« Avant que les combats n'arrivent chez moi, laissez-moi fuir »

Articles d'actualité, 22 juin 2009

© HCR/E.Hockstein
Des réfugiés somaliens devant leurs tentes à Dadaab dans le nord-ouest du Kenya.

DADAAB, Kenya, 22 juin (UNHCR) Habiba Abdi Rahman Mude est originaire du quartier de Medina à Mogadiscio. Elle a été forcée de quitter sa maison à cause des combats le mois dernier et elle est récemment arrivée avec son fils Muse au camp de réfugiés de Dadaab situé dans le nord-est du Kenya, où elle a rencontré Andy Needham, un employé du HCR, à qui elle a raconté son histoire.

Mogadiscio a toujours été une ville dangereuse durant la plupart de la courte vie d'Habiba. Elle était âgée de sept ans lorsque son pays avait pour la dernière fois un gouvernement opérationnel. Depuis lors, la capitale est régulièrement déchirée par les violences.

Toutefois, le dernier regain de tensions est arrivé trop près de sa maison. Le 13 mai, un obus de mortier a atterri dans la maison de ses voisins, tuant toute la famille. Alors Habiba, qui a un fils handicapé de huit ans, n'a pas hésité. Avec son fils Muse, elle a rejoint d'autres voisins qui montaient à bord de véhicules se dirigeant vers le Kenya voisin.

Elle n'a même pas eu le temps de prévenir son mari, Muhidin Aweys, âgé de 35 ans, qui se trouvait alors au marché situé à proximité. Elle n'avait pas non plus assez d'argent pour payer le billet du trajet en minibus. Toutefois un ami a trouvé un chauffeur qui a accepté de la faire voyager gratuitement.

La fuite d'Habiba vers la sécurité a duré cinq jours et cinq nuits. Elle est passée par la ville d'Afgooye, puis elle a traversé Bravo, Kuyaburooy, Jilib, Marka et d'autres petites villes dont Habiba ne se rappelle pas. Le minibus voyageait de nuit, les deux chauffeurs conduisant tour à tour et marquant des arrêts seulement pour que les voyageurs puissent acheter de la nourriture dans un « hôtel » routier. Durant cinq jours et cinq nuits, Habiba a tenu son fils handicapé mental sur ses genoux.

A l'arrivée au Kenya, elle est montée à bord d'un autre véhicule se dirigeant vers Dadaab, l'un des plus importants camps de réfugiés au monde.

« Ici les choses vont cent fois mieux qu'à Mogadiscio », a expliqué Habiba, se reposant au centre d'hébergement Lutheran World Federation où, en tant que nouveaux arrivants, elle et son fils ont reçu des bâches en plastique, du savon, des matelas et des jerrycans. Son fils regarde autour de lui depuis le brancard qu'elle a acheté pour lui.

« Il n'y a ni guerre ni combat ici. Nous pouvons juste nous reposer tranquillement », a-t-elle dit. « Ces derniers mois, la situation a empiré à Mogadiscio. Les gens sont déplacés, ils sont perdus. Vous ne savez pas où se trouve votre voisin. Lorsque les combats commencent et qu'il y a des tirs et des explosions dans tous les sens, les gens courent et disent 'Avant que cela n'arrive chez moi, laissez-moi fuir.' »

Avant même que les combats ne se soient intensifiés entre les forces gouvernementales et la milice islamiste Al Shabaab le mois dernier, « trouver de la nourriture et de l'eau dépendait de si vous aviez de l'argent ou non. Parfois nous avions de l'argent, alors nous avions du porridge. Parfois nous n'en avions pas, alors dans ce cas, nous avions faim », a expliqué Habiba.

« Quand nous avions de l'argent, alors nous pouvions aller au marché, acheter des petits aliments et les cuire immédiatement. » L'eau coûte environ 1 000 shillings somaliens, soit 70 cents pour trois jerrycans de 20 litres.

Désormais, Habiba peut recevoir de la nourriture et de l'eau. En tant que réfugiée enregistrée, elle a droit à 15 jours de rations alimentaires pour elle et son fils Muse le dernier jour du cycle de distribution alimentaire ayant lieu actuellement. L'hébergement est plus problématique : Dadaab, avec près de 300 000 personnes, est fortement surpeuplé et le HCR ne dispose pas d'autres terres à allouer aux nouveaux arrivants. Pour le moment, Habiba partage un terrain avec une proche et sa famille qui habitent à Dadaab depuis quatre ans.

Habiba prévoit aussi de rendre visite à Handicap International (HI), une ONG. Elle espère recevoir une chaise roulante pour son fils. Personne ne sait quel est son problème. Il ne parle pas, il ne marche pas et il n'utilise pas ses mains. Toutefois il est alerte et il réagit quand il entend le personnel chargé de l'enregistrement appeler les noms des nouveaux arrivants pour qu'ils soient enregistrés au bureau du HCR sur le terrain. Il regarde alors ceux qui attendent en file pour recevoir leurs cartes de rationnement.

Quand elle était à Mogadiscio, Habiba n'avait même pas de brancard. Elle portait Muse sur son dos partout où elle allait et, depuis, elle souffre d'une douleur dorsale. « J'espère que mon fils pourra recevoir des soins médicaux. Je voudrais le voir un jour marcher correctement. Je remercierai toute personne qui m'aidera dans ce sens », a-t-elle dit.

