Madame Ogata dédie son prix coréen à l'éducation des réfugiés

Communiqués de presse, 16 octobre 2000

La lauréate du prix de Séoul pour la paix en 2000, Mme Sadako Ogata, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, a décidé de verser la totalité de son prix, d'un montant de 200 000 dollars, à un Fonds nouvellement créé en faveur de l'éducation des réfugiés. Mme Ogata, réitérant son soutien pour le Fonds, a déclaré  : « Pour les enfants réfugiés, comme pour tous les enfants au monde, l'éducation devrait être une promesse, non un rêve. » Le Fonds pour l'éducation des réfugiés été créé pour marquer le cinquantième anniversaire du HCR , le 14 décembre prochain. « Ce que nous voulons célébrer, ce n'est pas la longévité du HCR, mais le courage, la créativité et la persévérance des réfugiés », a ajouté Mme Ogata.

Le Fonds sera un organisme indépendant composé d'institutions et d'experts de renommée internationale. Il sera financé par des donations des secteurs public et privé et se concentrera sur l'éducation post-primaire des jeunes et adolescents réfugiés dans les pays en développement.

Une enquête récente réalisée à l'initiative du HCR a mis en lumière le désavantage considérable dont souffrent les jeunes réfugiés : seuls 3 % d'entre eux parviennent à suivre un enseignement secondaire, comparés à 18 % des jeunes citoyens dans les pays les moins développés. Cet écart s'accroît encore lorsque l'on prend en compte les différences de sexe ou encore au niveau des études universitaires.

Le prix a été remis à Séoul vendredi dernier à Mme Ogata. Le même jour elle a été reçue par le président sud-coréen, Kim Dae Jung. Le président Kim, lui-même un ancien réfugié, a été désigné la semaine dernière comme lauréat du prix Nobel de la paix pour l'an 2000.

Le prix de Séoul pour la paix a été créé en 1990, suite aux Jeux Olympiques de Séoul. Le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, et l'ancien sénateur américain George Schultz comptent parmi les lauréats précédents de ce prix.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Education

L'éducation joue un rôle fondamental pour aider les jeunes déracinés à retrouver l'espoir et la dignité.

Enfants

Les enfants représentent près de la moitié de la population relevant de la compétence du HCR. Ils ont besoin de soins spécifiques.

Jeunes réfugiés

Ils ont connu des atrocités que nous ne pouvons imaginer, survécuà des traumatismes que la plupart des autres enfants n'auront jamais à connaître. Désorientés, déchirés entre leur fardeau d'adulte et leur innocence perdue, les jeunes réfugiés continuent partout dans le monde d'affronter l'avenir avec espoir et courage.

En 2003, l'UNHCR dédiait la Journée mondiale du réfugié aux jeunes réfugiés, pour attirer l'attention sur leur sort et rendre hommage à leur force et à leur potentiel, pour leur donner envie de s'aider et d'aider leurs communautés.

Dans cette série vous verrez des jeunes courageux, prêts à surmonter tous les revers. De la gaieté, de la tristesse, du sport, des projets et de l'amour et toujours une soif d'apprendre et une volonté farouche de s'en sortir, par l'éducation et la persévérance. En Bosnie comme en Érythrée, en Colombie comme à Kaboul, ces visages parfois désespérés, parfois pleins d'enthousiasme nous font vivre le quotidien des jeunes réfugiés à travers le monde.

Jeunes réfugiés

Tchad : l'éducation en exil

L'UNHCR s'associe avec le Ministère de l'éducation et des partenaires ONG pour améliorer l'éducation des réfugiés soudanais au Tchad. La violence continue dans la région ouest du Darfour, au Soudan, a déraciné deux millions de Soudanais dans leur propre pays et a fait fuir quelque 230 000 personnes de l'autre côté de la frontière dans l'est du Tchad. Les réfugiés sont hébergés dans 12 camps au Tchad. Bien que le taux d'inscription à l'école dans les camps au Tchad soit élevé, l'assiduité est variable. Le manque d'instituteurs qualifiés et de fournitures scolaires perturbe le déroulement des classes. Par ailleurs, de nombreux enfants sont accaparés par les tâches domestiques, tandis que d'autres arrêtent l'école pour travailler dans des familles tchadiennes. La fréquentation des filles est moins régulière, surtout après leur mariage qui a lieu généralement lorsqu'elles ont 12 ou 13 ans. Pour les garçons et adolescents, fréquenter l'école diminue le risque d'être recruté par différents groupes armés opérant dans la région.

L'UNHCR et ses partenaires continuent de former et de rémunérer les instituteurs au sein des 12 camps de réfugiés, assurant ainsi une éducation de qualité aux enfants réfugiés. Les ONG partenaires entretiennent les écoles et fournissent les uniformes aux écoliers. L'UNICEF distribue des livres, des cahiers et des fournitures. En août 2007, l'UNHCR, l'UNICEF et le Ministère de l'éducation tchadien ont travaillé conjointement pour améliorer l'éducation des Soudanais déracinés par le conflit au Darfour.

Tchad : l'éducation en exil

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

L'UNHCR a pour objectif d'aider 25 000 enfants réfugiés à retourner à l'école en Syrie, en soutenant financièrement leurs familles et en leur fournissant des uniformes et du matériel scolaire. Environ 1,4 million d'Iraquiens sont réfugiés en Syrie ; la plupart ont fui l'extrême violence sectaire déclenchée par le bombardement de la Mosquée d'Or de Samarra en 2006.

Pour de nombreux parents réfugiés iraquiens, l'éducation est une priorité d'une importance équivalente à celle de la sécurité. En Iraq, à cause de la violence et des déplacements forcés, les enfants iraquiens n'allaient pas régulièrement à l'école et nombre d'enfants réfugiés ont manqué une bonne partie de leur scolarité. Bien que l'éducation soit gratuite en Syrie, des frais pour l'achat de fournitures, d'uniformes et les frais de transport ne permettent pas d'accéder à l'éducation. Par ailleurs, de nombreux enfants réfugiés sont contraints de travailler plutôt que de fréquenter l'école, pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin d'encourager les familles iraquiennes défavorisées à inscrire leurs enfants à l'école, l'UNHCR prévoit d'aider financièrement au moins 25 000 enfants en âge d'être scolarisés et de fournir des uniformes, des livres et des fournitures scolaires aux réfugiés iraquiens enregistrés auprès de l'agence. L'UNHCR va également informer les réfugiés sur leur droit d'envoyer leurs enfants à l'école, et soutiendra les programmes d'ONG en faveur des enfants qui travaillent.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie