Le HCR se rend auprès de civils sud-soudanais déplacés par la LRA

Articles d'actualité, 27 juillet 2009

© HCR/T.Garrett
Des réfugiés et des déplacés soudanais se rassemblent pour une réunion avec le HCR et ses partenaires à Source Yubu pour discuter de leur situation.

JUBA, Soudan, 27 juillet (HCR) L'agence des Nations Unies pour les réfugiés et ses partenaires sont confrontés à un défi pour venir en aide aux réfugiés et aux déplacés internes soudanais dans une région frontalière du Sud-Soudan, où des centaines d'entre eux ont fui des attaques menées ce mois-ci par des rebelles de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA).

Le HCR doit faire face au récent afflux de nouveaux arrivants au camp d'Ezo qui est situé à proximité de la République démocratique du Congo ainsi qu'au camp de Source Yuba, proche de la République centrafricaine. Ces deux camps se trouvent tous deux dans l'Etat de l'Ouest-Equateur au Sud-Soudan. Le HCR rencontrera par ailleurs des difficultés pour mener à bien ces opérations, alors que la saison des pluies démarre en août.

Une équipe conjointe composée d'employés du HCR, du Programme alimentaire mondial, de l'Organisation internationale pour les migrations, de World Vision et de l'organisation International Medical Corps s'est rendue à Ezo et à Source Yubu la semaine dernière, afin d'évaluer les besoins en terme de sécurité et d'assistance des personnes qui s'y sont installées, des ressortissants congolais et centrafricains. Depuis début juillet, plus de 1 900 réfugiés ont traversé la frontière vers l'Etat de l'Ouest-Equateur, rejoignant ainsi des milliers de personnes qui sont déjà déplacées depuis l'année dernière.

L'équipe s'est rendue tout d'abord à Ezo pour y rencontrer des réfugiés et des personnes déplacées internes qui ont parlé de leurs préoccupations et de leurs besoins. Les membres de l'équipe ont ainsi appris que des combattants de la LRA un groupe rebelle provenant de l'Ouganda qui a causé des déplacements en République centrafricaine (RCA), en République démocratique du Congo (RDC) et au Sud-Soudan ces dernières années avaient attaqué Ezo le 18 juillet, causant la panique et le chaos.

L'équipe du HCR a établi que l'installation de réfugiés n'avait pas été visée lors de l'attaque survenue le soir. Toutefois, les coups de feu et de tirs d'artillerie ont paniqué les réfugiés et les personnes déplacées internes. Une jeune déplacée soudanaise aurait été enlevée par la LRA dans un camp de déplacés situé non loin.

« On entendait partout des coups de feu, puis les tirs d'artillerie ont démarré quand les militaires [soudanais] sont entrés en action. Tout le monde a fui en courant ... tout le monde avait peur », a expliqué Pastor Filimon, un réfugié congolais. « Nombreux sont ceux qui souffrent de coupures ou de contusions depuis leur fuite en courant et un garçon s'est blessé profondément à la main quand il est tombé en essayant de fuir. »

L'équipe s'est ensuite rendue à Source Yubu, au nord d'Ezo, le long d'une route qui dessine la frontière entre le Sud-Soudan et la République centrafricaine. Les membres de l'équipe ont rencontré des réfugiés centrafricains ainsi que des Soudanais forcés de fuir leurs maisons pour échapper aux incursions de la LRA. Quelque 1 000 réfugiés et 2 000 déplacés se trouvent maintenant à Source Yubu.

Simon Njeraze a fui dans la brousse le 27 juin avec sa famille et d'autres membres de la communauté bariguna pour échapper à la LRA. Cinq villageois ont été enlevés par la LRA au moment où ils avaient réussi à s'échapper pour rejoindre leurs familles à Source Yubu et un nombre inconnu de personnes sont toujours portées disparues.

Malgré la situation instable, les communautés qui ont été déplacées de force et se trouvant à la fois à Ezo et Source Yuba ont vivement souhaité ne pas être transférées à cette période et avec la saison des pluies approchant, leur transfert serait difficile jusqu'à la fin de l'année. Les autorités ont promis d'assurer leur sécurité, alors que le HCR continuera à surveiller la situation et à fournir une aide.

« Nous en avons assez de bouger et nous préférons rester ici. Toutefois nous souffrons de diarrhées, de paludisme et de filariasis [une maladie parasitaire tropicale] », a indiqué Njeraze. Le HCR et les agences partenaires continueront à les aider sur place, en étroite coopération avec les Gouvernements du Sud-Soudan et de l'Ouest-Equateur.

Le HCR vient en aide à plus de 21 000 réfugiés au Sud-Soudan, dont la plupart sont originaires de la RDC mais aussi de l'Ethiopie et de la République centrafricaine. Depuis la signature de l'accord de paix au Sud-Soudan en 2005, près de 330 000 réfugiés soudanais sont retournés chez eux dans des pays voisins, comme la RCA et la RDC. Près de la moitié d'entre eux sont rentrés avec l'aide du HCR.

Par Taylor Garrett à Juba, Soudan

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise au Soudan du Sud : Appel urgent

Donnez maintenant et aidez des dizaines de milliers de personnes fuyant le Soudan du Sud pour échapper à la violence.

Donnez pour cette crise

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Tchad : l'éducation en exil

L'UNHCR s'associe avec le Ministère de l'éducation et des partenaires ONG pour améliorer l'éducation des réfugiés soudanais au Tchad. La violence continue dans la région ouest du Darfour, au Soudan, a déraciné deux millions de Soudanais dans leur propre pays et a fait fuir quelque 230 000 personnes de l'autre côté de la frontière dans l'est du Tchad. Les réfugiés sont hébergés dans 12 camps au Tchad. Bien que le taux d'inscription à l'école dans les camps au Tchad soit élevé, l'assiduité est variable. Le manque d'instituteurs qualifiés et de fournitures scolaires perturbe le déroulement des classes. Par ailleurs, de nombreux enfants sont accaparés par les tâches domestiques, tandis que d'autres arrêtent l'école pour travailler dans des familles tchadiennes. La fréquentation des filles est moins régulière, surtout après leur mariage qui a lieu généralement lorsqu'elles ont 12 ou 13 ans. Pour les garçons et adolescents, fréquenter l'école diminue le risque d'être recruté par différents groupes armés opérant dans la région.

L'UNHCR et ses partenaires continuent de former et de rémunérer les instituteurs au sein des 12 camps de réfugiés, assurant ainsi une éducation de qualité aux enfants réfugiés. Les ONG partenaires entretiennent les écoles et fournissent les uniformes aux écoliers. L'UNICEF distribue des livres, des cahiers et des fournitures. En août 2007, l'UNHCR, l'UNICEF et le Ministère de l'éducation tchadien ont travaillé conjointement pour améliorer l'éducation des Soudanais déracinés par le conflit au Darfour.

Tchad : l'éducation en exil

Crise sanitaire au Soudan du Sud

Quelque 105 000 réfugiés se sont regroupés dans le Comté de Maban, au Soudan du Sud. De graves risques pèsent sur la santé de nombre d'entre eux. Le HCR et ses partenaires travaillent d'arrache-pied pour prévenir et contenir l'épidémie de paludisme et plusieurs maladies hydriques.

La plupart des réfugiés, notamment les enfants et les personnes âgées, sont arrivés très affaiblis dans les camps. Or, les pluies incessantes ont tendance à exacerber la situation, les flaques d'eau se transformant vite en foyer d'incubation de moustiques porteurs du paludisme. Qui plus est, un simple rhume suffit pour que l'état de malnutrition modérée dont souffrent les enfants et personnes âgées se transforme en malnutrition sévère.

C'est dans le camp de Yusuf Batil, dans le Comté de Maban, que la situation se fait la plus critique puisque 15 % des enfants de moins de cinq ans y souffrent de malnutrition aiguë.

Le HCR et ses partenaires font tout leur possible pour prévenir et lutter contre la maladie. Dans le camp de Yusuf Batil, 200 professionnels de la santé des communautés vont de foyer en foyer afin d'enseigner aux réfugiés les règles d'hygiène de base, telles que la nécessité de se laver les mains ou encore comment reconnaître les signes de maladie. S'ils en ont besoin, les enfants reçoivent des aliments nutritifs tels que des Plumpy'nut. Un hôpital spécialisé dans le traitement de patients atteints du choléra a d'ailleurs ouvert ses portes. Parallèlement, des moustiquaires ont été distribuées dans tous les camps à des fins de prévention du paludisme.

Crise sanitaire au Soudan du Sud

Soudan du Sud : Le chef du HCR Play video

Soudan du Sud : Le chef du HCR

Le Haut Commissaire du HCR se rend auprès des réfugiés dans l'installation de Yida, située non loin de la frontière avec le Soudan en proie à l'instabilité.
Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiésPlay video

Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiés

D'anciens réfugiés ont été embauchés au HCR au Soudan du Sud pour venir en aide aux réfugiés soudanais.
Soudan du Sud : La fuite de SannaPlay video

Soudan du Sud : La fuite de Sanna

L'année dernière, des raids aériens et des attaques terrestres sur des villages de l'Etat du Nil bleu au Soudan ont forcé des civils à fuir vers le Soudan du Sud. Sanna témoigne sur son voyage vers l'exil.