Malte : un chalutier attend au large, le HCR appelle l'Union européenne au partage des tâches

Points de presse, 18 juillet 2006

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Jennifer Pagonis à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 18 juillet 2006 au Palais des Nations à Genève.

Le chalutier espagnol « Francisco Catalina », qui a secouru 51 personnes (42 hommes, 8 femmes et un bébé, pour la plupart apparemment originaires d'Erythrée) en Méditerranée vendredi (14 juillet) a été mis en attente au large des côtes maltaises depuis samedi et n'a toujours pas été autorisé à accoster à Malte.

L'UNHCR est en contact avec les autorités maltaises pour exprimer sa préoccupation humanitaire concernant ce groupe, certains d'entre eux pouvant être des réfugiés qui ont besoin d'une protection internationale et pour souligner la nécessité urgente de débarquer ces personnes aussi rapidement que possible dans un lieu où elles pourront recevoir de l'assistance.

L'UNHCR comprend tout à fait les difficultés et les problèmes des autorités maltaises et les considérables défis posés par l'arrivée répétée de groupes mixtes de migrants, demandeurs d'asile et réfugiés dans différents pays de la Méditerranée. Cependant, compte tenu de l'urgence de la situation et pour des considérations pratiques, l'UNHCR en appelle aux gouvernements de la région pour qu'ils autorisent le débarquement et l'admission des ces 51 personnes sur leur territoire, au moins temporairement.

L'UNHCR appelle aussi les pays membres de l'Union européenne à travailler avec Malte et à aider ce pays pour trouver une solution appropriée dans ce type de situation avec un esprit de solidarité et de partage des tâches.

L'UNHCR salue également le geste humanitaire du capitaine et de l'équipage du « Francisco Catalina » et demande à toutes les autorités compétentes de faire leur possible pour s'assurer que le chalutier puisse continuer son voyage comme prévu aussi vite que possible et avec un minimum de retard.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Voir aussi

Asile et migration

Asile et migration

Tous dans le même bateau : les défis de la migration mixte à travers le monde.

Migration mixte

Les migrants diffèrent des réfugiés, mais ces deux populations voyagent parfois côte à côte.

Magazine Réfugiés N° 148

Magazine Réfugiés N° 148

Réfugié ou migrant ? Pourquoi cette question compte

Migration internationale

Le lien qui existe entre les mouvements de réfugiés et les migrations plus larges fait l'objet d'une attention croissante.

Liens Internet autour de ce thème

Le HCR n'est pas responsable du contenu et de la disponibilité des sites Internet externes

La distinction Nansen 2007

La distinction Nansen pour les réfugiés est remise à une avocate de Malte pour ses efforts et son courage.

La distinction Nansen 2007

A la dérive vers l'Italie

Chaque année, la mer Méditerranée - une destination estivale parmi les plus prisées en Europe - se transforme en cimetière. Des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants s'y noient, au cours de leur tentative désespérée pour atteindre des pays de l'Union européenne (UE).

La distance entre l'île italienne de Lampedusa et la côte libyenne est tout juste de 290 kilomètres. En 2006, quelque 18 000 personnes ont traversé ce bras de mer - la plupart dans des embarcations gonflables équipées de moteurs hors-bord. Certains cherchaient du travail, d'autres voulaient retrouver des membres de leur famille ou d'autres encore fuyaient la persécution, le conflit ou les violences. Ils n'avaient pas d'autre choix que celui de fuir, en quête de sécurité, via des itinéraires clandestins.

Parmi ceux qui ont réussi à atteindre Lampedusa, quelque 6 000 d'entre eux ont demandé l'asile. Et près de la moitié ont été reconnus comme réfugiés ou ont obtenu la protection des autorités italiennes.

En août 2007, les autorités à Lampedusa ont ouvert un nouveau centre de réception pour assurer que les personnes arrivant par bateau ou secourues en mer soient accueillies dans la dignité, et hébergées de façon appropriée, et qu'elles puissent recevoir des soins de santé.

A la dérive vers l'Italie

Golfe d'Aden : Péril en mer

Chaque année, des milliers de personnes venues de toute la région de la Corne de l'Afrique - principalement des Somaliens et des Ethiopiens - quittent leurs maisons, poussées par la peur ou par pur désespoir, en quête de sécurité ou d'une vie meilleure. Ces populations empruntent des routes dangereuses en Somalie pour se rendre à Bossasso, une ville de la région semi-autonome du Puntland.

Dans cette zone de non-droit où des réseaux de passeurs règnent en maîtres, des civils innocents et désespérés payent jusqu'à 150 dollars pour effectuer la traversée périlleuse du golfe d'Aden.

Certains restent des semaines dans des maisons ou des abris temporaires à Bossasso avant de pouvoir partir, soudainement au milieu d'une nuit, entassés dans de petites embarcations de fortune. En mer, tout peut se passer, ils sont à la merci des passeurs. Certains sont battus, poignardés, tués ou jetés par-dessus bord. D'autres se noient avant d'arriver sur les plages du Yémen, qui sont devenues des cimetières de fortune pour certains de ceux qui sont morts en route.

Golfe d'Aden : Péril en mer

Malte : Angelina Jolie rencontre des demandeurs d'asilePlay video

Malte : Angelina Jolie rencontre des demandeurs d'asile

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie s'est rendue dans une ancienne base aérienne à Malte et s'est entretenue avec des demandeurs d'asile ayant fui l'Afrique du Nord.
Grèce: Rude accueil en EuropePlay video

Grèce: Rude accueil en Europe

Mojahed est finalement arrivé en Grèce après un voyage long et périlleux depuis son village natal au Darfour, au Soudan. Mais les conditions de vie à Patras sont épouvantables.