Le HCR publie ses recommandations à la Présidence suédoise de l'Union européenne

Points de presse, 23 juin 2009

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR William Spindler à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 23 juin 2009 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR a publié ses recommandations à la Suède pour la prochaine présidence de l'Union européenne (de juillet à décembre 2009), qui sera une période particulièrement critique pour l'avenir d'une politique européenne de l'asile. Durant le deuxième semestre de cette année, l'UE adoptera un nouveau programme multi annuel dans le domaine de la justice et des affaires intérieures qui déterminera le cours de la législation et de la politique européennes sur l'asile de 2010 à 2014.

Le HCR invite la Suède à mettre à profit sa présidence pour réaffirmer l'importance d'une approche fondée sur les droits en matière de gestion des frontières et de contrôle des migrations. Des évènements récents, parmi lesquels le refoulement par l'Italie de boat people ainsi que des élections au cours desquelles des partis anti-immigrants ont obtenu des résultats importants dans de nombreux pays européens, donnent lieu de s'inquiéter de l'engagement européen à garantir un accès à la protection.

Le HCR soutient une solidarité renforcée entre les Etats membres de l'UE, pour porter assistance à ceux qui sont confrontés à des pressions particulières, résultant de l'arrivée de migrants en situation irrégulière et de demandeurs d'asile. L'organisation suggère sur ce point le choix entre différentes options incluant le transfert depuis un Etat membre vers un autre pour des personnes reconnues comme réfugiées. Toutefois le HCR souligne que ceci ne devrait pas se faire au détriment de la solidarité avec des pays non membres qui accueillent des populations de réfugiés importantes. Le HCR appelle à un engagement bien plus important de l'UE en matière de réinstallation de réfugiés, indiquant que l'UE offre actuellement moins de 10 % du total des places pour la réinstallation.

Les recommandations du HCR mettent également l'accent sur la nécessité d'améliorer la qualité et la cohérence de la prise de décision relative aux demandes d'asile à travers l'UE. La situation actuelle, dans le cadre de laquelle des demandes d'asile émanant de personnes de même nationalité ayant un vécu identique ont des résultats totalement différents d'un pays à l'autre, met en péril le principe même d'un système européen commun d'asile. Le HCR espère que le Bureau européen d'appui en matière d'asile qui est prévu accordera la plus haute priorité à ce problème.

Bien que les propositions de la Commission européenne pour l'amendement de lois européennes existantes sur l'asile aient suscité une réticence considérable de la part des Etats membres, le HCR estime que des amendements législatifs sont nécessaires pour combler les manques et améliorer les normes. Le HCR relève qu'une observation et une évaluation plus systématiques concernant les pratiques des pays de l'UE est nécessaire pour identifier les bonnes pratiques ainsi que les insuffisances.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •
Asile et migration

Asile et migration

Tous dans le même bateau : les défis de la migration mixte à travers le monde.

Plaidoyer

Plaider pour la cause des réfugiés constitue une part importante des activités menées par le HCR pour protéger les populations relevant de sa compétence.

Le droit et la politique d'asile de l'Union européenne

Les lois et pratiques de l'UE ont une incidence sur la création des mécanismes de protection des réfugiés dans d'autres pays.

Liens Internet autour de ce thème

Le HCR n'est pas responsable du contenu et de la disponibilité des sites Internet externes

Long voyage de retour vers Tombouctou

La guerre a atteint Tombouctou en avril dernier, quand des rebelles touaregs se sont emparés de cette ville antique du nord du Mali. Elle est rapidement tombée sous le contrôle des militants, qui ont commencé à imposer aux habitants une version stricte de la charia. Les femmes ont été forcées de porter le voile en public, des personnes suspectées d'adultère étaient fouettées ou lapidées, des voleurs ont eu les mains coupées et des chambres funéraires centenaires ont été détruites.

Des milliers de personnes ont alors fui Tombouctou et beaucoup ont trouvé refuge dans la capitale malienne, Bamako, au sud du pays. Fatima Nialy, une mère de quatre enfants, s'est jointe au flux des civils se dirigeant vers le sud car elle se sentait prisonnière dans sa propre maison à Tombouctou. A Bamako, elle et ses enfants - dont son bébé d'un mois - ont été pris en charge par des proches. Elle a vécu dans une chambre de la maison de son frère aîné.

En février 2013, peu de temps après que les forces françaises et maliennes aient libéré Tombouctou, Fatima a décidé de rentrer chez elle avec ses enfants. Le photographe Thomas Martinez les a suivis

Long voyage de retour vers Tombouctou

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

La distinction Nansen pour les réfugiés 2008 est remise au Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban.

Le coordonnateur britannique d'un programme d'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban, ainsi que son équipe composée de près de 1 000 démineurs civils - des Libanais pour la plupart - ont été nommés, par le HCR, lauréats de la distinction Nansen pour les réfugiés 2008.

Christopher Clark, un ancien officier de l'armée britannique, est devenu en 2003 responsable du Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban (UNMACC-SL). Ses équipes ont détecté et détruit des tonnes de munitions non explosées (UXO) et des dizaines de milliers de mines antipersonnel.

Ces chiffres incluent près de 145 000 sous-munitions, provenant de bombes à sous-munitions, trouvées au Sud-Liban après la guerre de cinq semaines ayant eu lieu mi-2006. Leur travail a permis à près d'un million de déplacés libanais par le conflit de rentrer chez eux en sécurité. Il a cependant eu un coût, 13 démineurs ont perdu la vie et 38 autres ont été blessés depuis 2006. Le Sud-Liban retrouve sa prospérité et la reconstruction se poursuit rapidement, en grande partie grâce au travail mené par les lauréats de la distinction Nansen 2008.

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

Un adolescent en exil

Comme tous les pères avec leurs fils, Fewaz et Malak ont parfois du mal à coexister. Une nouvelle coupe de cheveux et une cigarette en cachette peuvent déjà créer des tensions dans le petit appartement qui est leur chez-soi. Malgré cela, un lien puissant les unit : ces réfugiés syriens ont été bloqués pendant près d'un an dans un quartier pauvre d'Athènes.

Ils avaient auparavant fui leur maison avec le reste de la famille durant l'été 2012, après que la guerre ait commencé à tourmenter leur paisible vie. Depuis la Turquie, ils avaient tenté plusieurs fois la traversée périlleuse pour entrer en Grèce.

Malak, treize ans, a été le premier à passer la frontière marquée par le fleuve Evros. Mais Fewaz, sa femme et leurs deux autres enfants n'ont pas eu cette chance en mer. Ils avaient remis toutes leurs économies d'une vie pour tenter la traversée périlleuse de la Méditerranée. Ils ont été refoulés par les gardes-côtes grecs.

Lors de leur sixième tentative, le reste de la famille a traversé la frontière et le fleuve Evros. Sa femme et ses deux enfants ont rejoint l'Allemagne, mais Fewaz est parti vers Athènes pour retrouver Malak.

«Quand j'ai enfin vu mon père à Athènes, les mots ne suffisent pas pour décrire ma joie », dit Malak. Cependant, l'adolescent était hanté par le fait de perdre à nouveau son père. « Je crains que mon père soit arrêté, que ferais-je sans lui ? »

Jusqu'au regroupement de la famille, Malak et son père restent ensemble et se serrent les coudes. Le garçon apprend à se débrouiller en grec. Et Fewaz commence à s'habituer à la coupe de cheveux de son fils.

Un adolescent en exil