Une campagne pour contrer les idées fausses sur l'asile en Autriche

Articles d'actualité, 16 février 2009

© HCR
« La fuite n'est jamais un acte librement consenti, l'asile signifie la survie » Affiche de la campagne « allumettes ».

VIENNE, Autriche, 16 février (UNHCR) Le HCR a lancé lundi une vaste campagne en Autriche visant à contrer les idées fausses sur les demandeurs d'asile. Cette campagne sera véhiculée sur des panneaux publicitaires, des cartes postales, sur l'Internet ainsi que via des spots radio et télévision.

Tout abandonner derrière soi et fuir la violence est difficile à imaginer en Autriche, et de ce fait difficile à comprendre. C'est le point de départ de cette campagne de sensibilisation, intitulée « allumettes » et créée pour le HCR par l'agence de publicité Reichl & Partner.

Pour la diffusion de la campagne à la télévision et sur les écrans, un spot de 25 secondes explique que la fuite devant des persécutions implique que l'asile est très souvent synonyme de survie. L'image centrale est une maison vue de face et construite avec des allumettes, qui sont ensuite enflammées. Alors qu'elles brûlent et se consument, un slogan austère « Flucht ist nie freiwillig » (la fuite n'est jamais un acte librement consenti) apparaît à l'écran.

« Nous voulons montrer le désespoir des gens qui sont forcés à fuir. Ils ont tout perdu. Leur seule façon de survivre, c'est de fuir et de chercher l'asile », a expliqué Rainer Reichl, le directeur général de l'agence.

A part la télévision et la radio, la campagne nationale sera aussi diffusée jusqu'à la fin du mois de mars sur des panneaux d'affichage, des panneaux publicitaires déroulants, l'Internet et des cartes postales distribuées dans des bars et des restaurants. Le spot « allumettes » sera aussi diffusé dans les cinémas, dans plusieurs universités, durant un match de football à Salzbourg et au Bal viennois annuel des réfugiés ce vendredi.

L'un des créatifs de l'agence ayant créé cette campagne, Tomek Luczynski, est un réfugié polonais. La voix-off a été fournie gratuitement par l'acteur et auteur autrichien Miguel Herz-Kestranek. Le secteur privé a aussi fourni une aide, alors que les journaux ont accepté d'offrir l'espace publicitaire nécessaire pour diffuser cette campagne.

« Nous voulons informer le public et les vacciner contre les messages de peur », a expliqué Roland Schönbauer, le porte-parole du HCR en Autriche, au sujet de la campagne qui cherche à contrer l'ignorance du public au sujet des demandeurs d'asile.

Une idée fausse largement répandue consiste à penser que la plupart des demandeurs d'asile veulent venir en Autriche. La campagne explique que plus de 80 pour cent des personnes déplacées en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud restent dans leurs régions.

Un autre mythe fait également croire qu'il est possible de rendre l'Autriche moins attirante pour les demandeurs d'asile grâce à une législation plus restrictive. Le HCR n'a trouvé aucune preuve selon lesquelles des règles plus strictes pour l'asile pourraient réduire le nombre de candidatures pour des demandes d'asile. En fait, le nombre des demandes d'asile en Autriche a commencé à baisser début 2003, soit 16 mois avant l'introduction d'une législation plus sévère. « Si moins de personnes fuient vers l'Europe, il y a donc moins de demandes d'asile en Autriche », a ajouté Roland Schönbauer.

Le HCR a aussi essayé de contrer des articles de journaux au message négatif décrivant les demandeurs d'asile comme des criminels car ils ont traversé la frontière illégalement. La campagne explique que les réfugiés pourraient avoir de bonnes raisons de traverser la frontière de façon irrégulière. « Quelqu'un qui fuit a besoin de l'asile. Et quelqu'un qui a besoin de l'asile n'est ni un escroc ni un criminel quand il ou elle recherche l'asile », a indiqué Roland Schönbauer.

Parallèlement, la campagne « allumettes » a déjà été applaudie. « Le visuel est simple mais il est vecteur d'émotions. Je suis sûr qu'il peut avoir un impact sur des personnes de tous âges », a noté un observateur. Le HCR étudie la possibilité de décliner cette campagne dans d'autres pays.

Par Angelika Strassl à Vienne, Autriche

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Liens Internet autour de ce thème

Le HCR n'est pas responsable du contenu et de la disponibilité des sites Internet externes

Hongrie 50e anniversaire : l'insurrection hongroise de 1956

L'insurrection hongroise spontanée a commencé le 23 octobre 1956. Deux semaines plus tard, elle fut réprimée par une intervention militaire soviétique, qui provoqua une vague de réfugiés en Autriche et en Yougoslavie. Début 1957, ils étaient au nombre de 200 000, dont 180 000 en Autriche et 20 000 en Yougoslavie.

