Ralentissement de l'arrivée des réfugiés depuis le Togo

Points de presse, 10 mai 2005

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Jennifer Pagonis à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 10 mai 2005 au Palais des Nations à Genève.

L'afflux des réfugiés depuis le Togo vers les pays voisins, Bénin et Ghana, s'est considérablement ralenti depuis le week-end dernier, certains signes montrent même que des réfugiés commencent à rentrer chez eux. Un total global de quelque 23 300 réfugiés a été enregistré depuis le début des troubles post-électoraux le 26 avril dernier. Il y a actuellement 12 483 réfugiés au Bénin et 10 856 au Ghana.

Au Ghana, au cours des deux derniers jours, un petit nombre (18) de nouvelles arrivées a été rapporté au principal point de frontière, à Aflao. Le poste frontière se trouve à côté de la capitale Lomé. Cependant, les nouvelles arrivées sont largement dépassées par le nombre de réfugiés qui commencent à rentrer chez eux car ils ont le sentiment que la situation est beaucoup plus calme. Lundi, quelque 250 réfugiés sont rentrés au Togo par le poste frontière de Aflao, près que quelque 600 réfugiés soient rentrés chez eux à Lomé dimanche dernier. Beaucoup d'entre eux sont repartis avec leurs effets personnels. Les rapatriés ont dit qu'ils avaient entendu à la radio que Lomé était calme, alors que d'autres voulaient rentrer pour travailler lundi. Beaucoup de réfugiés sont allés travailler à Lomé dans la journée et sont rentrés au Ghana pour passer la nuit, disant qu'ils se sentaient plus en sécurité ainsi. Nous revoyons régulièrement le nombre de rapatriés par rapport au nombre d'arrivées enregistrées et cela nous permet d'évaluer le nombre de réfugiés. A priori, tous les réfugiés au Ghana ont trouvé un hébergement dans leurs familles ou chez leurs amis.

Au contraire, au Bénin, aucun retour n'a été signalé, les réfugiés disant qu'ils ne sont pas prêts à rentrer au Togo compte tenu de la situation actuelle. Cependant, le nombre d'arrivées a également baissé, avec seulement 162 nouvelles arrivées enregistrées au point principal de frontière à Hilakondji lundi, à comparer avec le millier d'arrivées enregistrées chaque jour pendant l'afflux des réfugiés.

L'UNHCR s'emploie à améliorer les conditions de vie dans les deux camps installés au Bénin, à Lokossa et Comé. Cela inclut le réaménagement du camp de Lokossa où la population a augmenté de façon conséquente, ainsi que la réorganisation de la collecte des ordures et des installations sanitaires dans chaque camp ainsi que le centre de transit de Hilakondji.

Au Ghana, dans la zone de Aflao, quelque 700 réfugiés restent là accueillis par des familles qui ont reçu du matériel de l'UNHCR, notamment des moustiquaires, des couvertures, des nattes, des jerricans et des ustensiles de cuisine. Ils ont également reçu une assistance d'autres agences humanitaires pour aider leurs familles d'accueil à gérer leur présence. L'UNHCR organise son assistance en fonction des besoins spécifiques.

Mercredi, une équipe en charge de l'alimentation accompagnée de représentants du gouvernement ghanéen, des Services de Secours Catholique, du Programme Alimentaire Mondial, de l'UNICEF et de l'UNHCR se rendra en mission sur le terrain dans une zone frontière de 200 km depuis Jasikan au nord vers Aflao au sud de façon à évaluer les besoins en nourriture des réfugiés dans cette zone. A la suite de cette étude, une distribution de nourriture ciblée sera mise en place pour s'assurer que les plus démunis reçoivent effectivement de l'aide.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Voir aussi