Rencontre ministérielle à Kampala avant le sommet de l'UA sur les déracinés

Articles d'actualité, 19 octobre 2009

© HCR/J.Akena
Ouverture de la session extraordinaire du conseil exécutif de l'UA à Kampala.

KAMPALA, Ouganda, 19 octobre (HCR) Des ministres d'Etat venant de nombreux pays africains se sont aujourd'hui rencontrés à Kampala, en Ouganda, pour répondre aux défis du déplacement forcé auxquels est confronté ce continent.

Durant les deux prochains jours, les ministres présents pour la session extraordinaire du Conseil exécutif de l'Union africaine (UA) délibèreront sur le problème apparemment insoluble concernant le déplacement forcé en Afrique et paveront la voie pour le sommet historique de l'Union africaine sur les réfugiés, les rapatriés et les déplacés. Le Haut Commissaire António Guterres, actuellement en visite au Rwanda, représentera le Secrétaire général des Nations Unies lors du sommet qui commence jeudi.

Ce sommet de deux jours, qui réunira des dirigeants d'au moins 36 nations africaines, devrait adopter une Convention pour la Protection et l'Assistance des déplacés internes en Afrique, qui constituera également le premier instrument international juridique ayant force de loi sur les déplacés d'une portée continentale.

Le Premier Ministre ougandais Apolo Nsibambi a indiqué aux délégués lors de la réunion de lundi qu'il était inacceptable que l'Afrique indépendante des puissances coloniales européennes depuis plus de 50 ans continue à être le plus important générateur de réfugiés et de déplacés internes. « L'incapacité à protéger et assister efficacement ainsi qu'à trouver des solutions en temps voulu aux problèmes ayant créé ces situations de déplacement pose une menace majeure sur le développement de l'Afrique... et a de sérieuses conséquences pour sa paix et sa stabilité », a-t-il prévenu.

Le Ministre des affaires étrangères sierra-léonais Zainab Bangura a indiqué que le déplacement constituait un fléau dévastant le paysage africain et que le sommet de Kampala était un signe clair de « l'intention de l'Afrique de prendre ses responsabilités et de trouver des solutions à nos propres problèmes intrinsèques. »

La Commissaire aux Affaires politiques de l'UA Julia Dolly Joiner a indiqué qu'il n'était plus possible de penser que le déplacement pouvait seulement se résoudre grâce à l'assistance humanitaire, ajoutant qu'il nécessitait des efforts conduisant à des solutions durables. « Nous sommes ici pour réfléchir aux défis spécifiques auxquels sont confrontés les déplacés et pour adopter un instrument qui ferait le lien entre les politiques existantes et les vides juridiques, renforçant et soutenant les actions individuelles et collectives des Etats membres », a-t-elle déclaré.

Chris Ache, le délégué du HCR à l'UA, a indiqué être encouragé par l'esprit de compréhension et de consensus se dégageant lorsque les délégués en sont venus au principal problème inscrit à leur ordre du jour. « Il est réellement encourageant de voir l'Afrique paver la voie, prendre ses responsabilités et s'attaquer tête baissée aux causes profondes du déplacement pour trouver la bonne solution », a-t-il affirmé.

De nombreux délégués proviennent de pays ayant récemment émergé de conflits, et certains sont d'anciens réfugiés ou déplacés. Ils ont évoqué avec émotion les souffrances des déracinés et ils ont appelé à une action africaine résolue.

« Souvenons-nous de nos frères et de nos s?urs, des personnes âgées, de nos mères, des enfants et des infirmes qui sont les premières victimes de la migration forcée. Ils espèrent tous que ce sommet conduira à un effort conjoint pour alléger et/ou mettre fin à leurs souffrances », a indiqué Tarsis Kabwegyere, le Ministre ougandais responsable des questions de réfugiés et de l'assistance humanitaire.

Par Yusuf Hassan à Kampala, Ouganda

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Personnes déplacées internes

Les personnes déplacées fuient en quête de sécurité dans d'autres régions au sein même de leur pays, où ils ont besoin d'une aide.

