Aide humanitaire après les inondations à Tindouf : certains gouvernements offrent une participation pour le transport aérien

Points de presse, 3 mars 2006

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Ron Redmond à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 3 mars 2006 au Palais des Nations à Genève.

Nous nous réjouissons de faire savoir que plusieurs gouvernements ont décidé de répondre à nos appels urgents pour un transport aérien supplémentaire en vue d'acheminer quelque 150 tonnes de biens de secours depuis nos entrepôts en Jordanie pour quelque 60 000 réfugiés sahraouis laissés sans abri par de graves inondations dans trois camps dans l'ouest de l'Algérie.

Le gouvernement français nous a offert deux rotations de C-130, qui ont transporté ce week-end quelque 20 tonnes de biens de secours vers Oran, à l'ouest d'Alger. Aujourd'hui, un C-130 turc chargé de 5 100 couvertures devrait décoller d'Amman vers l'aéroport d'Oran. Un autre C-130 turc est en cours de charge à Amman avec des couvertures, il sera prêt à décoller demain matin pour la même destination. En plus, les Etats-Unis nous ont confirmé hier qu'ils fourniront deux rotations d'Antonov An-124 les 6 et 8 mars qui transporteront les 110 tonnes restantes de tentes, matelas, bâches en plastique et couvertures vers les camps de réfugiés affectés par les inondations.

Grâce aux rotations des avions français et prédécemment des avions portugais et italiens, nous avons distribué à ce jour 693 tentes familiales, 500 bâches en plastique de grande taille, 600 matelas et 9 750 jerrycans. La plupart des tentes ont été distribuées et d'autres sont en cours d'acheminement. Au milieu de la semaine prochaine, nous avons disposer sur le terrain de biens de secours supplémentaires, soit 707 tentes, 43 000 couvertures, 2 500 bâches en plastique, 9 400 matelas et plusieurs tonnes de savon et de serviettes hygiéniques.

Cette assistance supplémentaire s'ajoute à celle déjà fournie par les Algériens et les Espagnols. Cette semaine, le gouvernement algérien a acheminé par camion 26 chargements de biens de secours, en plus des 4 000 tentes et autres biens de secours déjà livrés. Dimanche dernier, 600 tentes fournies par une ONG, Norwegian Church Aid, ont été transportées par voie aérienne par l'armée russe. L'UNHCR a fourni tout le soutien logistique sur le terrain et aide à la distribution.

Trois sites de réfugiés sahraoui sur cinq autour de Tindouf ont été sévèrement endommagés par de fortes pluies et des inondations entre le 9 et le 11 février. Plus de la moitié des maisons dans les camps de Awserd, Smara et Laayoune ont été détruits par les inondations. De nombreuses autres ont subi des dommages importants. Les cliniques, les écoles et d'autres équipement du camp ont aussi été détruits. Nous avons maintenant fourni des tentes comme alternative temporaire jusqu'à ce que les équipements puissent être reconstruits. Les réfugiés sahraouis ont commencé à arriver en Algérie en 1976 après le retrait de l'Espagne du Sahara occidental et le conflit pour le gouvernement du territoire. La plupart des réfugiés sahraouis habitent depuis plus de trente ans dans les régions désertiques de l'Algérie occidentale, ils dépendent totalement de l'assistance extérieure. L'UNHCR assiste actuellement 90 000 des réfugiés les plus vulnérables.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Repérés au large des îles Canaries

Malgré des dangers considérables, des migrants en quête d'un avenir meilleur, et des réfugiés fuyant la guerre et les persécutions, continuent à embarquer dans des bateaux de fortune pour des traversées en haute mer. L'un des principaux itinéraires vers l'Europe part de l'ouest de l'Afrique vers l'archipel des Canaries, un territoire espagnol.

Avant 2006, la plupart des migrants irréguliers, empruntant cet itinéraire sur l'océan Atlantique, embarquaient sur des pateras, des bateaux pouvant transporter jusqu'à 20 personnes. Les pateras partaient en majorité depuis le Maroc et le Territoire du Sahara occidental, pour une traversée d'une demi-journée. Les pateras ont été remplacés par des bateaux plus importants appelés des cayucos, qui peuvent transporter jusqu'à 150 personnes. Les cayucos partent depuis des ports situés dans des pays d'Afrique de l'Ouest comme la Gambie, le Ghana, la Guinée, le Sénégal ou la Sierra Leone. Ils prennent plus de trois semaines pour atteindre les Canaries.

Parmi les 32 000 personnes arrivées dans les îles Canaries, seule une petite proportion d'entre elles (359 personnes) ont demandé l'asile en 2006. En 2007, plus de 500 demandes d'asile ont été déposées aux îles Canaries. Ce chiffre est particulièrement significatif, étant donnée la diminution de 75 pour cent de nombre global des arrivées par la mer en 2007.

Repérés au large des îles Canaries