Le HCR fournit un hébergement aux plus vulnérables dans le nord de l'Ouganda

Articles d'actualité, 20 février 2009

© HCR/M.Odokonyero
Un groupe de personnes déplacées ayant des besoins spécifiques a bénéficié du programme du HCR pour l'hébergement.

GULU, Ouganda, 20 février (UNHCR) La vie de Jennifer Lamaro, une ressortissante ougandaise, s'est écroulée il y a deux ans, lorsqu'elle est devenue paraplégique. Elle cueillait des mangues pour ses enfants lorsqu'elle est tombée de l'arbre. Puis sa situation a encore empiré. « Après l'accident, mon mari m'a quittée. Je ne l'ai plus jamais revu », a expliqué cette femme âgée de 29 ans.

Ainsi que des centaines d'autres personnes handicapées ou ayant des besoins spécifiques, elle a désormais retrouvé le sourire, grâce à un programme d'hébergement financé par le HCR. L'année dernière, l'agence pour les réfugiés a construit 2 036 maisons dans les districts de Gulu, d'Amuru, de Kitgum et de Pader, des districts situés au nord de l'Ouganda. Davantage encore sont prévus pour cette année.

Les bénéficiaires de ce programme sont toutes des personnes ayant des besoins spécifiques et qui sont déplacées depuis vingt ans de conflit survenant entre les forces gouvernementales ougandaises et des rebelles de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA).

Des dizaines de milliers de déplacés ont profité de l'amélioration de la situation sécuritaire dans le nord de l'Ouganda depuis trois ans pour rentrer dans les villages qui étaient restés vides depuis le début du conflit en 1987. Cependant, un grand nombre de personnes ayant des besoins spécifiques comme des handicapés, des malades et des personnes âgées, n'ont pas pu quitter les camps de déplacés.

« La vaste majorité des personnes ayant des besoins spécifiques [se trouvant dans les camps de déplacés] veulent rentrer dans leurs villages d'origine. Cependant nous avons défini que la plupart d'entre elles ne peuvent pas construire leurs propres logements permanents, ce qui veut dire qu'elles ne pouvaient pas quitter les camps de déplacés », a indiqué Mikael Rasmussen, chargé adjoint de protection au bureau auxiliaire du HCR à Gulu.

« En réponse, le HCR et ses partenaires ont identifié et aidé les plus vulnérables parmi elles », a-t-il ajouté, expliquant qu'ils avaient travaillé avec les communautés locales pour construire de nouvelles huttes de terre et de branchages pour des personnes comme Jennifer Lamaro qui se déplace en fauteuil roulant.

« Comme vous pouvez voir, je ne peux pas faire grand-chose. Je ne peux pas couper le chaume pour la hutte », a récemment indiqué Jennifer Lamaro à des visiteurs du HCR. « Si je n'avais pas reçu d'aide, je serais toujours au camp », a-t-elle ajouté. Mikael Rasmussen a indiqué que Jennifer Lamaro et d'autres bénéficiaires du programme d'hébergement recevraient un soutien de la part de leur communauté, y compris des membres de leurs familles proches et étendues.

L'année dernière, le HCR a mené une étude dans les principaux camps de déplacés du nord de l'Ouganda pour identifier le nombre des personnes ayant des besoins spécifiques. L'organisation en a trouvé et enregistré 3 467 dans le district de Gulu, 2 645 dans le district de Kitgum et plus de 8 500 dans le district de Pader. La plupart d'entre elles ont fait part de leur désir de rentrer dans leurs villages d'origine.

Deux décennies de conflit dans le nord de l'Ouganda ont poussé près de deux millions de personnes à fuir leurs maisons. Près de 800 000 ont quitté les camps depuis que les premiers pourparlers de paix ont commencé au Soudan entre les rivaux en 2006. Environ 420 000 personnes se trouvaient toujours dans des camps de déplacés à la fin de l'année dernière.

Par Moses Odokonyero à Gulu, Ouganda

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Manuel pour la protection des déplacés internes

Dans plus de 50 pays du monde entier, quelque 24 millions de personnes sont déracinées et déplacées dans leur propre pays suite à un conflit ou à des violations des droits de l'homme.

Personnes déplacées internes

Les personnes déplacées fuient en quête de sécurité dans d'autres régions au sein même de leur pays, où ils ont besoin d'une aide.

La souffrance et la résilience des déracinées congolaises

Dans le cycle de violence sans fin à l'est de la République démocratique du Congo (RDC), ce sont les plus vulnérables qui souffrent le plus, en particulier les femmes et les enfants. Le problème des violences sexuelles largement répandues à l'encontre des femmes est une préoccupation très importante pour le HCR et qui ne disparait jamais. L'agence pour les réfugiés a reçu des douzaines de rapports faisant état de viols et d'agressions contre les femmes pendant la dernière vague de combats entre les troupes gouvernementales, les troupes rebelles et les milices au Nord- et au Sud-Kivu. C'est une région où le viol est utilisé comme arme de guerre.