Colombie : Vivre dans les «barrios»

Après plus de quarante ans de guerre civile, la Colombie recense l'une des plus grandes populations de personnes déplacées au monde. Plus de deux millions de personnes ont été contraintes de fuir leurs maisons ; beaucoup d'entre elles ont quitté des régions rurales éloignées pour aller chercher une sécurité relative dans les villes.

Les familles de personnes déplacées échouent la plupart du temps dans des taudis à la périphérie des grandes villes, où elles vivent dans un grand dénuement. Juste à la sortie de Bogota, des dizaines de milliers de personnes déplacées vivent dans les bidonvilles de Los Altos de Cazuca et de Los Altos de Florida. Les déplacé internes n'ont pratiquement pas accès aux services de santé, d'éducation ou de logement décent. La sécurité est également un problème, des gangs et des groupes armés contrôlant les bidonvilles et prenant souvent pour cible les jeunes.

L'UNHCR travaille en collaboration avec les autorités dans une dizaine de communes à travers la Colombie afin de s'assurer que les droits des personnes déplacées soient respectés, y compris leur accès aux services de base : la santé, l'éducation et la sécurité.

Colombie : Vivre dans les «barrios»

Le défi du déplacement forcé en Afrique

L'Afrique est le continent le plus touché par la tragédie du déplacement forcé. Alors que des millions de réfugiés ont pu rentrer en Angola, au Burundi, au Libéria, au Rwanda et au Sud-Soudan ces quinze dernières années, le nombre des personnes déplacées internes a néanmoins continué de croître. Début 2009, en plus de quelque 2,3 millions de réfugiés, quelque 11,6 millions de personnes étaient considérées comme des déplacés internes suite à des conflits survenant dans toute l'Afrique.

Pour répondre au déplacement forcé sur le continent africain, l'Union africaine organise un sommet spécial sur les réfugiés, les rapatriés et les personnes déplacées internes du 19 au 23 octobre à Kampala, la capitale ougandaise. Des chefs d'Etat et de gouvernement étudieront les défis et les moyens de trouver des solutions au déplacement forcé. Ils devraient également adopter une Convention pour la protection et l'assistance des personnes déplacées internes en Afrique, qui devrait être le premier instrument international juridique ayant force de loi en matière de déplacement interne et d'une portée continentale. Cette galerie de photos met en lumière la vie des déracinés de force vivant en Afrique, dont certains reçoivent une aide du HCR.

Le défi du déplacement forcé en Afrique

Réfugiés iraquiens en Jordanie

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a publié un appel de 60 millions de dollars pour financer ses programmes d'assistance à des centaines de milliers de réfugiés iraquiens et de personnes déplacées internes. Selon les conclusions de ce nouvel appel, la violence incessante en Iraq va vraisemblablement provoquer des déplacements massifs, à la fois internes et externes, avec des conséquences sur une grande partie de la région avoisinante. L'appel souligne que l'exode actuel représente le mouvement de population le plus important au Moyen-Orient sur le long terme depuis le déplacement des Palestiniens suite à la création d'Israël, en 1948.

L'UNHCR a lancé un avertissement selon lequel plus ce conflit durera, plus la situation deviendra difficile pour les centaines de milliers de déplacés et les communautés qui tentent de les aider - à l'intérieur et à l'extérieur de l'Iraq. Le fardeau est important pour les gouvernements et les communautés d'accueil de la région, il est essentiel que la communauté internationale soutienne les efforts humanitaires.

Le financement de 60 millions de dollars couvrira les programmes de protection et d'assistance de l'UNHCR en faveur des réfugiés iraquiens en Syrie, en Jordanie, au Liban, en Egypte et en Turquie, ainsi que des réfugiés non iraquiens et des personnes déplacées internes en Iraq.

Réfugiés iraquiens en Jordanie

Somalie : les souffrances des déplacés internesPlay video

Somalie : les souffrances des déplacés internes

On compte plus de 1,4 million de personnes déplacées internes en Somalie. La violence constante dans le sud et le centre du pays a rendu la tâche extrêmement difficile et dangereuse pour ceux qui leur viennent en aide.