Des artistes nord-américains distribuent des moustiquaires en Ouganda

Articles d'actualité, 17 mars 2009

© HCR/V.Akello
Tom Cavanagh rencontre des membres d'un groupe de jeunes réfugiés somaliens, qui encourage la communauté à utiliser des moustiquaires.

NAKIVALE, Ouganda, 17 mars (HCR) Tom Cavanagh et Gavin DeGraw, des artistes populaires, se sont rendus en Ouganda dans des installations accueillant des réfugiés pour aider à sensibiliser sur le danger mortel que représente le paludisme et pour distribuer des centaines de moustiquaires à des réfugiés en Ouganda.

L'acteur canadien Tom Cavanagh et Gavin DeGraw, un chanteur et musicien américain primé, se sont rendus à Nakivale et à Oruchinga avec l'assistance du HCR, durant une visite de cinq jours en Ouganda qui s'est terminée vendredi dernier. Les deux installations accueillent près de 50 000 réfugiés, dont la plupart sont originaires de la République démocratique du Congo, du Rwanda, de la Somalie et du Soudan.

« Il est choquant que le paludisme tue encore actuellement de nombreux réfugiés », a indiqué Tom Cavanagh, la star de la série télévisée « Trust me », alors qu'il se trouvait à Nakivale où, avec Gavin DeGraw, il a aidé à distribuer 800 moustiquaires résistantes et traitées à l'insecticide à des réfugiés congolais forcés de fuir les combats survenus ces derniers mois dans leur pays d'origine.

Sur des millions de personnes relevant de la compétence du HCR, les deux tiers vivent dans des régions où sévit le paludisme. Le HCR estime que quelque 930 000 réfugiés sont infectés par le paludisme chaque année en Afrique. Les enfants sont particulièrement vulnérables. L'année dernière, l'Ouganda connaissait le plus fort taux de décès dus au paludisme parmi les enfants de moins de cinq ans. A Nakivale, plus de 4 000 enfants âgés de moins de cinq ans sont traités contre le paludisme chaque mois.

« Nous devons continuer à collecter des fonds pour que tous les réfugiés aient des moustiquaires », a indiqué Gavin DeGraw, en faisant référence à la campagne « Nothing But Nets » de la fondation des Nations Unies qui, l'année dernière, a établi un partenariat avec le HCR pour stopper les décès dus au paludisme dans les camps de réfugiés.

« Les réfugiés hébergés dans ces camps ont survécu à la violence, au génocide et à la perte de leurs maisons ils ne devraient pas mourir d'une piqûre de moustique », a expliqué Elisabeth Goré, la directrice exécutive de « Nothing But Nets » dans une déclaration à la presse. « Nous savons que les admirateurs de Gavin et de Tom verseront des fonds pour fournir des moustiquaires nécessaires pour la survie. »

L'objectif de la campagne est de distribuer 257 600 moustiquaires à plus d'un demi million de réfugiés en Ouganda, au Kenya, au Soudan et en Tanzanie. Une moustiquaire, qui permet de protéger deux personnes, coûte 10 dollars pour l'achat, la distribution et l'éducation des familles sur son utilisation.

Après la distribution, Gavin DeGraw a chanté durant une heure lors d'un concert impromptu devant plus de 1 400 enfants dans une école construite en début de cette année à Nakivale pour répondre à l'afflux des Congolais. Les enfants ont repris avec lui la chanson « Freedom », ce qui reflète leur désir d'un avenir heureux dans la paix.

Le HCR porte assistance à plus de 152 000 réfugiés en Ouganda, y compris 47 000 à Nakivale et quelque 2 200 à Oruchinga. L'année dernière, Nothing But Nets a fait don au HCR de 37 500 moustiquaires pour qu'elles soient distribuées aux réfugiés congolais nouvellement arrivés.

Par Vanessa Akello à Nakivale, Ouganda

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Contrôle du paludisme

Le paludisme demeure une cause de maladie et de mortalité importante parmi les populations déplacées.

Liens Internet autour de ce thème

Le HCR n'est pas responsable du contenu et de la disponibilité des sites Internet externes

La souffrance et la résilience des déracinées congolaises

Dans le cycle de violence sans fin à l'est de la République démocratique du Congo (RDC), ce sont les plus vulnérables qui souffrent le plus, en particulier les femmes et les enfants. Le problème des violences sexuelles largement répandues à l'encontre des femmes est une préoccupation très importante pour le HCR et qui ne disparait jamais. L'agence pour les réfugiés a reçu des douzaines de rapports faisant état de viols et d'agressions contre les femmes pendant la dernière vague de combats entre les troupes gouvernementales, les troupes rebelles et les milices au Nord- et au Sud-Kivu. C'est une région où le viol est utilisé comme arme de guerre.

