La Tanzanie accorde un délai aux réfugiés burundais pour rentrer chez eux

Points de presse, 30 juin 2009

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR William Spindler à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 30 juin 2009 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR salue la décision du gouvernement de la Tanzanie d'accorder un délai supplémentaire pour le retour volontaire de quelque 36 000 réfugiés Burundais basés dans des camps.

Le camp de réfugiés de Mtabila situé dans le district de Kasulu au nord-ouest de la Tanzanie, le dernier camp de réfugiés accueillant des réfugiés burundais dans le pays, devait fermer aujourd'hui 30 juin, après que tous les résidents soient rentrés volontairement chez eux.

Cependant le 20 juin Journée mondiale des réfugiés le Ministre tanzanien des affaires intérieures, S.E. Lawrence Masha, a annoncé que les réfugiés Burundais qui sont dans le pays depuis les années 1990 auraient un délai supplémentaire pour rentrer au Burundi.

Les réfugiés auront maintenant la possibilité de planifier leur retour pendant la traditionnelle haute saison des retours qui s'étend jusqu'à fin septembre.

Le Ministre a également rappelé qu'aucun réfugié ne serait rapatrié de force. Il a réaffirmé l'engagement de son gouvernement à se conformer aux règles et standards internationaux en matière de protection des réfugiés.

Le processus de paix au Burundi a ouvert la voie au retour de l'une des populations de réfugiés la plus ancienne en Afrique. Depuis 2002, le HCR a apporté une assistance pour le retour volontaire de plus de 485 000 réfugiés burundais en provenance des pays voisins : la Tanzanie, la RDC et le Rwanda.

Au cours des 37 années écoulées, le conflit au Burundi a provoqué des vagues de déplacements faisant du pays le plus grand pays producteur de réfugiés au monde.

Les 36 000 réfugiés qui sont encore dans le camp de Mtabila ont fui vers la Tanzanie pour échapper aux violences ethniques des 16 dernières années au Burundi.

De plus, il y a les réfugiés burundais de « 1972 » installés dans trois 'vieux sites' dans les régions de Rukwa et Tabora à l'ouest de la Tanzanie. Par une décision historique prise en 2008, le gouvernement tanzanien avait donné le choix à ces réfugiés de rentrer chez eux ou de demander la nationalité tanzanienne.

Quelque 165 000 personnes ont décidé de rester et de demander la naturalisation, tandis que 55 000 autres ont opté pour le retour au Burundi. Parmi elles, quelque 40 000 personnes sont rentrées chez elles avec l'assistance du HCR et les autres 15 000 personnes sont déjà enregistrées et devraient être rapatriées chez elles avant la fin de l'année.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Rapatriés

Les rapatriés sont les personnes de retour chez elles. C'est la meilleure des solutions durables.

Rapatriement

Le HCR travaille avec le pays d'origine et les pays d'accueil pour aider les réfugiés à rentrer chez eux.

Des réfugiés tanzaniens rentrent à Zanzibar

Le HCR a organisé le rapatriement volontaire de 38 réfugiés tanzaniens originaires de Zanzibar qui résidaient depuis plus de dix ans à Mogadiscio, la capitale de la Somalie. Le groupe, qui comprenait 12 familles, a été transporté à bord de deux vols spécialement affrétés par le HCR depuis Mogadiscio vers Zanzibar le 6 juillet 2012. De là, sept familles ont été raccompagnées jusqu'à leurs villages sur l'île de Pemba, tandis que cinq familles décidaient de rester et de reconstruire leur vie sur l'île principale de Zanzibar, Unguja. Les chefs de familles étaient de jeunes hommes quand ils avaient quitté Zanzibar en janvier 2001, après avoir fui les émeutes et la violence suite aux élections d'octobre 2000. Ils faisaient partie des 2 000 réfugiés qui ont fui l'île tanzanienne de Pemba. Le reste de la communauté de réfugiés tanzaniens à Mogadiscio, environ 70 personnes, décide d'attendre et de voir comment la situation se déroule pour les personnes de retour à Zanzibar, avant de prendre la décision de rentrer.

Des réfugiés tanzaniens rentrent à Zanzibar

Trouver un chez-soi

Reconstruire sa vie dans la dignité et la sécurité, 1953-2003 : Inspirée du thème de la Journée mondiale du réfugié 2004: "Trouver un chez-soi: refaire sa vie dans la sécurité et la dignité", cette galerie de photos retrace les actions du HCR destinées à aider les personnes les plus vulnérables à retrouver un foyer, que ce soit par le rapatriement volontaire, l'intégration locale ou la réinstallation dans un pays tiers.

Trouver un chez-soi

Rapatriement en RDC depuis l'Angola

Le HCR a repris le programme de rapatriement librement consenti pour les réfugiés angolais vivant en République démocratique du Congo (RDC). Quelque 43 000 Angolais ont fait part de leur souhait de rentrer chez eux dans le cadre d'un projet qui avait été suspendu il y a quatre ans pour diverses raisons. Un premier groupe de 252 civils angolais a quitté le 4 novembre 2011 le centre de transit du HCR de la ville de Kimpese, à l'ouest de la RDC. Ils ont traversé la frontière quelques heures plus tard et ont été chaleureusement accueillis par des fonctionnaires et des habitants de Mbanza Congo. Au cours des deux premières semaines de l'opération de rapatriement, plus de 1 000 réfugiés angolais sont rentrés chez eux depuis la province du Bas-Congo à l'ouest et de Katanga au sud. Sur les 113 000 réfugiés angolais vivant dans les pays de la région, 80 000 sont hébergés par la RDC.

Rapatriement en RDC depuis l'Angola

Somalie : Retour à ZanzibarPlay video

Somalie : Retour à Zanzibar

Un groupe de familles rentre à Zanzibar en Tanzanie après avoir vécu en exil pendant plus de 10 ans à Mogadiscio en Somalie.
Tanzanie : Vers la citoyennetéPlay video

Tanzanie : Vers la citoyenneté

En 2007, le HCR et le gouvernement tanzanien lui ont donné le choix : retourner chez lui ou devenir citoyen tanzanien. Pour Michael Sheltieri Namoya, la décision a vite été prise.
Tanzanie : Les Bantous rentrent chez euxPlay video

Tanzanie : Les Bantous rentrent chez eux

Depuis plus de quatre siècles, des milliers de Bantous vivent en Somalie. Désormais ils rentrent en Tanzanie, la terre de leurs ancêtres.