Kosovo : Nouvelle prise de position sur la protection et le rapatriement

Points de presse, 16 juin 2006

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Ron Redmond à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 16 juin 2006 au Palais des Nations à Genève.

L'UNHCR vient de publier une nouvelle prise de position qui doit servir de référence aux Etats et à d'autres organisations amenés à prendre des décisions, concernant aussi bien les personnes originaires du Kosovo qui devraient continuer à recevoir une protection internationale dans un pays d'asile que celles qui peuvent être rapatriées au Kosovo. Nous avons périodiquement publié de telles prises de position depuis la crise du Kosovo en 1999.

Le changement le plus important par rapport à la prise de position précédente datant de mars 2005 concerne les membres des deux communautés rom spécifiques au Kosovo les Ashkalis et les Egyptiens qui ne sont plus considérés comme courant particulièrement des risques. Cela est dû principalement à des développements positifs de l'environnement interethnique. La prise de position affirme que le retour des personnes appartenant à ces deux groupes devrait se faire dans le cadre d'une approche graduée compte tenu de la capacité limitée d'absorption du Kosovo.

Le rapport indique que l'UNHCR demeure inquiet quant à la situation des Serbes du Kosovo, des Roms et des Albanais qui se trouvent en minorité. L'environnement sécuritaire fragile et les importantes restrictions auxquelles ces personnes doivent faire face selon les droits humains fondamentaux montrent qu'ils devraient être encore considérés comme courant un risque de persécution et continuer à bénéficier de la protection internationale des pays d'asile. Le retour de ces minorités devrait être strictement volontaire, basé sur des décisions personnelles pleinement informées. L'UNHCR est également opposé au retour forcé vers d'autres parties de la Serbie. D'autres groupes à risque sont les personnes mariées avec des personnes d'autres ethnies, des personnes issues d'une mixité ethnique ou celles perçues comme ayant eu des liens avec les autorités de Serbie-et-Monténégro après 1990 et enfin les victimes de trafic.

Le rapport note que malgré l'amélioration progressive de la situation sécuritaire générale au Kosovo depuis mars 2005, celle-ci demeure fragile et imprévisible. Des minorités continuent de souffrir victimes d'incidents motivés par leur appartenance ethnique ou criminels. Beaucoup d'incidents ne sont pas dénoncés car les victimes ont souvent peur des représailles des auteurs de persécutions. La confiance dans la loi demeure faible. Les effets cumulés de ces différents facteurs ont également renforcé le sentiment d'insécurité dans les communautés serbes et dans une moindre importance, rom. Réellement ou supposée, l'insécurité fait toujours peur aux minorités dans la province et en conséquence limite la liberté de mouvement.

Les Serbes et les Roms doivent encore surmonter de nombreux obstacles pour accéder aux services essentiels de santé, d'éducation, de justice et d'administration publique. La discrimination ainsi qu'une faible représentation des minorités dans les structures administratives découragent souvent les minorités à faire usage de leurs droits. Quant aux questions de logement, de terre et de propriété, le taux actuel de reprise de possession des propriétés illégalement occupées demeure faible. Il n'y a toujours pas de mécanisme de restitution de propriété et de compensation.

Alors que le résultat des négociations sur le statut pourrait affecter de manière significative la position des minorités du Kosovo, l'UNHCR a partagé cette prise de position avec le bureau de Martti Ahtisaari, l'Envoyé spécial des Nations Unies pour le processus du futur statut du Kosovo.

Il y a toujours plus de 200 000 réfugiés et personnes relevant de la compétence de l'UNHCR, originaires du Kosovo en Europe de l'ouest et dans d'autres pays, avec un nombre équivalent de personnes déplacées internes en Serbie et quelque 18 000 personnes relevant de la compétence de l'UNHCR dans le Monténégro voisin.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Rapatriés

Les rapatriés sont les personnes de retour chez elles. C'est la meilleure des solutions durables.

Rapatriement

Le HCR travaille avec le pays d'origine et les pays d'accueil pour aider les réfugiés à rentrer chez eux.

Trouver un chez-soi

Reconstruire sa vie dans la dignité et la sécurité, 1953-2003 : Inspirée du thème de la Journée mondiale du réfugié 2004: "Trouver un chez-soi: refaire sa vie dans la sécurité et la dignité", cette galerie de photos retrace les actions du HCR destinées à aider les personnes les plus vulnérables à retrouver un foyer, que ce soit par le rapatriement volontaire, l'intégration locale ou la réinstallation dans un pays tiers.

Trouver un chez-soi

Des réfugiés tanzaniens rentrent à Zanzibar

Le HCR a organisé le rapatriement volontaire de 38 réfugiés tanzaniens originaires de Zanzibar qui résidaient depuis plus de dix ans à Mogadiscio, la capitale de la Somalie. Le groupe, qui comprenait 12 familles, a été transporté à bord de deux vols spécialement affrétés par le HCR depuis Mogadiscio vers Zanzibar le 6 juillet 2012. De là, sept familles ont été raccompagnées jusqu'à leurs villages sur l'île de Pemba, tandis que cinq familles décidaient de rester et de reconstruire leur vie sur l'île principale de Zanzibar, Unguja. Les chefs de familles étaient de jeunes hommes quand ils avaient quitté Zanzibar en janvier 2001, après avoir fui les émeutes et la violence suite aux élections d'octobre 2000. Ils faisaient partie des 2 000 réfugiés qui ont fui l'île tanzanienne de Pemba. Le reste de la communauté de réfugiés tanzaniens à Mogadiscio, environ 70 personnes, décide d'attendre et de voir comment la situation se déroule pour les personnes de retour à Zanzibar, avant de prendre la décision de rentrer.

Des réfugiés tanzaniens rentrent à Zanzibar

Rapatriement en RDC depuis l'Angola

Le HCR a repris le programme de rapatriement librement consenti pour les réfugiés angolais vivant en République démocratique du Congo (RDC). Quelque 43 000 Angolais ont fait part de leur souhait de rentrer chez eux dans le cadre d'un projet qui avait été suspendu il y a quatre ans pour diverses raisons. Un premier groupe de 252 civils angolais a quitté le 4 novembre 2011 le centre de transit du HCR de la ville de Kimpese, à l'ouest de la RDC. Ils ont traversé la frontière quelques heures plus tard et ont été chaleureusement accueillis par des fonctionnaires et des habitants de Mbanza Congo. Au cours des deux premières semaines de l'opération de rapatriement, plus de 1 000 réfugiés angolais sont rentrés chez eux depuis la province du Bas-Congo à l'ouest et de Katanga au sud. Sur les 113 000 réfugiés angolais vivant dans les pays de la région, 80 000 sont hébergés par la RDC.

Rapatriement en RDC depuis l'Angola