Le HCR demande aux Etats de respecter l'accès aux procédures d'asile

Points de presse, 2 septembre 2005

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Jennifer Pagonis à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 2 septembre 2005 au Palais des Nations à Genève.

Selon des sources médiatiques et des sources non-gouvernementales, un jeune garçon camerounais de 17 ans, est décédé la nuit du 28 août à Melilla, l'enclave espagnole en Afrique du Nord. Cela s'est produit après qu'un groupe d'immigrants originaires d'Afrique sub-saharienne soit entré sur le territoire espagnol en sautant par-dessus la barrière séparant l'enclave du Maroc. Un affrontement entre les immigrants et les garde-frontières de la Garde civile espagnole s'en est suivi dans le territoire espagnol et l'adolescent, selon les mêmes sources qui restent encore à vérifier, est mort suite aux blessures subies durant l'incident.

L'UNHCR a fait part de sa consternation suite à cette perte en vie humaine et espère que l'enquête annoncée par les autorités espagnoles permettra de faire toute la lumière sur les événements de Melilla ainsi que de désigner les responsabilités face à ce drame au cours duquel d'autres personnes auraient été blessées ou expulsées, semble-t-il, de manière sommaire.

Ce dernier incident souligne la situation dramatique le long des frontières de l'enclave espagnole où, mélangés à des migrants économiques, on trouve des personnes qui fuient la persécution, la guerre et la violence et qui ont besoin d'une protection internationale. Selon les informations disponibles, il n'y aucune indication que ce jeune Camerounais soit un réfugié potentiel.

Nos sources indiquent que plus de 10 % des migrants irréguliers originaires d'Afrique sub-saharienne arrivent dans les enclaves de Ceuta et de Melilla et qu'ils sont admis à la procédure d'asile en Espagne.

L'UNHCR recommande que les politiques d'immigrations incluent, dans chaque pays concerné, des garanties afin que les demandeurs d'asile puissent librement accéder aux procédures d'asile. Tous les gouvernements doivent donc s'assurer que leurs politiques de contrôle de l'immigration sont menées dans le respect des droits de l'homme.

L'UNHCR recommande également que les autorités frontalières continuent de recevoir une formation adéquate quant aux responsabilités qui leurs incombent ainsi qu'à l'application du droit international en vigueur. Les procédures de contrôle de l'immigration doivent être en accord tant avec les législations internationales en matière des droits de l'Homme qu'avec la législation espagnole.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Repérés au large des îles Canaries

Malgré des dangers considérables, des migrants en quête d'un avenir meilleur, et des réfugiés fuyant la guerre et les persécutions, continuent à embarquer dans des bateaux de fortune pour des traversées en haute mer. L'un des principaux itinéraires vers l'Europe part de l'ouest de l'Afrique vers l'archipel des Canaries, un territoire espagnol.

Avant 2006, la plupart des migrants irréguliers, empruntant cet itinéraire sur l'océan Atlantique, embarquaient sur des pateras, des bateaux pouvant transporter jusqu'à 20 personnes. Les pateras partaient en majorité depuis le Maroc et le Territoire du Sahara occidental, pour une traversée d'une demi-journée. Les pateras ont été remplacés par des bateaux plus importants appelés des cayucos, qui peuvent transporter jusqu'à 150 personnes. Les cayucos partent depuis des ports situés dans des pays d'Afrique de l'Ouest comme la Gambie, le Ghana, la Guinée, le Sénégal ou la Sierra Leone. Ils prennent plus de trois semaines pour atteindre les Canaries.

Parmi les 32 000 personnes arrivées dans les îles Canaries, seule une petite proportion d'entre elles (359 personnes) ont demandé l'asile en 2006. En 2007, plus de 500 demandes d'asile ont été déposées aux îles Canaries. Ce chiffre est particulièrement significatif, étant donnée la diminution de 75 pour cent de nombre global des arrivées par la mer en 2007.

Repérés au large des îles Canaries