Kazakhstan : un réfugié ouzbek est remis au HCR

Points de presse, 15 août 2006

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Jennifer Pagonis à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 15 août 2006 au Palais des Nations à Genève.

Nous sommes grandement encouragés par le fait que les autorités kazakhes ont relâché aujourd'hui un réfugié ouzbek, dépendant maintenant de l'UNHCR, qui faisait l'objet d'une demande d'extradition par l'Ouzbékistan. Le réfugié a été remis ce matin à l'UNHCR à Almaty pour une réinstallation immédiate permanente avec sa famille.

La semaine dernière, dans le cadre d'une sérieuse violation de la convention relative au statut des réfugiés de 1951, un autre Etat d'Asie centrale, le Kirghizistan a refoulé illégalement quatre réfugiés ouzbeks et un demandeur d'asile vers l'Ouzbékistan qui avait demandé leur extradition. Nous avons de lourdes craintes pour leur sécurité et n'avons reçu aucune nouvelle à leur sujet depuis leur retour forcé.

Le réfugié ouzbek au Kazakhstan, qui habitait dans ce pays depuis sept ans avec sa famille, était détenu depuis juin dernier à la suite d'une demande d'extradition de l'Ouzbékistan. Après une étude approfondie de son cas, nous avons considéré sans fondement cette demande contre lui et avons déterminé qu'il avait besoin de protection internationale. Fin juin, il a été reconnu comme réfugié relevant de la compétence de l'UNHCR. Nous avons craint que sa vie soit mise en danger s'il était expulsé vers l'Ouzbékistan. Les autorités kazakhes ont aussi conclu à l'évidence que la demande d'extradition était sans fondement et ont rejeté la demande.

Nous sommes réassurés par l'engagement du Kazakhstan envers la Convention relative au statut des réfugiés de 1951, faisant clairement état qu'aucun réfugié ne doit être expulsé de force dans son pays d'origine, particulièrement si cela se passe à une période où nous voyons clairement une détérioration des standards de la protection des réfugiés ailleurs dans la région. Nous accueillons particulièrement l'esprit d'ouverture et de coopération dans le cadre de la résolution de ce cas, et le niveau de professionnalisme démontré par les autorités kazakhes dans ce processus. Nous voyons cela comme le résultat d'une coopération de longue date entre l'UNHCR et le gouvernement, ayant pour but de renforcer les capacités du Kazakhstan à fournir la protection internationale des réfugiés comme décrite dans la législation internationale pour les réfugiés.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •