Des villageois centrafricains isolés réclament des conditions minimales de sécurité et l'eau potable

Articles d'actualité, 26 août 2009

© HCR
Une employée du HCR écoute des villageois déplacés sur leurs conditions de vie désespérées dans une région isolée située près de Kabo, au nord de Bangui, la capitale de la République centrafricaine.

BANGUI, République centrafricaine, 26 août (HCR) Des employés du HCR ont trouvé plus de 2 000 civils déplacés vivant dans des conditions effroyables à environ 400 kilomètres au nord de Bangui, la capitale de la République centrafricaine (RCA). Ils sont malades, malnutris et ils sont forcés de boire dans des points d'eau où s'abreuve leur bétail.

« J'ai travaillé auprès d'un grand nombre de personnes déplacées internes et de réfugiés en RDC (République démocratique du Congo), au Tchad et en Côte d'Ivoire. Toutefois je n'ai jamais vu personne vivant dans de telles conditions », a expliqué Annika Sjoberg, fonctionnaire adjoint en charge de la protection à Bangui, l'une des premières personnes s'étant entretenues avec des villageois.

Isolées depuis des mois à cause de l'insécurité, ces personnes déplacées internes, qui sont principalement de l'ethnie ngamas de Kabo, ont indiqué avoir fui les attaques menées contre leurs maisons par divers groupes armés d'abord en novembre et de nouveau en avril. Ils vivent désormais dans les villages de Bokayanga, Kengar, Gonkira, Gbaizara et Batangafo près de la petite ville de Kabo.

Des employés du HCR ont pu se rendre auprès de ces personnes déplacées durant la deuxième semaine d'août seulement, dans le cadre d'une mission inter agence. Le personnel humanitaire a fait état de l'accès très limité des déplacés à l'eau potable. Certains déplacés sont parfois obligés de boire dans des points d'eau où s'abreuve leur bétail sur des terrains libres.

Ils vivent dans des huttes de terre et ils sont confrontés à de graves risques sanitaires du fait de la pénurie d'eau et d'équipements d'assainissement. La diarrhée et le paludisme affectent un grand nombre d'entre eux. Il est possible de recevoir des soins de santé de base à Kabo, toutefois le trajet à pied est très long entre cette ville et les lieux où ils se trouvent actuellement. La plupart de leur nourriture a été détruite par des sauterelles ou volée par des bandits armés.

Par ailleurs, les déplacés ont fait part au HCR de viols généralisés, de meurtres, d'arrestations arbitraires, de torture et de destruction de biens. Ils ont indiqué que ces atrocités sont majoritairement perpétrées par des éleveurs de bétail armés mais également par des bandits et d'autres groupes armés dans la zone, y compris des soldats des troupes gouvernementales.

Annika Sjoberg a indiqué qu'elle s'était entretenue avec des proches de deux jeunes filles âgées de 12 ans qui ont été violées ; l'une lorsqu'elle allait chercher de l'eau et l'autre au sein de la maison familiale devant ses parents. « Lors de la discussion avec ces femmes et ces hommes, je pouvais véritablement ressentir leur colère et leur désespoir », a-t-elle ajouté.

Aucun affrontement n'est survenu dans et autour de Kabo depuis juillet, lorsque les forces gouvernementales et le Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) ont conclu un accord de paix qui a permis l'amélioration de l'accès humanitaire vers cette zone.

Malgré cela, les déplacés disent avoir peur de rentrer dans leurs villages d'origine à cause du harcèlement continu auquel ils sont exposés de la part d'éléments armés. Ils ont instamment demandé à accéder à l'eau potable, à la nourriture, à l'éducation, à une protection gouvernementale contre les éleveurs de bétail armés et à la sécurité. Ils indiquent par ailleurs qu'ils veulent des bâches en plastique pour couvrir leurs abris temporaires pendant qu'ils reconstruisent leurs maisons.

Le HCR espère que l'accalmie des combats va continuer afin de pouvoir fournir une assistance à ces personnes. L'agence a par ailleurs demandé à des organisations médicales d'envoyer des dispensaires mobiles pour venir en aide aux familles.

Plus de 125 000 personnes, pour la plupart des femmes et des enfants, auraient été forcées de fuir leurs maisons dans le nord de la République centrafricaine depuis 2005. Un autre groupe de 137 000 personnes sont des réfugiés dans des pays voisins, au Tchad et au Cameroun. Le HCR a assuré une aide aux déplacés dans la zone de Kabo depuis 2007, lors de l'ouverture d'un bureau à Kaga-Bandoro situé dans les environs.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Manuel pour la protection des déplacés internes

Dans plus de 50 pays du monde entier, quelque 24 millions de personnes sont déracinées et déplacées dans leur propre pays suite à un conflit ou à des violations des droits de l'homme.

Personnes déplacées internes

Les personnes déplacées fuient en quête de sécurité dans d'autres régions au sein même de leur pays, où ils ont besoin d'une aide.

