Afflux continu de Somaliens dans les camps surpeuplés de Dadaab

Articles d'actualité, 27 mars 2009

© HCR/E.Hockstein
Des réfugiés somaliens attendent pour s'approvisionner en eau dans le camp d'Ifo. De longues files d'attente et la difficulté de trouver de l'eau en abondance est un problème croissant à Dadaab, à cause de l'afflux continu de Somaliens fuyant le Kenya.

DADAAB, Kenya, 27 mars (HCR) Malgré l'élection d'un nouveau président somalien en janvier, l'afflux de Somaliens continue au Kenya. Ils arrivent en quête d'un refuge dans les camps de réfugiés de Dadaab, des camps surpeuplés situés au nord-est du pays.

Depuis le début de l'année, plus de 20 000 nouveaux arrivants ont été enregistrés dans les trois campements qui composent le complexe du camp de Dadaab Hagadera, Ifo et Dagahaley. La plupart des nouveaux arrivants interviewés par le HCR évoquent une insécurité accrue, particulièrement dans les régions de Centre-Juba et de Bas-Juba, en plus de la sécheresse et des pénuries de nourriture, comme étant les principales raisons de leur fuite vers le Kenya.

Beaucoup restent pessimistes quant au retour à la paix à court terme dans leur pays. Malgré l'élection en janvier d'un islamiste modéré, Sheik Sharif Sheik Ahmed, en tant que Président, la situation sécuritaire dans plusieurs régions de Somalie reste dégradée. C'est la raison pour laquelle les élections se sont tenues à Djibouti ; les électeurs étaient des législateurs somaliens.

Le HCR continue de recevoir et d'enregistrer de nouveaux arrivants, bien que la capacité d'accueil dans les camps soit largement dépassée. Les camps ont été conçus il y a près de vingt ans, pour abriter un total de 90 000 personnes. Ils en accueillent actuellement plus de 261 000, faisant ainsi du complexe de Dadaab l'un des plus anciens, des plus importants et des plus surpeuplés sites de réfugiés au monde.

Le HCR négocie l'allocation de nouveaux terrains avec le Gouvernement du Kenya, afin de construire de nouveaux camps mais cela reste encore à finaliser.

« Néanmoins, nous rencontrons de grandes difficultés pour recevoir et accueillir ces réfugiés », a expliqué un porte-parole du HCR, ajoutant : « Il est crucial que le gouvernement nous alloue dès que possible des terrains, où nous pourrons bâtir d'autres camps, décongestionner ainsi les camps existants et nous préparer à accueillir davantage de personnes si la tendance actuelle des arrivées se poursuivait. »

Plus de la moitié des nouveaux arrivants sont des femmes et des enfants et plusieurs d'entre eux sont exténués après avoir marché de longues distances, empruntant souvent des chemins détournés pour éviter de se faire repérer au moment de franchir la frontière. Certains parcourent de très longues distances, ils viennent notamment depuis Mogadiscio par la route ou à pied, ce qui correspond à un voyage de 800 kilomètres pouvant durer jusqu'à 16 jours.

Lorsqu'ils arrivent, ils doivent rechercher des proches, des membres de leur famille ou de leur clan dans les camps d'Ifo et de Dagahaley, dans la mesure où le HCR ne dispose plus d'aucune terre où leur affecter un carré de terrain pour y vivre. Cela a entraîné une surpopulation avec plus de 30 personnes vivant sur un carré de terrain de 12 x 13 mètres.

« Nous craignons que la situation ne se détériore encore à l'arrivée de la saison des pluies en raison des contraintes d'abri. La prochaine saison des pluies est prévue pour début avril », a indiqué le porte-parole.

Le conflit incessant en Somalie a causé la mort de milliers de personnes ainsi que des déplacements massifs de population. Les camps de réfugiés de Dadaab ont été établis en 1991 et en 1992, après la chute du gouvernement de Siad Baré en Somalie.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise somalienne

Les taux élevés de malnutrition chez les réfugiés somaliens imposent d'agir sans attendre

Donnez pour cette urgence

Crise dans la corne de l'Afrique

Des dizaines de milliers de Somaliens fuient le conflit et la sécheresse vers Djibouti, l'Ethiopie et le Kenya.

