Le HCR proteste après l'expulsion de demandeurs d'asile chinois par la Russie

Points de presse, 30 mars 2007

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR William Spindler à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 30 mars 2007 au Palais des Nations à Genève.

Selon des informations fiables reçues par l'UNHCR, une Chinoise demandeur d'asile et sa fille âgée de 8 ans ont été arrêtées par les autorités russes dans leur résidence de Saint Petersbourg mercredi dernier (le 28 mars) et remises dans un avion en partance pour la Chine via Novossibirsk. La femme et sa fille avaient déposé une demande d'asile selon la loi de la Fédération de Russie sur les réfugiés. Leur appel contre une première décision négative était prévu pour être examiné par le tribunal de district de Dzerjinsk à Saint Petersbourg cet après-midi. Toutes les deux étaient enregistrées par l'UNHCR comme étant des personnes ayant besoin de protection internationale.

L'UNHCR est très inquiet après leur expulsion forcée en violation avec les obligations internationales de la Fédération de Russie et la loi de ce pays sur les réfugiés, qui toutes deux interdisent le retour des demandeurs d'asile dans leur pays d'origine avant que ne soit intervenue la décision finale dans leur demande d'asile. La Fédération de Russie est signataire de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés.

L'UNHCR est en contact avec l'avocat des demandeurs d'asile et les autorités russes pour clarifier les faits concernant ce problème.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Le HCR fournit des tentes pour les survivants du séisme en Chine

L'agence pour les réfugiés a fourni à la Chine 11 000 tentes, dont le besoin se fait désespérement ressentir, pour aider à l'hébergement d'urgence, suite au tremblement de terre destructeur qui a frappé la province du Sichuan le 12 mai 2008 et laissé cinq millions de sans-abri.

Les tentes, fabriquées en Chine pour le HCR, ont été transportées vers la zone du séisme. Un premier lot de 2 000 tentes a été acheminé par voie aérienne vers Chengdu le 25 mai et le solde de 9 000 pièces est arrivé peu après. Ces tentes permettent d'abriter 55 000 personnes. Elles ont été distribuées dans les villes d'Aba, de Deyang et de Guangyuan, qui sont proches de l'épicentre du tremblement de terre.

Le HCR fournit des tentes pour les survivants du séisme en Chine

Ingouchie

Lorsque le conflit a éclaté entre troupes gouvernementales et forces rebelles en Tchétchénie, en 1999, plus de 200 000 personnes ont fui, la plupart vers l'Ingouchie voisine. En décembre 2003, quelque 62 000 déplacés internes de Tchétchénie s'entassaient encore dans des installations temporaires ou des logements privés. Ceux qui vivaient dans les installations temporaires étaient continuellement menacés d'expulsion par des propriétaires désireux de récupérer leurs bâtiments.

Environ 7900 autres Tchétchènes et Ingouches déplacés de Tchétchénie vivaient en outre dans les camps de Satsita, Sputnik et Bart.

Les autorités russes ne cessaient d'appeler à la fermeture des camps et au retour des personnes déplacées de Tchétchénie. Trois camps avaient fermé au cours de 2003 - le camp Iman à Aki Yurt, le camp B " Bella " et le camp A " Alina ", les trois autres ont fermé entre mars et juin 2004. Il n'est resté, aux 52 000 déplacés qui ne voulaient pas retourner en Tchétchénie, que l'option de se trouver un abri dans des installations temporaires en Ingouchie ou dans des logements privés.

Ingouchie