Près de 400 Lao Hmongs rapatriés depuis la Thaïlande

Points de presse, 11 juillet 2008

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Jennifer Pagonis à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 11 juillet 2008 au Palais des Nations à Genève.

Près de 400 Lao Hmongs ont été rapatriés jeudi vers le Laos depuis un camp situé dans le nord de la Thaïlande. L'UNHCR n'a pas pu observer le processus de retour car l'accès ne lui a pas été accordé. Nous n'avons aucune information pour affirmer que les retours ont été volontaires ou non.

Les 391 personnes appartenant à l'ethnie Hmong ont été rapatriées depuis le camp de Ban Huay Nam Khao par l'armée thaïlandaise dans la province de Petchabun.

Le rapatriement de jeudi porte à 1 228 le nombre total de Lao Hmongs rapatriés depuis le camp de Ban Huay Nam Khao au cours des trois dernières semaines. Le 22 juin, un groupe de 837 personnes avait été rapatrié après une manifestation massive dans le camp, qui rendent préoccupantes les conditions entourant ces retours.

On compte actuellement quelque 6 000 Lao Hmongs qui vivent toujours dans le camp. Environ 200 à 300 autres vivraient à l'extérieur du camp, dont certains d'entre eux dans la clandestinité.

L'UNHCR n'a pas accès au camp de Ban Huay Nam Khao, où les Lao Hmongs ont commencé à arriver durant l'année 2005. Nous avons régulièrement demandé avec insistance aux autorités thaïlandaises de permettre l'accès au camp pour que l'UNHCR puisse participer à la recherche de solutions appropriées. Nous avons fait valoir qu'une plus grande transparence permettrait d'établir la confiance et serait dans le meilleur intérêt de toutes les parties concernées. L'UNHCR a également appelé la Thaïlande à respecter les normes internationales en matière de rapatriement volontaire.

L'UNHCR réitère son offre d'aider les Gouvernements thaïlandais et laotien dans la gestion de la situation des Lao Hmongs.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Réfugiés du Myanmar

Au cours des derniers mois, plus de 2 000 réfugiés originaires du Myanmar sont arrivés dans le nord de la Thaïlande. Ils disent fuir la reprise du conflit et les violations des droits humains dans l'Etat de Kayin au Myanmar. Les réfugiés, qui appartiennent principalement à l'ethnie Karen, disent que leurs maisons et leurs villages ont été brûlés et que des civils ont été tués. Beaucoup sont en très mauvaise santé et souffrent de maladies telles que le paludisme après un voyage long et dangereux vers les camps à travers des zones extrêmement minées. Les réfugiés arrivent dans des camps gérés par le gouvernement, principalement dans la région de Mae Hong Son, au nord de la Thaïlande.

L'UNHCR travaille avec le gouvernement thaïlandais et les organisations non gouvernementales pour s'assurer que les nouveaux arrivants sont admis dans les camps et qu'ils reçoivent l'hébergement et la protection adéquats. L'hébergement est une préoccupation majeure car certains camps de réfugiés sont surchargés. Lors d'une réunion à la mi-mai, les autorités thaïlandaises ont donné leur accord pour la construction de maisons en matériaux plus résistants afin d'y installer les nouveaux arrivants.

Actuellement 140 000 réfugiés originaires du Myanmar vivent en Thaïlande dans neuf camps situés près de la frontière, beaucoup d'entre eux sont là depuis plus de 20 ans.

Septembre 2006

Réfugiés du Myanmar