António Guterres termine une mission de quatre jours en Géorgie et en Fédération de Russie

Communiqués de presse, 22 août 2008

Le 22 août 2008

VLADIKAVKAZ, Fédération de Russie Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres termine aujourd'hui une mission de quatre jours en Géorgie et en Fédération de Russie au cours de laquelle il a notamment rencontré des personnes déracinées par la crise survenue dans la région séparatiste géorgienne d'Ossétie du Sud.

Après des discussions avec de hauts représentants des autorités géorgiennes mardi, le Haut Commissaire a rencontré mercredi à Moscou le Ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov. Ils ont porté leur attention sur la coopération humanitaire entre le HCR et la Fédération de Russie dans plusieurs secteurs, dont le renforcement des mécanismes conjoints de réponse d'urgence. La plupart des discussions ont été consacrées aux préoccupations humanitaires liées à la situation en Ossétie du Sud ainsi qu'à des questions de protection plus larges pour les populations civiles affectées.

« Nous avons discuté de l'accès humanitaire à la fois pour les zones situées en Géorgie même, où ont toujours lieu des mouvements militaires, et pour l'Ossétie du Sud », a dit António Guterres au sujet de son entretien avec le Ministre russe des affaires étrangères. « Nous avons aussi examiné l'assistance humanitaire et la protection en Ossétie du Nord, qui a reçu des milliers de personnes ayant fui l'Ossétie du Sud. Dans ce contexte, nous avons abordé la question du processus et des perspectives de retour volontaire. Nous sommes aussi tombés d'accord sur le principe de la nature non discriminatoire du droit au retour pour tous les civils qui ont été forcés de fuir. »

Les autorités russes estiment que plus de 30 000 personnes originaires d'Ossétie du Sud ont fui vers l'Ossétie du Nord. Quelque 128 000 personnes seraient déplacées en Géorgie.

A Moscou, le Haut Commissaire a aussi visité le nouveau centre de coordination d'urgence géré par EMERCOM, l'agence russe d'assistance d'urgence avec laquelle le HCR a un accord de coopération de longue date. Jeudi soir, à Vladikavkaz, il a rencontré Sergueï Shoigu, le Ministre de la protection civile, des situations d'urgence et de l'élimination des conséquences des catastrophes naturelles.

António Guterres a aussi rencontré le chef du Service fédéral russe des migrations (SFM), Konstantin Romodanovsky, qui l'a accompagné lors de ses visites dans des sites accueillant des réfugiés en Ossétie du Nord. Leurs discussions ont notamment porté sur une analyse détaillée des progrès substantiels accomplis récemment dans le développement du système d'asile en Russie.

Après son arrivée à Vladikavkaz, le Haut Commissaire a rencontré des réfugiés et des personnes déplacées originaires d'Ossétie du Sud, et il a fait l'éloge de la réponse rapide et efficace fournie à leurs besoins par les agences humanitaires russes, y compris EMERCOM et FMS. Des personnes déracinées, accueillies dans deux centres d'hébergement soutenus par l'église, ont fait part de leur désir unanime de rentrer en Ossétie du Sud, dès qu'elles sentiront que les conditions de sécurité le permettent.

« J'ai perçu très clairement que la grande majorité des personnes présentes ici veulent rentrer chez elles dès que possible », a indiqué António Guterres aux journalistes. « Travaillant avec des réfugiés à travers le monde, nous préférons toujours le rapatriement volontaire et nous espérons bien sûr que cela sera possible très bientôt. »

Aujourd'hui, António Guterres se rend en mission en Ossétie du Sud pour évaluer la situation humanitaire et les possibilités d'accès humanitaire, et pour se rendre compte par lui-même des conditions pour le retour des personnes déracinées par la crise. Il sera le premier haut responsable international à se rendre en Ossétie du Sud depuis l'éruption du conflit début août. Prenant note du fait que, dans les circonstances actuelles, la seule entrée possible en Ossétie du Sud se faisait depuis l'Ossétie du Nord, António Guterres a exprimé sa gratitude au Ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov et aux autorités russes pour la facilitation de sa mission humanitaire.