La peur des agressions sexuelles et physiques contraint des milliers de femmes à prendre la fuite et à chercher refuge au-delà des frontières comme au Rwanda ou en Ouganda. Souvent leurs hommes restent derrière et les femmes se retrouvent chefs de foyer, seule pour protéger leurs jeunes enfants. Elles sont le fondement de la société mais aussi les premières à souffrir lorsque l'instabilité apparait dans leurs régions.

Les images suivantes ont été prises récemment en République démocratique du Congo, au Rwanda et en Ouganda par Frédéric Noy. Elles montrent des Congolaises qui ont fui leurs foyers, laissant tout derrière elles pour chercher refuge dans un endroit qu'elles espèrent meilleur que celui qu'elles ont quitté. Dans bien des cas, elles se sont endurcies dans les épreuves mais nombre d'entre elles continuent à garder espoir pour elles-mêmes et leurs enfants. Elles sont une source d'inspiration pour ceux qui les aident.

La souffrance et la résilience des déracinées congolaises

Nyakabande : Un havre de paix en Ouganda après avoir fui le conflit au Nord-Kivu

Le centre de transit de Nyakabande au sud de l'Ouganda a été rouvert par le HCR et les autorités ougandaises en février 2012 pour faire face au nombre croissant de civils congolais qui traversent la frontière pour échapper à l'anarchie généralisée dans la province du Nord-Kivu en République démocratique du Congo (RDC). Initialement prévu pour accueillir 500 personnes, le centre de transit a été submergé par des vagues d'arrivants fuyant la violence sévissant depuis avril entre les forces gouvernementales de la RDC et les combattants rebelles du mouvement M23. Le HCR a contribué à élargir la capacité d'accueil jusqu'à 11 000 personnes ainsi qu'à organiser le transport à partir de la frontière, mais l'afflux a porté une forte pression sur les installations. Le centre a enregistré et aidé plus de 51 000 personnes depuis janvier. La plupart d'entre elles sont originaires du Nord-Kivu. Au pic de l'afflux, en juillet dernier, le centre de transit accueillait plus de 10 000 réfugiés. Pour décongestionner le centre, le HCR a assuré le transport de plus de 30 000 Congolais vers l'installation de réfugiés de Rwamwanja, à environ 350 kilomètres au nord de Nyakabande. Pour beaucoup de ceux qui fuient l'est de la RDC, Nyakabande était une lueur d'espoir et un havre de paix après avoir fui le conflit déchirant leur région d'origine. Les derniers combats au Nord-Kivu en novembre n'ont pas eu beaucoup d'impact, mais des personnes continuent à arriver chaque jour.

Nyakabande : Un havre de paix en Ouganda après avoir fui le conflit au Nord-Kivu

Les Congolais en Ouganda : de la fuite en exil au camp de réfugiés

Après trois années de paix relative, des violences ont à nouveau éclaté en République démocratique du Congo, dans la province du Nord-Kivu en avril 2012, ce qui a généré de nouveaux déplacements de population. Les combats dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu entre les forces gouvernementales et les combattants rebelles du mouvement M23 ont poussé des dizaines de milliers de civils congolais à chercher refuge de l'autre côté de la frontière en Ouganda, principalement dans le district de Kisoro. Beaucoup ont rejoint l'installation de Rwamwanja grâce aux convois organisés par le HCR. Ce site a été ouvert en avril dernier pour gérer l'afflux des réfugiés. À la fin 2012, il accueillait plus de 30 000 réfugiés. Chaque famille réfugiée se voit attribuer un carré de terrain pour y construire une maison et faire des plantations, afin d'encourager l'autosuffisance. Le HCR veut améliorer d'urgence les infrastructures de ce site et recherche des fonds supplémentaires.

Cette galerie de photos présente la vie à Rwamwanja d'une famille dirigée par Harerimana, âgé de 52 ans. La famille vivait à Bitwo, au Rutshuru. Elle s'est enfuie quand le village a été attaqué en juin dernier. Harerimana a été séparé de sa famille et il a passé cinq jours tout seul sur la route, avant de retrouver sa famille dans la forêt. Après deux semaines, ils ont traversé la frontière vers l'Ouganda et ils ont rejoint le centre de transit de Nyakabande. Ils se sont ensuite enregistrés pour être transférés vers Rwamwanja, où la famille élargie vit désormais sur deux parcelles de terrain.

Les Congolais en Ouganda : de la fuite en exil au camp de réfugiés