Des centaines de bénévoles travaillèrent au sein d'organisations humanitaires locales et internationales pour nourrir et héberger les réfugiés, tandis que les Autrichiens et la communauté internationale mettaient en place une opération de secours sans précédant.

L'UNHCR se retrouva coordinateur général, et en collaboration avec la Croix-Rouge et le Comité intergouvernemental pour les migrations européennes (CIME), a aidé à coordonner les opérations de secours et de protection, ainsi qu'un programme de réinstallation sans précédent.

En deux ans, plus de 180 000 Hongrois avaient été réinstallés dans 37 pays, à travers cinq continents. Les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne, l'Allemagne de l'Ouest, l'Australie, la Suisse, la France, la Suède et la Belgique accueillirent chacun plus de 5 000 réfugiés. L'Italie, les Pays-Bas, Israël, le Brésil, la Norvège, le Danemark, l'Afrique du Sud, la Nouvelle-Zélande et l'Argentine en acceptèrent tous plus de 1 000. Le restant fut envoyé dans 19 pays, allant de la République dominicaine à la Turquie. Certains Hongrois se sont intégrés en Autriche (8 000) et en Yougoslavie (700), tandis que 11 000 rentrèrent chez eux de manière spontanée.

Hongrie 50e anniversaire : l'insurrection hongroise de 1956

Hongrie 50e anniversaire : la vie des réfugiés hongrois

Les 200 000 Hongrois ayant fui leur pays après la répression de l'insurrection de 1956 ont formé le plus grand groupe de réfugiés en Europe depuis la Deuxième Guerre mondiale. Dans le monde entier, des dizaines de pays leur ont offert la réinstallation et une nouvelle maison. Cependant, quelque 8 000 d'entre eux sont restés en Autriche et s'y sont intégrés.

Une petite proportion de réfugiés a pu être hébergée dans des hôtels ou des appartements privés, cependant la grande majorité a d'abord été accueillie dans des camps. Ceux-ci étaient constitués en majorité d'anciens baraquements en bois. La vie dans certains de ces camps était difficile, notamment l'hiver, avec une mauvaise isolation contre le froid et des équipements sanitaires situés en plein air.

Peu à peu, les réfugiés qui n'ont pas été réinstallés ont commencé à mener une vie plus « normale ». Les enfants ont été scolarisés et ont rapidement appris l'allemand, alors que les adultes ont trouvé assez vite du travail grâce au développement économique autrichien.

Avec l'aide d'un financement important de l'UNHCR, les autorités autrichiennes ont mené pour les réfugiés un programme de fermeture des camps, de construction d'appartements et même de lotissements entiers de nouvelles maisons. Pendant un temps, l'UNHCR a été le second plus grand constructeur en Autriche.

Hongrie 50e anniversaire : la vie des réfugiés hongrois

Retour sur le passé : Quand les frontières entre la Hongrie et l'Autriche ont été ouvertes aux Allemands de l'Est

Il est peu fréquent qu'une simple phrase fasse précipitamment réagir un photographe, mais le photographe hongrois Barnabas Szabo n'a pas eu besoin d'entendre davantage que ce que le Ministre hongrois des Affaires étrangères de l'époque, Guyla Horn, avait annoncé à la télévision il y a 25 ans - le 10 septembre 1989 : A minuit, la Hongrie ouvrirait sa frontière avec l'Autriche pour laisser les réfugiés d'Allemagne de l'Est quitter le pays. « Dès la toute première phrase, je me suis levé d'un bond, j'ai pris mon appareil photo, j'ai couru chercher ma vieille Trabant et je suis parti vers la frontière », se souvient-il. Cette décision capitale de la Hongrie a offert la liberté à des dizaines de milliers d'Allemands de l'Est qui arrivaient par larges flux en Hongrie depuis mai. Au départ, ils avaient trouvé refuge à l'Ambassade d'Allemagne de l'Ouest mais, au fur et à mesure que leur nombre augmentait, des camps de réfugiés avaient été créés à Budapest et au bord du Lac Balaton. L'effondrement du mur de Berlin a suivi à peine deux mois plus tard. Fin 1989, le communisme était balayé de l'Europe de l'Est. Après avoir visité le camp de réfugiés abandonné à Csilleberc le lendemain de l'ouverture de la frontière, un autre photographe hongrois, Tamas Szigeti, a photographié la hâte avec laquelle les personnes sont parties, abandonnant des vêtements, des jouets et même des repas à moitié terminés. Peu importait l'incertitude de la nouvelle vie qui les attirait, les Allemands de l'Est étaient clairement prêts à quitter la crainte et la dictature communiste pour toujours.

Retour sur le passé : Quand les frontières entre la Hongrie et l'Autriche ont été ouvertes aux Allemands de l'Est