L'agence des Nations Unies pour les réfugiés lance « Les réfugiés dans le monde »

Communiqués de presse, 19 avril 2006

Le retour de millions de personnes vers des pays en cours de redressement tels que l'Afghanistan, l'Angola et la Sierra Leone a contribué à la diminution nette et globale du nombre de réfugiés et de demandeurs d'asile au cours des cinq dernières années. Toutefois, le caractère durable de certains de ces retours reste une source de préoccupation, indique un nouveau rapport publié aujourd'hui par l'agence des Nations Unies pour les réfugiés.

« Les réfugiés dans le monde : les déplacements humains au cours du nouveau millénaire » (Oxford University Press) a été lancé à Londres par le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres et le Secrétaire d'Etat britannique au développement international Hilary Benn. Cette publication examine l'évolution du déplacement au cours des cinq dernières années. Bien que le nombre de réfugiés 9,2 millions soit à son niveau le plus bas depuis 25 ans, ce livre explique que le système international gérant les déplacements humains traverse une période critique. Il est en effet confronté à de nouveaux défis dans un monde de plus en plus globalisé, parmi lesquels le sort de dizaines de millions de personnes déplacées internes, la confusion généralisée entre migrants et réfugiés, des politiques d'asile de plus en plus restrictives et l'intolérance croissante.

Dans la préface de l'ouvrage, António Guterres remarque que les conflits inter-étatiques sont aujourd'hui moins fréquents que les conflits internes et la guerre civile. Il en résulte que les réfugiés traversant une frontière internationale sont moins nombreux mais que davantage de personnes sont déplacées à l'intérieur de leur propre pays. Bien que les quelque 25 millions de déplacés internes ne tombent pas sous le champ d'application de la Convention de 1951 sur les réfugiés, ils ont néanmoins un besoin urgent d'aide.

« Les personnes qui chercheraient refuge dans des pays voisins sont plus fréquemment obligées de rester dans les frontières de leur propre pays, le plus souvent dans des conditions similaires à celles des réfugiés », écrit António Guterres. Selon le Haut Commissaire, le déplacement interne est le « plus grand échec » de la communauté internationale dans le domaine de l'action humanitaire. « Deux conflits très longs en Afrique en République démocratique du Congo et au Soudan sont responsables, à eux seuls, du déplacement interne d'environ 7,5 millions de personnes en 2005. »

Le livre remarque cependant que les Nations Unies ont fait de notables efforts pour aider les déplacés internes, ce qui inclut la décision prise par l'ONU l'année dernière de répartir les responsabilités par secteur entre agences spécifiques.

« Le rôle dévolu à l'UNHCR dans cette nouvelle division du travail est essentiel car il est centré sur la protection, domaine où les lacunes sont les plus importantes », précise le livre. « En effet, après 55 ans d'existence, l'UNHCR traverse une période cruciale de son histoire, l'agence ayant accepté de développer son rôle de manière substantielle pour englober les personnes déplacées. Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, un régime général est en cours d'élaboration pour répondre aux besoins des migrants forcés de se déplacer d'un côté ou de l'autre d'une frontière. »

Des millions de réfugiés et de demandeurs d'asile ont quand même pu, ces cinq dernières années, bénéficier de la protection internationale et de diverses solutions telles que le rapatriement, l'intégration dans leur pays de premier asile ou la réinstallation dans un pays tiers. Plus de quatre millions de réfugiés sont ainsi rentrés en Afghanistan et des centaines de milliers d'autres en Angola, en Sierra Leone, au Burundi et au Libéria. Le Sud-Soudan, qui lutte pour renaître après deux décennies de guerre civile, pourrait assister au retour de plus de quatre millions de déplacés internes et de réfugiés pendant les prochaines années.

S'assurer que ces personnes puissent rentrer chez elles et y rester nécessite une attention durable de la communauté internationale, de la phase du retour à celle de la reconstruction et du développement sur le long-terme. Dans ce processus, il est essentiel de combler toute lacune afin d'éviter que ces Etats ne tombent à nouveau dans un cycle de violence et de déplacement. Le développement joue un rôle vital pour permettre à la paix et au renouveau économique de s'enraciner.

Ce livre se penche aussi sur le sort des millions de réfugiés pour lesquels aucune solution n'est en vue. Il précise qu'il existe au moins 33 situations de réfugiés prolongées impliquant des groupes d'au moins 25 000 personnes vivant en exil depuis au minimum cinq ans. Au total, ils représentent 5,7 des 9,2 millions de réfugiés dans le monde. « Aujourd'hui, la majorité des réfugiés vivent en exil depuis bien trop longtemps, confinés dans des camps ou menant une existence difficile dans des centres urbains dans les pays en développement », indique la publication. « La plupart d'entre eux sont tombés dans l'oubli... »

Dans ses remarques prononcées à l'occasion du lancement du livre mercredi, António Guterres a indiqué que le lien entre asile et migration était l'un des plus importants défis auxquels était aujourd'hui confronté l'UNHCR.

« Au cours des dernières années, les problèmes d'asile et la protection des réfugiés sont devenus étroitement liés à la question de la migration internationale, et en particulier de la migration clandestine », a-t-il ajouté. « Dissocier les deux nécessite des interventions de protection au moment adéquat pour identifier les personnes dont les besoins sont fondés. L'UNHCR ne prévoit pas de devenir une agence pour la migration. Mais, la migration requiert notre attention nous devons être vigilants quant à ses effets sur le droit d'asile. L'UNHCR reconnaît que le contrôle des frontières et la gestion des migrations sont des prérogatives étatiques. Toutefois, ces mesures ne devraient pas exclure le droit, pour ceux qui ont un réel besoin, d'accéder à des mécanismes appropriés, en accord avec le droit international. »

Le nombre de migrants internationaux est évalué à plus de 175 millions de personnes, les demandeurs d'asile et les réfugiés ne représentant qu'une toute petite portion de cet ensemble, indique le livre. Mais la distinction entre réfugiés, demandeurs d'asile et migrants s'est effacée et toutes ces catégories sont désormais dépeintes sous un jour négatif par certains médias et hommes politiques.

« Dans l'opinion publique, un flou s'est installé entre la migration clandestine, les problèmes de sécurité et les questions liées à l'asile et aux réfugiés », indique le Haut Commissaire. « Cela démontre l'importance de combattre l'intolérance et de remettre en question l'idée selon laquelle les réfugiés et les demandeurs d'asile sont des causes d'insécurité, au lieu d'en être les victimes. »

L'UNHCR, qui a reçu à deux reprises le prix Nobel de la paix, s'occupe de quelque 19 millions de réfugiés et autres personnes relevant de sa compétence y compris plus de 5,5 millions de personnes déplacées dans plus de 116 pays.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •
Les réfugiés dans le monde, édition 2012

Les réfugiés dans le monde, édition 2012

La toute dernière version de l'une des principales publications du HCR passe en revue les problèmes auxquels sont confrontées les personnes déracinées ou apatrides.