L'exode de réfugiés de la Casamance vers la Gambie se poursuit

Communiqués de presse, 6 juin 2001

Une offensive rebelle dans la province de La Casamance, au Sénégal, a provoqué l'exode de plus de 1 000 personnes vers la Gambie cette semaine, soit, selon les employés du HCR présents à la frontière, 3 500 réfugiés depuis la reprise des hostilités à la mi-mai.

Mardi, des centaines de réfugiés, ayant emporté quelques maigres possessions, continuaient d'arriver par le poste-frontière de Gjiboro, au sud de Banjul, la capitale gambienne. Les réfugiés ont fait état de combats intenses entre les forces gouvernementales sénégalaises et les rebelles séparatistes du MFDC (Mouvement des forces démocratiques de Casamance). Plus de 500 réfugiés, des femmes et des enfants pour la plupart, étaient déjà arrivés rien que dans la matinée de lundi.

Selon les réfugiés, ce dernier exode aurait été provoqué par la prise de la ville sénégalaise de Selity, située à deux kilomètres au sud de Gjiboro. L'arsenal de la ville aurait été pillé et le matériel de communications détruit.

Les réfugiés du village de Jakoi Banga, dans le nord de La Casamance, ont expliqué aux employés du HCR qu'ils avaient dû prendre la fuite après que des soldats sénégalais aient commencé à creuser des tranchées de défense à proximité de leur village samedi dernier. Les membres de l'équipe du HCR qui s'était rendue dans les villages situés le long de la frontière, ont appris, par des réfugiés, que des rebelles leur avaient « conseillé » de partir pour la Gambie avant l'arrivée de troupes sénégalaises.

Le gouvernement gambien a décidé de transférer plus de 800 nouveaux réfugiés se trouvant dans des camps au poste-frontière de Gjiboro vers le camp de transit de Kwinella, situé à 70 km plus au nord. Plusieurs centaines d'autres réfugiés ont été temporairement installés dans des villages situés le long de la frontière sud de la Gambie. Le HCR, le Programme alimentaire mondial et la Société de la Croix-Rouge gambienne fournissent des secours d'urgence aux réfugiés.

Le conflit interne en Casamance, province située dans le sud du Sénégal, couve depuis 1982, éclatant parfois en une véritable guerre. Plusieurs accords de paix entre le gouvernement sénégalais et les rebelles séparatistes ont été violés dans le passé, certains éléments du MFDC réclamant leur indépendance vis-à-vis de Dakar.

Le HCR vient en aide à 12 400 réfugiés en Gambie, dont 1 675 en provenance du Sénégal, arrivés avant ce dernier regain de violence.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •