Est du Tchad : le HCR et les réfugiés luttent contre l'avancée du désert

Articles d'actualité, 21 août 2009

© HCR/A.Rehrl
A Amboko, un camp de réfugiés situé dans le sud du Tchad, Amadou Boubacar, en charge de la gestion de l'environnement pour le HCR, explique à ses collègues et aux réfugiés de République centrafricaine comment s'occuper des plants d'arbres.

ABECHE, Tchad, 21 août (HCR) Stopper l'avancée régulière du désert du Sahara au niveau de la zone sahélienne semi-aride de l'est du Tchad constitue un défi environnemental majeur, qui pourrait être qualifié de combat entre David et Goliath.

Le Tchad, l'un des pays les plus secs et les plus chauds de la planète, a fêté jeudi la Journée de l'arbre, point culminant de la Semaine nationale de l'arbre au cours de laquelle 9,4 millions de personnes ont été encouragées à planter chacune au moins un arbre.

Durant la semaine, le Président tchadien Idriss Déby a invité Stefano Severe, le délégué du HCR au Tchad, ainsi que d'autres chefs d'agences des Nations Unies à planter des arbres au côté de représentants du gouvernement près de N'Djamena, la capitale. Une cérémonie similaire a eu lieu à Abéché, la capitale de l'est du Tchad.

« C'était très émouvant », a déclaré Emmanuel Gignac, le délégué adjoint du HCR à Abéché. « Nous nous sommes tous agenouillés ensemble pour mettre en terre nos boutures d'arbre. Peu après, des Tchadiens sont venus me voir et m'ont sincèrement remercié pour ce geste. »

Les 320 000 réfugiés au Tchad ont également été invités à planter des arbres. Dans le cadre du soutien du HCR au programme de reboisement régional dans la zone sahélienne de l'Afrique, ce sont 400 000 arbres qui ont été plantés dans l'est du Tchad cette année.

Les préparatifs ont commencé au mois de mars lorsque des groupes de réfugiés soudanais hébergés dans les 12 camps de l'est du Tchad gérés par le HCR ont commencé à travailler dans des pépinières, remplissant des dizaines de milliers de petits sacs plastique avec de la terre et du sable.

Ils ont alors planté une bouture d'arbre dans chaque sac. Ensuite ils les ont mis à l'ombre pour les protéger de la température s'élevant en moyenne entre 45 et 50 degrés Celsius et ils les ont arrosés avec soin pendant des mois. La pluie est une ressource rare dans l'est du Tchad. Toutefois, au mois d'août pendant la saison des pluies durant trois mois, la terre est prête à nourrir une plante.

« Cette année, avec l'aide de nos partenaires, nous planterons 250 000 boutures forestières et 150 000 arbres fruitiers », a indiqué Andrea Masini, en charge de la gestion de l'environnement pour le HCR à Abéché. « Avec les autorités locales, nous avons identifié, pour notre programme de reboisement, un total de 200 hectares soit l'équivalent de la taille de 100 terrains de football, à l'extérieur de camps de réfugiés, de sites accueillant des personnes déplacées internes et de villages. »

Des variétés d'arbres fruitiers comme le citronnier, le papayer et le manguier sont distribués gratuitement aux réfugiés, aux déplacés internes et aux populations locales pour qu'ils les plantent près de chez eux. L'expérience accumulée au cours des deux années de mise en œuvre du programme de reboisement a montré que les arbres plantés près des maisons avaient plus de chances de survie. De nombreux arbres plantés dans les champs sont morts à cause du manque d'eau ou ils ont été mangés par des ânes ou par des vaches.

Des espèces forestières comme l'acacia et le prosopis, qui résiste à la sécheresse, sont plantées dans des zones réservées. Elles seront protégées par des clôtures et elles sont soignées pendant un an pour accroître leurs chances de survie. Il leur faudra encore trois ou quatre ans pour grandir suffisamment et pour faire de l'ombre, alors que les arbres fruitiers récompensent leurs propriétaires par une récolte après seulement deux ou trois ans.

Les 250 000 réfugiés du Darfour dans le désert de l'est du Tchad souffrent de conditions climatiques extrêmes. Les 70 000 réfugiés de la République centrafricaine dans le sud du Tchad vivent, eux, dans un environnement plus favorable. Le HCR a utilisé la Journée de l'arbre pour leur apprendre à respecter cet environnement.

En plus de planter des arbres, les réfugiés du Sud ont été encouragés à ne pas couper des arbres au hasard, mais d'en laisser un tous les 12 ou 15 pas quand ils doivent défricher une terre.

Comme le dit la campagne lancée par le HCR à Goré, dans le sud du Soudan, « la nature n'est pas un supermarché aux produits illimités. Chacun est responsable de la préservation de l'environnement pour les générations futures. »

Par Annette Rehrl à Abéché, Tchad

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Voir aussi

Environnement

Découvrez comment le HCR et ses organisations partenaires tentent de réduire l'impact environnemental des opérations de réfugiés.

Environment

Comment le HCR et ses partenaires cherchent à minimiser l'impact environnemental des opérations pour aider les réfugiés

L'autre crise de réfugiés au Tchad

Une seconde crise de réfugiés se développe silencieusement dans le sud du Tchad depuis ces dernières années. Cette crise n'attire que peu d'attention de la part des médias et de la communauté internationale. Environ 60 000 réfugiés de la République centrafricaine sont hébergés dans le sud du Tchad. Ils sont répartis dans cinq camps et ils reçoivent une aide régulière du HCR. Toutefois le financement pour cette aide et pour des projets de réintégration reste faible. Les réfugiés ont fui les combats entre des groupes rebelles et les forces gouvernementales au nord de la République centrafricaine. Depuis le début de l'année 2009, 17 000 nouveaux réfugiés sont arrivés dans le sud-est du Tchad.

L'autre crise de réfugiés au Tchad

Des milliers de personnes sont déplacées à l'intérieur du Tchad

Lors de scènes de dévastation au mode opératoire similaire à celles du carnage perpétré au Darfour voisin, quelque 20 villages dans l'est du Tchad ont été attaqués, brûlés et pillés par des groupes de nomades armés depuis le 4 novembre. Des centaines de personnes ont été tuées, davantage encore ont été blessées. Au moins 15 000 personnes ont été déplacées de leurs villages d'origine.

Quelque 7 000 personnes se sont rassemblées aux alentours de Goz Beida, où elles ont trouvé abri sous des arbres ou ailleurs. L'UNHCR distribuera des articles de secours dès que la situation sécuritaire le permettra. L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a déjà distribué des bâches en plastique, des matelas, des couvertures et des médicaments aux déplacés internes nouvellement arrivés dans le camp de Habila. L'agence recherche actuellement un site temporaire pour accueillir les nouveaux arrivants et entre temps va augmenter le nombre de points d'eau dans le camp de Habila.

La détérioration de la situation sécuritaire dans la région est extrêmement préoccupante, ainsi que ses conséquences sur les opérations de l'UNHCR pour aider les déplacés internes et les réfugiés. Il y a 90 000 déplacés internes au Tchad, ainsi que 218 000 réfugiés originaires du Darfour présents dans 12 camps de l'est du Tchad.

Des milliers de personnes sont déplacées à l'intérieur du Tchad

Tchad : l'éducation en exil

L'UNHCR s'associe avec le Ministère de l'éducation et des partenaires ONG pour améliorer l'éducation des réfugiés soudanais au Tchad. La violence continue dans la région ouest du Darfour, au Soudan, a déraciné deux millions de Soudanais dans leur propre pays et a fait fuir quelque 230 000 personnes de l'autre côté de la frontière dans l'est du Tchad. Les réfugiés sont hébergés dans 12 camps au Tchad. Bien que le taux d'inscription à l'école dans les camps au Tchad soit élevé, l'assiduité est variable. Le manque d'instituteurs qualifiés et de fournitures scolaires perturbe le déroulement des classes. Par ailleurs, de nombreux enfants sont accaparés par les tâches domestiques, tandis que d'autres arrêtent l'école pour travailler dans des familles tchadiennes. La fréquentation des filles est moins régulière, surtout après leur mariage qui a lieu généralement lorsqu'elles ont 12 ou 13 ans. Pour les garçons et adolescents, fréquenter l'école diminue le risque d'être recruté par différents groupes armés opérant dans la région.

L'UNHCR et ses partenaires continuent de former et de rémunérer les instituteurs au sein des 12 camps de réfugiés, assurant ainsi une éducation de qualité aux enfants réfugiés. Les ONG partenaires entretiennent les écoles et fournissent les uniformes aux écoliers. L'UNICEF distribue des livres, des cahiers et des fournitures. En août 2007, l'UNHCR, l'UNICEF et le Ministère de l'éducation tchadien ont travaillé conjointement pour améliorer l'éducation des Soudanais déracinés par le conflit au Darfour.

Tchad : l'éducation en exil

Tchad : des défis environnementauxPlay video

Tchad : des défis environnementaux

Les 250 000 réfugiés du Darfour exilés dans lest du Tchad luttent chaque jour pour tenter de survivre avec un minimum deau, de nourriture et de combustible.
Des réfugiés centrafricains fuient vers le TchadPlay video

Des réfugiés centrafricains fuient vers le Tchad

La guerre se déroulant en République centrafricaine a reçu peu d'attention de la part des médias, en comparaison avec le conflit du Darfour, alors que ses effets sont semblables. Plus de 17 000 Centrafricains ont traversé la frontière vers le Tchad depuis janvier 2009, portant ainsi le total des réfugiés centrafricains à près de 70 000 dans ce pays.