Habiba se montre moins optimiste au sujet de son pays natal. A la question de savoir si elle pense rentrer un jour, elle répond : « Maya (non) » en ajoutant sans hésitation : « La situation ne s'améliorera pas : maya, maya. »

Par Andy Needham à Dadaab, Kenya

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise somalienne

Les taux élevés de malnutrition chez les réfugiés somaliens imposent d'agir sans attendre

Donnez pour cette urgence

Crise dans la corne de l'Afrique

Des dizaines de milliers de Somaliens fuient le conflit et la sécheresse vers Djibouti, l'Ethiopie et le Kenya.

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Les trois camps de Dadaab, dont la capacité d'accueil était initialement prévue pour 90 000 personnes, comptent désormais une population d'environ 250 000 civils somaliens, ce qui fait de ce complexe accueillant des réfugiés l'un des plus grands et des plus surpeuplés au monde. Le HCR craint l'arrivée de dizaines de milliers d'autres réfugiés en 2009 dans cette région isolée située au nord-est du Kenya, alors que la situation continue à se détériorer dans leur pays en proie à des troubles.

Les ressources, comme l'eau et la nourriture, se réduisent dangereusement dans les camps surpeuplés, avec parfois 400 familles se partageant l'usage d'un robinet d'eau. Il n'y a plus de place pour monter de nouvelles tentes, et les nouveaux arrivants doivent partager des abris déjà surpeuplés avec d'autres réfugiés.

Début 2009, le Gouvernement kényan a donné son accord pour allouer des terres supplémentaires à Dadaab, ce qui permettra d'héberger quelque 50 000 réfugiés. Les photos ci-après montrent les conditions de vie dans le camp de Dadaab en décembre 2008.

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Kenya : largages aériens pour les camps de réfugiés affectés par les inondations

Ce week-end, l'UNHCR a commencé, avec l'aide de l'armée américaine, le largage aérien d'urgence d'environ 200 tonnes de biens de secours destinés aux milliers de réfugiés affectés par de graves inondations dans les camps de réfugiés de Dadaab au nord du Kenya.

Ces largages aériens offrent un spectacle impressionnant. Un avion cargo C-130 a largué, à chaque rotation, 16 tonnes de bâches en plastique, de moustiquaires, de tentes et de couvertures, au-dessus d'un site préalablement évacué de toute présence humaine et animale. Des réfugiés ont ensuite chargé le matériel dans des camions pour l'acheminer vers les camps.

Dadaab, un complexe de trois camps accueillant quelque 160 000 réfugiés, principalement originaires de Somalie, a été coupé du monde par un mois de fortes pluies qui ont emporté la seule route permettant de relier les camps isolés depuis la capitale kenyane, Nairobi. Le transport aérien s'est avéré la seule solution pour faire parvenir les secours vers les camps.

L'UNHCR a transféré 7 000 réfugiés parmi les plus touchés depuis Ifo vers le camp d'Hagadera, à quelque 20 kilomètres plus loin. 7 000 autres réfugiés ont été transférés vers un nouveau site, appelé Ifo 2, situé plus en altitude.

Kenya : largages aériens pour les camps de réfugiés affectés par les inondations

Inondations dans les camps de réfugiés au Kenya

Des inondations dans le nord-est du Kenya à la mi-novembre ont causé des dégâts dans les trois camps de réfugiés du complexe de Dadaab. Plus de 100 000 réfugiés sur les 160 000 qui y sont accueillis ont été affectés par ces inondations, en particulier au camp d'Ifo. Les réfugiés ont perdu leurs abris et les latrines ont été inondées et détruites. La route d'accès principale reliant Dadaab au reste du Kenya a été coupée par les inondations dues aux fortes pluies, empêchant tout approvisionnement d'aide par voie terrestre.

L'UNHCR a commencé à transférer les réfugiés - souvent avec des charrettes, tirées par des ânes - vers un lieu plus en sécurité, le camp de Hagadera, situé à 20 kilomètres et à une altitude plus élevée. La mise en place d'un pont aérien a permis d'apporter du carburant pour les générateurs, des kits médicaux d'urgence, des bâches en plastique et des pelles pour remplir des sacs de sable afin de consolider les digues anti-inondations. Des biens de premier secours ainsi que de la nourriture ont été distribués aux réfugiés démunis.

L'ampleur de ces inondations rappelle celle des inondations massives ayant suivi les pluies record d'El Nino en 1997, qui avaient submergé toutes les basses terres de l'est du Kenya.

Inondations dans les camps de réfugiés au Kenya

Somalie : La fuitePlay video

Somalie : La fuite

Des milliers de personnes ont fui la ville portuaire de Kismayo en Somalie et, malgré le départ des militants, beaucoup ont choisi de ne pas rentrer.
Somalie : Les touk-touks de GalkayoPlay video

Somalie : Les touk-touks de Galkayo

Des touk-touks ont été offerts à un groupe de déplacés internes somaliens qui vivent dans la ville de Galkayo, ce qui leur facilite la vie.
Somalie : Retour à ZanzibarPlay video

Somalie : Retour à Zanzibar

Un groupe de familles rentre à Zanzibar en Tanzanie après avoir vécu en exil pendant plus de 10 ans à Mogadiscio en Somalie.