Malaisie : des personnes détentrices de cartes du HCR prises dans la dernière vague d'arrestations de migrants

Points de presse, 30 janvier 2007

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Jennifer Pagonis à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 30 janvier 2007 au Palais des Nations à Genève.

En Malaisie, l'UNHCR est particulièrement inquiet de ce qui s'est passé ce week-end : suite à des mesures énergiques à l'encontre des migrants sans papiers, quelque 45 ressortissants du Myanmar en possession de documents délivrés par l'UNHCR ont été arrêtés près de la capitale administrative de Putrajaya et ensuite détenus. Malgré le rapide déploiement de notre équipe sur le site pour aider les autorités à vérifier les identités de personnes relevant de notre mandat, en accord avec la pratique usuelle pour assurer leur libération, ils ont été emmenés au centre de détention et d'immigration de Lenggeng. Nous sommes maintenant en contact avec les autorités concernant leur libération.

En général, les autorités malaisiennes, conscientes de la situation humanitaire et de la vulnérabilité des personnes sous la protection de l'UNHCR, évitent d'arrêter ou de détenir des personnes possédant des cartes délivrées par l'UNHCR. Mais, au cours des derniers mois, de nouveaux développements ont vu le jour et des personnes ayant une carte de l'UNHCR ont également été arrêtées au cours de ces rafles de migrants. En décembre, 90 personnes ayant une carte de l'UNHCR ont été arrêtées, et, pour le seul mois en cours, 70 autres personnes ont déjà été interpellées.

Nous espérons que cette tendance récente va rapidement s'inverser et que les autorités vont continuer à maintenir leur engagement humanitaire envers les réfugiés.

On estime à 46 000 le nombre de personnes enregistrées par l'UNHCR en Malaisie : 15 000 personnes originaires de la province indonésienne d'Aceh, 12 000 Rohingya de Rakhine, Etat du nord du Myanmar, 16 000 membres d'autres minorités ethniques du Myanmar, telles que les Chin et les musulmans du Myanmar. Le reste des personnes enregistrées est originaire de divers pays.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Malaisie : Les réfugiés s'entraident

De nombreux Malais ne peuvent cacher leur étonnement lorsqu'ils apprennent que leur pays accueille des réfugiés. Cela montre à quel point les quelque 67 800 réfugiés sont invisibles. Ils ne vivent pas dans des camps mais dans les villes de Malaisie, dans des appartements et des maisons à bas prix au côté des Malais. Les réfugiés, dont l'écrasante majorité est originaire du Myanmar, vivent par groupes très unis de 20 à 30 personnes dans de petits appartements.

Comme dans de nombreux autres pays asiatiques, le statut officiel de réfugié du HCR ne confère pas toujours une protection adaptée. Les réfugiés ne sont pas autorisés à travailler légalement et ils sont exploités pour effectuer des métiers sales, dangereux et difficiles que refuse la population locale.

Plus que dans d'autres pays, les réfugiés en Malaisie se regroupent pour s'entraider en l'absence de services assurés par les pouvoirs publics. Le HCR, les organisations non gouvernementales et des bénévoles soutiennent ces initiatives, y compris des petits commerces d'artisanat ainsi que des écoles et des dispensaires, qui sont essentiellement menées par les réfugiés eux-mêmes.

Malaisie : Les réfugiés s'entraident