Une famille d'artistes somaliens continue son travail de création en exil

Pendant deux décennies de conflit et de chaos en Somalie, Mohammed Ousman est resté à Mogadiscio où il enseignait l'art alors que d'autres fuyaient le pays. Mais la vie est devenue impossible pour continuer le travail de création artistique, après que des militants d'Al Shabaab aient tué son frère. Quatre de ses neuf enfants ont également été assassinés. Mohammed a fermé sa « Picasso Art school » et il a épousé la veuve de son frère, selon la coutume somalienne. Toutefois, sans emploi, cet homme de 57 ans luttait pour subvenir aux besoins de ses deux familles et, finalement, il lui en a coûté sa première famille. Mohammed a décidé de partir, il a pris l'avion vers Berbera au Somaliland à la fin 2011 puis il a traversé vers le camp de réfugiés d'Aw Barre en Ethiopie, où il a rejoint sa seconde épouse et ses cinq enfants. Le HCR a transféré Mohammed et sa famille à Addis-Abeba pour des raisons de protection, en pensant qu'il pourrait mieux y gagner sa vie en exerçant son art. Mais il découvre que la vente de peintures et de dessins peut être difficile. Il compte sur le soutien du HCR. Les images de l'artiste et sa famille ont été prises par Kisut Gebre Egziabher du HCR.

Une famille d'artistes somaliens continue son travail de création en exil

La distinction Nansen pour les réfugiés a été attribuée à la Somalienne Hawa Aden Mohamed

La lauréate 2012 de la distinction Nansen pour les réfugiés est Mme Hawa Aden Mohamed, ex-réfugiée dont l'oeuvre visionnaire a changé la vie de Somaliennes de tout âge. Celle que beaucoup appellent « maman Hawa » a fondé et dirige un ambitieux programme d'éducation à Galkayo, en Somalie, dont l'objet est d'aider ces femmes à affirmer leurs droits, à acquérir d'indispensables compétences et à renforcer leur rôle social. Cette galerie de photos présente les activités de « maman Hawa » au Centre d'éducation de Galkayo pour la Paix et le développement, où des déplacées internes peuvent apprendre à lire, suivre une formation professionnelle et aussi recevoir une aide humanitaire, notamment sous forme de nourriture.

La distinction Nansen pour les réfugiés a été attribuée à la Somalienne Hawa Aden Mohamed

Cérémonie de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés

Plus de 800 personnes ont participé à la cérémonie annuelle de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés à Genève le 1er octobre 2012. La lauréate de cette année, Hawa Aden Mohamed, est somalienne. Elle n'a pas pu se joindre à la cérémonie pour des raisons de santé, mais elle avait enregistré un message vidéo. En l'absence de l'ex-réfugiée, le Haut Commissaire pour les réfugiés, Antonio Guterres, a remis la distinction à sa soeur, Shukri Aden Mohamed.

L'humanitaire de 63 ans, éducatrice et défenseur des droits de la femme, plus connue sous le nom de « Maman Hawa », a été honorée pour son dévouement inlassable - dans des conditions extrêmement difficiles - pour aider les réfugiés et les déplacés, principalement des femmes et des jeunes filles mais aussi de jeunes garçons.

Elle a surtout été reconnue - en tant que co-fondatrice du Centre d'éducation de Galkayo pour la paix et le développement en Somalie dans la région de Puntland - pour avoir aidé des milliers de femmes et de jeunes Somaliennes déplacées, beaucoup d'entre elles ayant été victimes de viol. Le centre assure l'enseignement secondaire ainsi que l'apprentissage de l'autonomie.

Durant la cérémonie de remise, les spectacteurs ont entendu une allocution de la militante pour la paix libérienne, Leymah Gbowee, co-lauréate du prix Nobel de la paix 2011. Une vidéo a été diffusée en l'honneur de Mama Hawa. La cantatrice soprano et Ambassadrice honoraire à vie auprès du HCR, Barbara Hendricks, et le musicien suisse, Bastian Baker ont interprêté des morceaux musicaux.

Cérémonie de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés

Somalie : La fuitePlay video

Somalie : La fuite

Des milliers de personnes ont fui la ville portuaire de Kismayo en Somalie et, malgré le départ des militants, beaucoup ont choisi de ne pas rentrer.
Somalie : Les touk-touks de GalkayoPlay video

Somalie : Les touk-touks de Galkayo

Des touk-touks ont été offerts à un groupe de déplacés internes somaliens qui vivent dans la ville de Galkayo, ce qui leur facilite la vie.
Somalie : Retour à ZanzibarPlay video

Somalie : Retour à Zanzibar

Un groupe de familles rentre à Zanzibar en Tanzanie après avoir vécu en exil pendant plus de 10 ans à Mogadiscio en Somalie.