Crise en République Centrafricaine : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de refugiés.

Donnez pour cette crise

Crise humanitaire silencieuse en République centrafricaine

Une crise humanitaire silencieuse a lieu au nord de la République centrafricaine, où au moins 295 000 personnes ont été forcées de quitter leurs maisons depuis mi-2005. Environ 197 000 personnes sont déplacées internes et quelque 98 000 autres ont trouvé refuge au Tchad, au Cameroun et au Soudan. Toutes sont victimes des combats entre des groupes rebelles et les forces gouvernementales.

Nombre des déplacés internes vivent dans la brousse, non loin de leurs villages. Ils y ont construit des abris de paille et d'herbe, ils cultivent des légumes et ils crééent même des écoles de brousse pour leurs enfants. Cependant, l'accès à l'eau potable et aux soins de santé demeure un vaste problème. De nombreux enfants souffrent de diarrhées et du paludisme, mais leurs parents ont trop peur de les emmener dans des hôpitaux ou des cliniques pour les faire soigner.

Des gardiens de troupeaux au nord de la République centrafricaine sont la proie des zaraguinas - des bandits qui enlèvent des enfants contre rançon. Les villageois sont alors contraints de vendre leur bétail pour pouvoir payer les rançons.

Crise humanitaire silencieuse en République centrafricaine

Conflit en République centrafricaine

Depuis décembre 2012, la République centrafricaine est prise dans un cercle vicieux de violences qui a causé la mort de 400 personnes et durant lequel 800 maisons ont été réduites en cendres. Cette violence a poussé jusqu'à 400 000 personnes à fuir leurs maisons en quête de sécurité. Beaucoup parmi les personnes déplacées vivent dans la brousse et elles ont besoin d'abri, de nourriture, d'eau, d'installations sanitaires et de soins de santé, tout spécialement durant l'actuelle saison des pluies. De plus, de nombreux enfants ont été séparés de leur famille dans le chaos de la fuite éperdue. Beaucoup des personnes affectées sont originaires de régions en dehors de Bangui, la capitale, principalement depuis la préfecture d'Ouham où se trouvent 175 000 déplacés, et notamment près de 40 000 d'entre eux à Bossangoa. Dans cette ville, quelque 37 000 déplacés campent dans des conditions désastreuses dans l'enceinte d'une église catholique et des centaines d'autres dans une école et un hôpital. Le photographe Boris Heger se trouvait dans cette région il y a quelques mois et il avait capturé ces images fortes. A ce jour, les déplacés ont toujours besoin d'aide et la situation demeure instable.

Conflit en République centrafricaine

Crise en République centrafricaine : les Chrétiens se réfugient à l'Aéroport international et dans des églises catholiques

En République centrafricaine, 800 000 personnes sont déplacées depuis les combats ayant débuté le 5 décembre entre les rebelles séléka en majorité musulmans qui s'étaient emparés du pouvoir en mars et les milices chrétiennes connues sous le nom d'anti-balaka. Les civils sont les victimes de cycles d'attaques de représailles menées par les deux parties dans un pays où les groupes religieux vivaient en harmonie avant la spirale de violence datant du coup d'Etat de 2013. Un cinquième de la population est désormais déplacée. La majorité de ceux qui fuient la violence se réfugient chez des proches, des collègues de travail, dans des églises ou des mosquées.

Des batailles de rue ont déplacé environ 400 000 personnes uniquement à Bangui, la capitale. Quelque 100 000 d'entre elles ont trouvé refuge à l'Aéroport international et bénéficient d'une relative protection de la part d'une force de l'Union africaine et des militaires français qui sont basés à l'aéroport. A la fois les civils chrétiens et musulmans craignent des attaques de représailles de la part des rebelles et des militants si d'aventure ils rentraient chez eux. D'énormes défis humanitaires sont à relever pour approvisionner les camps en abris, en eau potable, en latrines, en vivres et pour assurer des soins médicaux. Le HCR a répondu en fournissant des tentes et des articles non alimentaires aux personnes déplacées à l'aéroport et dans des églises dans la capitale.

Crise en République centrafricaine : les Chrétiens se réfugient à l'Aéroport international et dans des églises catholiques

République centrafricaine : une crise oubliéePlay video

République centrafricaine : une crise oubliée

Lors d'une mission en République centrafricaine, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres a décrit la violence et le déplacement forcé survenant dans le pays comme étant une tragédie silencieuse.
Des réfugiés centrafricains fuient vers le TchadPlay video

Des réfugiés centrafricains fuient vers le Tchad

La guerre se déroulant en République centrafricaine a reçu peu d'attention de la part des médias, en comparaison avec le conflit du Darfour, alors que ses effets sont semblables. Plus de 17 000 Centrafricains ont traversé la frontière vers le Tchad depuis janvier 2009, portant ainsi le total des réfugiés centrafricains à près de 70 000 dans ce pays.