Une issue en vue pour la situation de réfugiés rwandais prolongée

Articles d'actualité, 21 octobre 2009

© HCR/F.Fontanini
De jeunes réfugiés rwandais observent des visiteurs dans l'est du Congo. Le HCR travaille au retour des réfugiés restants.

KIGALI, Rwanda, 20 octobre (HCR) Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres et le Président rwandais Paul Kagame ont convenu mardi à Kigali de mettre en œuvre une solution visant à résoudre la situation de réfugiés prolongée du pays d'ici fin 2011.

« Je ne souhaite à personne de vivre en tant que réfugié », a indiqué Paul Kagame à António Guterres, en visite officielle à Kigali pour passer en revue les opérations du HCR et pour discuter d'une proposition de feuille de route décrite par le Haut Commissaire comme « une issue appropriée et efficace » à la situation de réfugiés.

Cette feuille de route fait partie d'une initiative du HCR pour favoriser la fermeture du chapitre de réfugiés au Rwanda, au Burundi, en Angola et au Libéria. Elle conduira en dernière analyse à invoquer la clause de cessation du statut de réfuigé pour les exilés de ces pays. António Guterres a discuté de ce point lundi avec le Ministre rwandais de l'Administration locale Christopher Bazivamo.

Les deux parties ont également étudié des mesures pouvant être mises en ?uvre pour accélérer le rapatriement, pour mettre en œuvre des solutions efficaces en vue de la réintégration et pour régler de façon appropriée les cas restants de protection pour des personnes vivant toujours en exil. « Le Gouvernement rwandais réitère son engagement à recevoir tous les réfugiés rwandais qui choisissent le retour vers leur pays d'origine », peut-on lire dans un communiqué conjoint, ajoutant que des programmes et des mécanismes avaient été mis en place pour absorber ces réfugiés.

Des millions de personnes, principalement des Hutus, ont fui le Rwanda après le conflit ethnique sanglant de 1994. Depuis lors, quelque 3,4 millions de réfugiés sont rentrés, incluant au moins 300 000 personnes avec l'aide du HCR. Toutefois 60 000 à 65 000 Rwandais vivent toujours dans des pays d'asile, y compris le Burundi, la République démocratique du Congo (RDC) et l'Ouganda.

Le gouvernement a appelé de longue date à la cessation du statut de réfugié, indiquant que la paix a été restaurée dans le pays et que les réfugiés n'ont rien à craindre. António Guterres a souligné que le HCR travaillerait avec le Rwanda et d'autres parties concernées, y compris des pays hôtes, pour résoudre le problème. « Nous aiderons tous les Rwandais au retour et à la réintégration dans la sécurité et la dignité », a-t-il promis.

Il a encouragé à davantage de rapatriements librement consentis et il a appelé le Rwanda à mettre en œuvre des activités efficaces dans le domaine de la réintégration. La procédure devrait être accélérée par des campagnes d'information massives pour soulager les craintes de ceux qui réfléchissent au retour avant que la clause de cessation ne soit invoquée.

Le Haut Commissaire a indiqué que ce programme incluerait des visites de reconnaissance, pour que les réfugiés puissent juger par eux-mêmes de la situation dans leur pays d'origine puis en faire part à leurs familles et leurs amis.

Le HCR, le Rwanda et des pays hôtes se rencontreront régulièrement pour discuter de progrès avant la déclaration de cessation du statut de réfugié et pour explorer des moyens d'encourager les réfugiés à rentrer ces deux prochaines années, avec notamment des packages significatifs pour l'aide à la réintégration ainsi qu'un suivi pour les personnes ayant des besoins spécifiques.

António Guterres a fait part de sa vive préoccupation au sujet de la situation des réfugiés rwandais se trouvant dans l'est de la RDC, où leurs droits humains étaient menacés à cause du conflit persistant. Il a indiqué que la situation instable empêchait également des personnes de rentrer dans leur pays natal depuis la RDC.

Durant sa visite au Rwanda, António Guterres a également rencontré la communauté des donateurs, ainsi que des chefs des agences des Nations Unies et d'ONG pour expliquer le calendrier de la cessation du statut de réfugié et pour gagner un soutien pour une approche commune. Il a prévu de rencontrer des réfugiés congolais au camp de Nyabeheke dans la province de Gabitso, à l'est du pays, avant de se rendre en Ouganda pour participer à un sommet historique de l'Union africaine sur les personnes déplacées de force.

