Kirghizistan : transfert des réfugiés ouzbeks vers la Roumanie

Points de presse, 29 juillet 2005

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Jennifer Pagonis à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 29 juillet 2005 au Palais des Nations à Genève.

La seconde étape du transfert aérien humanitaire de réfugiés ouzbeks depuis le Kirghizistan s'est achevée ce matin après que 439 réfugiés ouzbeks à bord d'un vol spécialement affrété, aient atterri à Timisoara, en Roumanie vers 8h40 du matin, heure de Genève (7h40, heure de Bucarest). Après leur arrivée, les réfugiés ont été transférés dans un centre de réception, géré par l'Office national des réfugiés où ils resteront temporairement en attendant l'aboutissement des procédures de réinstallation dans des pays tiers. Mercredi et jeudi, les réfugiés ont été transportés par avion de Jalal-Abad et Osh au Kirghizistan près de la frontière ouzbèke vers la capitale Bichkek. D'abord l'ensemble des 426 réfugiés du camp de Sasik a été transféré. Puis hier soir tard, 14 Ouzbeks qui se trouvaient en détention à Osh ont été libérés par les autorités kirghizes et ont rejoint Bichkek avec un avion qui les avait attendus et s'était tenu durant la journée prêt à décoller. Ils ont pu rejoindre les autres réfugiés dans l'avion vers Timisoara. A la dernière minute, un réfugié ouzbek a dit qu'il ne souhaitait pas prendre l'avion pour la Roumanie et qu'il désirait rentrer en Ouzbékistan. Il se trouve toujours au Kirghizistan. Par ailleurs, 15 Ouzbeks sont toujours détenus à Osh. L'UNHCR négocie actuellement avec les autorités kirghizes pour leur libération et nous restons très préoccupés quant à leur sort. 11 de ces Ouzbeks ont déjà été acceptés pour une réinstallation. Nous avons encore insisté auprès des autorités kirghizes que ces Ouzbeks détenus ne soient pas renvoyés contre leur gré vers l'Ouzbékistan, ce qui serait contraire à la Convention de 1951 sur le statut des réfugiés et également à la législation nationale kirghize. Les autorités ont assuré l'UNHCR que ces 15 personnes ne seraient pas renvoyées contre leur gré vers l'Ouzbékistan mais resteraient au Kirghizistan.

A Timisoara, après deux très longs jours de tension et de fatigue, les 439 réfugiés, arrivés après 7h de vol avec le Boeing-747 affrété par l'OIM, ont dit qu'ils étaient extrêmement heureux. Ils étaient accompagnés pendant le vol par des équipes de l'UNHCR et de l'OIM.

Pendant cette opération lourde et compliquée, l'UNHCR a reçu un soutien important de la part des autorités kirghizes, particulièrement du Ministre des Affaires étrangères, du gouvernement roumain, du gouvernement américain et d'autres gouvernements, de l'Union européenne, de l'OSCE, des agences des Nations Unies, de l'OIM et de la communauté internationale.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •