Thaïlande : Le HCR proteste vigoureusement contre l'expulsion de Lao Hmong réfugiés

Points de presse, 30 janvier 2007

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Jennifer Pagonis à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 30 janvier 2007 au Palais des Nations à Genève.

L'UNHCR a appris avec une vive inquiétude que 153 Lao Hmong qui ont été reconnus comme réfugiés parmi lesquels un nouveau-né étaient en train d'être expulsés, aujourd'hui même, d'un centre de détention situé en Thaïlande vers le Laos. Toutefois, nous avons été informés que l'expulsion d'aujourd'hui avait été annulée, après un moment de vive tension survenu après qu'un groupe de 54 hommes réfugiés aient fortement résisté à leur renvoi et qu'ils se soient barricadés dans le centre de détention de Nong Khai, avec un groupe d'une vingtaine d'enfants. La plupart des femmes et des enfants qui avaient déjà été embarqués dans des bus ont été autorisés à en descendre et à rejoindre le centre de détention. Deux ambulances transportant deux cas médicaux graves et qui étaient garées près du pont servant de frontière entre la Thaïlande et le Laos sont rentrées à l'hôpital avec leurs malades.

Si cette expulsion a lieu, ce serait la première fois, à notre connaissance, que la Thaïlande refoule des réfugiés individuellement reconnus selon le mandat de l'UNHCR. Cela constituerait une violation grave du droit humanitaire international, qui précise qu'aucun réfugié ne doit être renvoyé de force vers un pays où sa vie ou sa liberté pourrait être en danger. Cela serait aussi une grande déception pour l'UNHCR, alors que nous avons adressé à maintes reprises des offres au Gouvernement thaïlandais pour l'aider à trouver des solutions alternatives pour ce groupe et que nous avons étroitement travaillé avec des pays tiers pour trouver des solutions de réinstallation.

Nous sommes très inquiets pour la sûreté et la sécurité des personnes expulsées vers le Laos. A l'intérieur du Laos, l'UNHCR n'a pas accès aux personnes qui ont été renvoyées contre leur volonté. Nous restons très préoccupés par le sort des 26 enfants Hmong séparés de leurs parents et expulsés de Thaïlande vers le Laos en décembre 2005. Il n'y a aucune trace de ces enfants depuis, malgré les efforts de l'UNHCR et du Gouvernement thaïlandais pour découvrir ce qu'il est advenu d'eux.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Réfugiés du Myanmar

Au cours des derniers mois, plus de 2 000 réfugiés originaires du Myanmar sont arrivés dans le nord de la Thaïlande. Ils disent fuir la reprise du conflit et les violations des droits humains dans l'Etat de Kayin au Myanmar. Les réfugiés, qui appartiennent principalement à l'ethnie Karen, disent que leurs maisons et leurs villages ont été brûlés et que des civils ont été tués. Beaucoup sont en très mauvaise santé et souffrent de maladies telles que le paludisme après un voyage long et dangereux vers les camps à travers des zones extrêmement minées. Les réfugiés arrivent dans des camps gérés par le gouvernement, principalement dans la région de Mae Hong Son, au nord de la Thaïlande.

L'UNHCR travaille avec le gouvernement thaïlandais et les organisations non gouvernementales pour s'assurer que les nouveaux arrivants sont admis dans les camps et qu'ils reçoivent l'hébergement et la protection adéquats. L'hébergement est une préoccupation majeure car certains camps de réfugiés sont surchargés. Lors d'une réunion à la mi-mai, les autorités thaïlandaises ont donné leur accord pour la construction de maisons en matériaux plus résistants afin d'y installer les nouveaux arrivants.

Actuellement 140 000 réfugiés originaires du Myanmar vivent en Thaïlande dans neuf camps situés près de la frontière, beaucoup d'entre eux sont là depuis plus de 20 ans.

Septembre 2006

Réfugiés du Myanmar