j'avais peur à chaque fois que je voyais un couteau ou une balustrade ou une tige métallique ? »

Sanaa Hamzeh, une psychologue clinicienne également l'une des fondatrices de Restart, affirme que les réfugiés qui sont victimes de torture ont besoin d'une aide régulière pour gérer non seulement le passé mais aussi le présent. Pour Karim, cela se manifeste par des tremblements dès qu'il aperçoit des policiers dans les rues de Beyrouth.

« Ils ont l'impression que tout le monde est contre eux », explique le docteur Hamzeh. « Le fait de vivre dans une société différente aggrave encore davantage leurs troubles mentaux. A Restart, ils sentent qu'ils ont trouvé un refuge et des personnes qui peuvent les sortir de leurs souffrances. »

Aujourd'hui Karim s'émerveille des progrès qu'il a faits. « Maintenant, je sors, je ris et je vis en société. Je vivais reclus. J'avais peur de bouger. J'avais peur qu'ils me renvoient dans cet endroit horrible. Le centre a fait de moi un homme nouveau. Quand je suis venu ici pour la première fois, j'étais comme des morceaux éparpillés et ils ont réparé le puzzle de mon esprit. Ils m'ont rendu ma vie. »

Il a été admis pour la réinstallation aux Etats-Unis et il espère que cela constituera le vrai commencement de sa nouvelle vie. « Quand j'irai aux Etats-Unis, je veux être une nouvelle personne », affirme Karim. « Je veux me réveiller le matin, ouvrir la fenêtre de ma chambre, laisser entrer la lumière et respirer. Je veux renaître. »

*Nom fictif pour des raisons de protection.

Par Laure Chedrawi à Beyrouth, Liban

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Voir aussi

Réfugiés dans les villes

Plus de la moitié de tous les réfugiés relevant de la compétence du HCR vivent dans des zones urbaines.

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

La distinction Nansen pour les réfugiés 2008 est remise au Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban.

Le coordonnateur britannique d'un programme d'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban, ainsi que son équipe composée de près de 1 000 démineurs civils - des Libanais pour la plupart - ont été nommés, par le HCR, lauréats de la distinction Nansen pour les réfugiés 2008.

Christopher Clark, un ancien officier de l'armée britannique, est devenu en 2003 responsable du Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban (UNMACC-SL). Ses équipes ont détecté et détruit des tonnes de munitions non explosées (UXO) et des dizaines de milliers de mines antipersonnel.

Ces chiffres incluent près de 145 000 sous-munitions, provenant de bombes à sous-munitions, trouvées au Sud-Liban après la guerre de cinq semaines ayant eu lieu mi-2006. Leur travail a permis à près d'un million de déplacés libanais par le conflit de rentrer chez eux en sécurité. Il a cependant eu un coût, 13 démineurs ont perdu la vie et 38 autres ont été blessés depuis 2006. Le Sud-Liban retrouve sa prospérité et la reconstruction se poursuit rapidement, en grande partie grâce au travail mené par les lauréats de la distinction Nansen 2008.

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Les équipes de l'UNHCR ont commencé dès la deuxième quinzaine d'août 2006 à distribuer de l'aide humanitaire dans les villages meurtris du sud du Liban. Des tentes, des bâches en plastique et des couvertures sont distribuées aux personnes les plus vulnérables. Le matériel de l'UNHCR provient des entrepôts de Beyrouth, Saïda et Tyr, et continue d'arriver au Liban par voie aérienne, maritime et par camion.

Bien que 90 pour cent des personnes déplacées soient rentrées chez elles dans les premiers jours qui ont suivi le cessez-le-feu du 14 août, de nombreux Libanais n'ont pas pu regagner leur foyer et sont hébergés chez des proches ou dans des abris publics, tandis que quelques milliers sont restés en Syrie.

Depuis le début de la crise à la mi-juillet, l'UNHCR a acheminé 1 553 tonnes de matériel de secours en Syrie et au Liban pour venir en aide aux victimes du conflit. Cela représente environ 15 000 tentes, 154 510 couvertures, 53 633 matelas et 13 474 kits de cuisine. L'agence pour les réfugiés a également importé 5 camions et 15 autres sont en route.

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Les Libanais rentrent après le cessez-le-feu

Des dizaines de milliers de Libanais déplacés à l'intérieur du Liban et en Syrie ont pris le chemin du retour chez eux dès l'application du cessez-le-feu le lundi 14 août 2006. D'après les équipes mobiles de l'UNHCR surveillant les routes menant aux zones les plus durement affectées par les combats au Liban, le nombre de rapatriés devrait s'accroître dans les prochains jours.

Les équipes de l'UNHCR ont surveillé 24h sur 24 les quatre points de passage de la frontière avec la Syrie et distribué des kits de retour qui incluent de l'eau, des sels de réhydratation, des serviettes humides et des biscuits énergétiques. Ils s'occupent particulièrement des personnes vulnérables ayant besoin d'une aide spécifique. L'agence pour les réfugiés organise également une aide au transport pour les Libanais qui n'en ont pas les moyens.

Au Liban, les équipes de l'UNHCR ont mis en place sur les routes de retour, des points de distribution de matériel de secours incluant des bâches en plastique, des matelas, de l'eau et d'autres articles pour les rapatriés. Une mission approfondie sera nécessaire pour évaluer l'aide dont auront besoin ceux qui vont reconstruire leurs maisons dans les zones les plus affectées.

Les Libanais rentrent après le cessez-le-feu

Liban: Afflux de réfugiés syriens à ArsalPlay video

Liban: Afflux de réfugiés syriens à Arsal

L'afflux est important pour Arsal, une ville libanaise qui tente de faire face. Des abris d'urgence ont été installés dans tous les espaces disponibles de la ville. Les autorités locales, le HCR et ses partenaires font leur possible pour gérer l'afflux des réfugiés.
Liban : Vivre sous terrePlay video

Liban : Vivre sous terre

Le Liban est un petit pays où ont afflué des centaines de milliers de réfugiés syriens. Il n'y a pas de camps de réfugiés, alors il est difficile de trouver un logement. Chaque espace libre est précieux… même les parkings souterrains.
Liban : Hébergement dans la plaine de la Bekaa Play video

Liban : Hébergement dans la plaine de la Bekaa

Des réfugiés syriens continuent de fuir vers les pays voisins pour échapper au violent conflit qui déchire leur pays.