La peur des agressions sexuelles et physiques contraint des milliers de femmes à prendre la fuite et à chercher refuge au-delà des frontières comme au Rwanda ou en Ouganda. Souvent leurs hommes restent derrière et les femmes se retrouvent chefs de foyer, seule pour protéger leurs jeunes enfants. Elles sont le fondement de la société mais aussi les premières à souffrir lorsque l'instabilité apparait dans leurs régions.

Les images suivantes ont été prises récemment en République démocratique du Congo, au Rwanda et en Ouganda par Frédéric Noy. Elles montrent des Congolaises qui ont fui leurs foyers, laissant tout derrière elles pour chercher refuge dans un endroit qu'elles espèrent meilleur que celui qu'elles ont quitté. Dans bien des cas, elles se sont endurcies dans les épreuves mais nombre d'entre elles continuent à garder espoir pour elles-mêmes et leurs enfants. Elles sont une source d'inspiration pour ceux qui les aident.

La souffrance et la résilience des déracinées congolaises

Nyakabande : Un havre de paix en Ouganda après avoir fui le conflit au Nord-Kivu

Le centre de transit de Nyakabande au sud de l'Ouganda a été rouvert par le HCR et les autorités ougandaises en février 2012 pour faire face au nombre croissant de civils congolais qui traversent la frontière pour échapper à l'anarchie généralisée dans la province du Nord-Kivu en République démocratique du Congo (RDC). Initialement prévu pour accueillir 500 personnes, le centre de transit a été submergé par des vagues d'arrivants fuyant la violence sévissant depuis avril entre les forces gouvernementales de la RDC et les combattants rebelles du mouvement M23. Le HCR a contribué à élargir la capacité d'accueil jusqu'à 11 000 personnes ainsi qu'à organiser le transport à partir de la frontière, mais l'afflux a porté une forte pression sur les installations. Le centre a enregistré et aidé plus de 51 000 personnes depuis janvier. La plupart d'entre elles sont originaires du Nord-Kivu. Au pic de l'afflux, en juillet dernier, le centre de transit accueillait plus de 10 000 réfugiés. Pour décongestionner le centre, le HCR a assuré le transport de plus de 30 000 Congolais vers l'installation de réfugiés de Rwamwanja, à environ 350 kilomètres au nord de Nyakabande. Pour beaucoup de ceux qui fuient l'est de la RDC, Nyakabande était une lueur d'espoir et un havre de paix après avoir fui le conflit déchirant leur région d'origine. Les derniers combats au Nord-Kivu en novembre n'ont pas eu beaucoup d'impact, mais des personnes continuent à arriver chaque jour.

Nyakabande : Un havre de paix en Ouganda après avoir fui le conflit au Nord-Kivu

Les Congolais en Ouganda : de la fuite en exil au camp de réfugiés

Après trois années de paix relative, des violences ont à nouveau éclaté en République démocratique du Congo, dans la province du Nord-Kivu en avril 2012, ce qui a généré de nouveaux déplacements de population. Les combats dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu entre les forces gouvernementales et les combattants rebelles du mouvement M23 ont poussé des dizaines de milliers de civils congolais à chercher refuge de l'autre côté de la frontière en Ouganda, principalement dans le district de Kisoro. Beaucoup ont rejoint l'installation de Rwamwanja grâce aux convois organisés par le HCR. Ce site a été ouvert en avril dernier pour gérer l'afflux des réfugiés. À la fin 2012, il accueillait plus de 30 000 réfugiés. Chaque famille réfugiée se voit attribuer un carré de terrain pour y construire une maison et faire des plantations, afin d'encourager l'autosuffisance. Le HCR veut améliorer d'urgence les infrastructures de ce site et recherche des fonds supplémentaires.

Cette galerie de photos présente la vie à Rwamwanja d'une famille dirigée par Harerimana, âgé de 52 ans. La famille vivait à Bitwo, au Rutshuru. Elle s'est enfuie quand le village a été attaqué en juin dernier. Harerimana a été séparé de sa famille et il a passé cinq jours tout seul sur la route, avant de retrouver sa famille dans la forêt. Après deux semaines, ils ont traversé la frontière vers l'Ouganda et ils ont rejoint le centre de transit de Nyakabande. Ils se sont ensuite enregistrés pour être transférés vers Rwamwanja, où la famille élargie vit désormais sur deux parcelles de terrain.

Les Congolais en Ouganda : de la fuite en exil au camp de réfugiés