Par David Nthengwe à Kigali, Rwanda

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Le Haut Commissaire

M. António Guterres a rejoint, le 15 juin 2005, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, dont il est le 10ème Haut Commissaire.

Personnes déplacées internes

Les personnes déplacées fuient en quête de sécurité dans d'autres régions au sein même de leur pays, où ils ont besoin d'une aide.

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

Les combats font rage dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sans aucune perspective d'accalmie en vue pour des centaines de milliers de Congolais forcés à fuir la violence et l'insécurité ces deux dernières années. Des vagues successives de conflit sont à l'origine de déplacements en continu, et souvent les familles sont séparées. Au moins un million de personnes sont déracinées dans le Nord-Kivu, la province la plus touchée. Après des années de conflit, plus de 1 000 personnes meurent chaque jour - principalement de faim ou de maladies qui pourraient être pourtant soignées. Dans certaines régions, deux femmes sur trois sont victimes de viols. Les enlèvements sont toujours fréquents, et des enfants sont recrutés de force pour combattre. Des cas de choléra et d'autres maladies se sont accrus, alors que la situation se détériore et que les organisations humanitaires luttent pour répondre aux besoins de la population.

Lorsque la crise de déplacement a empiré dans le Nord-Kivu en 2007, l'agence pour les réfugiés a envoyé plusieurs équipes d'urgence sur place et a mis en oeuvre des opérations dans plusieurs camps accueillant des déplacés. Les efforts d'assistance comprennent aussi l'enregistrement de la population déplacée et la distribution d'articles non alimentaires. Le HCR mène également un contrôle dans le domaine de la protection pour identifier les abus des droits humains et d'autres problèmes, auxquels sont confrontés les déplacés dans le Nord et le Sud-Kivu.

Juin 2009

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

La crise continue au Nord-Kivu

Dans la province du Nord-Kivu en RDC (République démocratique du Congo), l'insécurité persiste et plus de 500 000 personnes sont des déplacés internes. Un grand nombre d'entre eux sont déplacés pour la deuxième ou la troisième fois consécutive. Le conflit armé, la persécution des populations civiles, les meurtres, les enlèvements, les abus sexuels et le recrutement forcé des enfants sont les motifs de déplacement. Les signalements de viols et de meurtres se comptent par milliers. Quelque 176 000 déplacés vivent dans le district de Masisi, y compris 49 000 d'entre eux accueillis dans 19 camps. Les conditions de vie sont précaires, des familles entières vivent dans des huttes de fortune comptant une pièce unique sans eau potable ni accès aux services essentiels. Le HCR est préoccupé par la situation sécuritaire, les conditions de vie et l'avenir de ces personnes déplacées. Même si quelque 36 000 personnes auparavant hébergées dans des camps au Nord-Kivu ont réussi à rentrer dans leurs villages d'origine en 2010, environ 72 000 personnes restent déplacées à ce jour.

Le HCR coordonne la gestion de 31 camps de déplacés et fournit une assistance d'urgence. Ces camps sont localisés à travers tout le Nord-Kivu. Le HCR est confronté à des défis de taille en termes d'accès aux zones où les déplacés ont trouvé refuge et l'agence pour les réfugiés continue à réclamer l'accès humanitaire aux personnes dans le besoin afin de leur venir en aide.

La crise continue au Nord-Kivu

HCR Genève : Crise aigue Play video

HCR Genève : Crise aigue

En conclusion de la session annuelle de l'organe directeur du HCR, le Haut Commissaire António Guterres a souligné le nombre sans précédent de crises aigues auxquelles le HCR doit faire face.
Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syriennePlay video

Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syrienne

L'Emissaire spéciale du HCR Angelina Jolie et le chef de l'agence pour les réfugiés António Guterres rencontrent des réfugiés syriens en Jordanie et écoutent leurs témoignages déchirants.
Equateur : Visite d'António GuterresPlay video

Equateur : Visite d'António Guterres

Le chef du HCR António Guterres se rend en Equateur avant la Journée mondiale du réfugié et rend hommage à ce pays pour l'accueil qu'il réserve aux réfugiés.