Thaïlande : Le HCR s'inquiète du retour de Lao Hmong

Points de presse, 27 juin 2008

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Jennifer Pagonis à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 27 juin 2008 au Palais des Nations à Genève.

L'UNHCR a écrit au Gouvernement thaïlandais afin d'exprimer son inquiétude suite au retour, le dimanche 22 juin dernier, de 837 Lao Hmong depuis la Thaïlande. Cette opération est intervenue après une manifestation de plusieurs milliers de Lao Hmong qui s'étaient enfuis d'un camp de la province de Phetchabun géré par l'armée thaïlandaise. Le manque de transparence et l'absence d'une tierce partie pour gérer l'opération de retour rendent impossible la vérification de la nature volontaire du rapatriement.

L'UNHCR est particulièrement préoccupé par le sort d'un groupe de huit dirigeants et de leurs familles, soit 18 personnes au total qui semblent avoir été renvoyées contre leur volonté dimanche matin, sans qu'il ait été établi si elles nécessitaient une protection internationale. Ceci pourrait constituer une atteinte au principe de non refoulement, en vertu duquel aucun réfugié ou demandeur d'asile ne doit être forcé à rentrer dans un pays où il pourrait subir des persécutions.

Pour les 819 personnes restantes, reconduites au Laos dimanche soir, le rapatriement semble avoir été mis en place dans des conditions soulevant des interrogations quant à la nature réellement volontaire de leur choix, et sans aucune décision préalable sur leurs demandes d'asile. Nous craignons également qu'en raison de la précipitation avec laquelle ce retour a été mené, de nombreuses familles n'aient été séparées en cours.

L'UNHCR, qui n'a jamais pu avoir accès au groupe d'environ 8 000 Lao Hmong se trouvant dans le camp de Ban Nam Khao dans la province de Phetchabun, a demandé avec insistance et depuis longtemps qu'une évaluation en bonne et due forme soit conduite afin de pouvoir identifier au sein de ce groupe les personnes ayant besoin d'une protection internationale.

L'UNHCR est prêt à aider les Gouvernements thaïlandais et lao, et considère que l'implication de l'UNHCR serait très utile pour gérer la situation des Lao Hmong, rétablir la confiance et garantir la transparence nécessaire à la recherche de solutions humanitaires pour les Lao Hmong.

L'UNHCR rappelle également l'existence de standards internationaux concernant le rapatriement volontaire, dont les conseils à fournir aux personnes envisageant de rentrer ainsi que la distribution d'un document pour le retour volontaire incluant une photographie de la personne concernée, une déclaration de celle-ci demandant le retour dans son pays et sa signature. De plus, la personne dispose du droit de changer d'avis à tout moment. Le suivi indépendant par une tierce partie contribue également à établir la confiance internationale dans ce processus.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Réfugiés du Myanmar

Au cours des derniers mois, plus de 2 000 réfugiés originaires du Myanmar sont arrivés dans le nord de la Thaïlande. Ils disent fuir la reprise du conflit et les violations des droits humains dans l'Etat de Kayin au Myanmar. Les réfugiés, qui appartiennent principalement à l'ethnie Karen, disent que leurs maisons et leurs villages ont été brûlés et que des civils ont été tués. Beaucoup sont en très mauvaise santé et souffrent de maladies telles que le paludisme après un voyage long et dangereux vers les camps à travers des zones extrêmement minées. Les réfugiés arrivent dans des camps gérés par le gouvernement, principalement dans la région de Mae Hong Son, au nord de la Thaïlande.

L'UNHCR travaille avec le gouvernement thaïlandais et les organisations non gouvernementales pour s'assurer que les nouveaux arrivants sont admis dans les camps et qu'ils reçoivent l'hébergement et la protection adéquats. L'hébergement est une préoccupation majeure car certains camps de réfugiés sont surchargés. Lors d'une réunion à la mi-mai, les autorités thaïlandaises ont donné leur accord pour la construction de maisons en matériaux plus résistants afin d'y installer les nouveaux arrivants.

Actuellement 140 000 réfugiés originaires du Myanmar vivent en Thaïlande dans neuf camps situés près de la frontière, beaucoup d'entre eux sont là depuis plus de 20 ans.

Septembre 2006

Réfugiés du Myanmar