Le HCR poursuivra son assistance humanitaire qui se fonde sur une approche strictement apolitique, tout en soulignant la nature non discriminatoire de l'action humanitaire menée pour toutes les personnes qui sont affectées par le conflit, et en insistant sur le droit au retour de tous les déplacés indépendamment de leur origine ethnique, de leur religion ou de leurs opinions politiques.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Le Haut Commissaire

M. António Guterres a rejoint, le 15 juin 2005, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, dont il est le 10ème Haut Commissaire.

Ingouchie

Lorsque le conflit a éclaté entre troupes gouvernementales et forces rebelles en Tchétchénie, en 1999, plus de 200 000 personnes ont fui, la plupart vers l'Ingouchie voisine. En décembre 2003, quelque 62 000 déplacés internes de Tchétchénie s'entassaient encore dans des installations temporaires ou des logements privés. Ceux qui vivaient dans les installations temporaires étaient continuellement menacés d'expulsion par des propriétaires désireux de récupérer leurs bâtiments.

Environ 7900 autres Tchétchènes et Ingouches déplacés de Tchétchénie vivaient en outre dans les camps de Satsita, Sputnik et Bart.

Les autorités russes ne cessaient d'appeler à la fermeture des camps et au retour des personnes déplacées de Tchétchénie. Trois camps avaient fermé au cours de 2003 - le camp Iman à Aki Yurt, le camp B " Bella " et le camp A " Alina ", les trois autres ont fermé entre mars et juin 2004. Il n'est resté, aux 52 000 déplacés qui ne voulaient pas retourner en Tchétchénie, que l'option de se trouver un abri dans des installations temporaires en Ingouchie ou dans des logements privés.

Ingouchie

Le chef du HCR rencontre des réfugiés au Burkina Faso

Le 1er août, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres s'est rendu au nord du Burkina Faso avec Anne C. Richard, la Secrétaire d'Etat américaine adjointe à la Population, aux Réfugiés et à la Migration (BRPM). Au camp de Damba, ils ont rencontré des réfugiés maliens qui ont fui le Mali au cours des six derniers mois pour échapper à la poursuite du conflit et à l'instabilité politique. A ce jour, plus de 250 000 réfugiés maliens ont fui leurs maisons et trouvé refuge dans l'un des pays de la région, y compris 250 000 réfugiés maliens au Burkina Faso. L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a reçu seulement un tiers de l'appel de fonds de 153 millions de dollars dont elle a besoin pour fournir une aide vitale y compris des abris, de l'eau, des installations sanitaires, des soins de santé, des vivres et une protection aux réfugiés. Le HCR craint que la situation politique instable et l'urgence humanitaire au Mali ne génèrent d'autres afflux vers les pays voisins. colombienne.

Le chef du HCR rencontre des réfugiés au Burkina Faso

Angelina Jolie auprès des boat people à Malte et à Lampedusa

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie a rejoint le chef du HCR António Guterres sur l'île italienne de Lampedusa, pour y rencontrer des boat people ayant fui l'instabilité en Afrique du Nord.

Plus de 40 000 personnes, y compris des réfugiés et des demandeurs d'asile, ont traversé la mer Méditerranée à bord de bateaux bondés et ont débarqué sur la petite île de Lampedusa depuis le début de l'année.

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR se trouvait auparavant à Malte, où arrivent également des personnes ayant fui l'Afrique du Nord par la mer.

Angelina Jolie auprès des boat people à Malte et à Lampedusa

HCR Genève : Crise aigue Play video

HCR Genève : Crise aigue

En conclusion de la session annuelle de l'organe directeur du HCR, le Haut Commissaire António Guterres a souligné le nombre sans précédent de crises aigues auxquelles le HCR doit faire face.
Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syriennePlay video

Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syrienne

L'Emissaire spéciale du HCR Angelina Jolie et le chef de l'agence pour les réfugiés António Guterres rencontrent des réfugiés syriens en Jordanie et écoutent leurs témoignages déchirants.
Equateur : Visite d'António GuterresPlay video

Equateur : Visite d'António Guterres

Le chef du HCR António Guterres se rend en Equateur avant la Journée mondiale du réfugié et rend hommage à ce pays pour l'accueil qu'il réserve aux réfugiés.