Questions/Réponses : Rose Mapendo met sa vie tragique au service des autres

Articles d'actualité, 23 janvier 2009

© Mapendo International
Rose Mapendo se rend dans une clinique dirigée par Mapendo International au Kenya.

WASHINGTON DC, Etats-Unis, 23 janvier (UNHCR) En 1998, quatre ans après que le génocide rwandais ait causé la mort de près d'un million de personnes d'ethnie tutsie et de modérés hutus, l'armée rwandaise tutsie envahit la République démocratique du Congo (RDC), marquant le début d'une nouvelle vague de violences contre les Tutsis congolais. Rose Mapendo et son mari, tous deux tutsis, vivaient avec leurs sept enfants dans l'est de la RDC quand la campagne anti-tutsie a commencé. Elle est passée par d'atroces épreuves et par une terrible fuite avant de se voir offrir un nouveau foyer aux Etats-Unis. Elle est aujourd'hui devenue une défenseuse inspirée de la cause des réfugiés et milite ardemment en faveur de la paix. Rose Mapendo, qui vit à Phoenix, en Arizona, s'est récemment entretenue avec le chargé principal de l'information Tim Irwin à Washington. Voici quelques extraits de cet entretien :

Du fait des violences contre les Tutsis, vous et votre famille avaient été arrêtées en 1998. Que s'est-il passé ?

Le gouvernement a envoyé des policiers à ma maison. Ils cherchaient mon époux. Après leur départ, j'ai dit à mon mari de partir se cacher. Je savais la situation dangereuse pour les hommes mais je n'avais pas réalisé qu'elle l'était aussi pour les femmes et les enfants. Quelque temps plus tard, les militaires sont revenus et nous ont emmenés par camion dans un camp de prisonniers.

Quelles étaient les conditions dans cette prison ?

Cela ressemblait plus à un camp de la mort qu'à une prison. J'y suis restée pendant 16 mois. Nous étions entassés dans des pièces sans porte et les gardes nous surveillaient constamment. Nous n'étions pas autorisés à sortir. Les hommes ont été rapidement tués, y compris mon mari. Beaucoup d'enfants ont péri à cause du froid, car ils dormaient à même sur le sol en ciment, ou de faim. Chaque jour ils venaient et emmenaient quelques personnes pour les abattre. Quand j'ai été amenée sur place, je n'avais pas réalisé que j'étais enceinte. Quand j'ai accouché, j'ai donné le nom du commandant du camp à mes jumeaux, ce qui est considéré comme un grand honneur. Plus tard, lorsque l'ordre est venu de nous tuer, le commandant s'est arrangé pour que moi et ma famille soyons transférés dans une autre prison à Kinshasa [la capitale de la RDC]. Deux semaines plus tard, on m'a envoyée dans un centre de protection géré par la Croix-Rouge.

De Kinshasa vous avez été évacuée au Cameroun dans le cadre d'un programme d'urgence du Gouvernement américain pour réinstaller les réfugiés tutsis hors du Congo. Que pensiez-vous de l'idée de vous rendre aux Etats-Unis ?

Cela a été une grande joie d'apprendre que j'allais être autorisée à y vivre avec mes enfants, qu'ils n'allaient pas être tués. Dans ce camp de la mort, nous pensions que chaque jour serait le dernier. Chaque matin était une sorte de cadeau. Vous ne pouvez pas imaginer combien j'ai été heureuse de savoir que j'allais pouvoir vivre comme les autres.

A quel défi avez-vous été confrontée lors de votre arrivée aux Etats-Unis en juillet 2000 ?

Les défis étaient si nombreux ! Je ne parlais pas anglais ; je n'avais pas d'ami ; j'étais une mère célibataire avec neuf enfants dans un pays nouveau. Mais j'étais vraiment heureuse de me trouver dans un endroit sûr.

Quelles sont les activités de Mapendo International et quel rôle occupez-vous ?

Mapendo International travaille pour venir en aide aux personnes dont la vie a été anéantie par la guerre et la violence, et qui ont été oubliées par l'aide humanitaire déjà existante. Son fondateur [Sasha Chanoff] faisait partie de l'équipe de sauvetage qui m'a évacuée au Cameroun. Il m'a posé, à moi et à d'autres réfugiés, de très nombreuses questions sur nos vies. Puis, il m'a demandé s'il pouvait donner mon nom à son organisation à titre honorifique. Je pense qu'il s'est dit qu'à travers mon histoire, les gens pourraient mieux comprendre ce que cela signifie d'être un réfugié.

Depuis votre arrivée aux Etats-Unis, vous avez pris part à de nombreux événements pour sensibiliser le public à la question des réfugiés, y compris lors du lancement, le mois dernier à New York, de la campagne du HCR « Gimme Shelter ». D'où vous vient votre motivation ?

De nombreuses personnes ont entendu parler des réfugiés par la télévision ou la presse. Parce que j'ai vécu cette expérience, je veux les aider à saisir ce qu'endurent les réfugiés. Je veux aussi leur rappeler que les réfugiés sont des gens comme vous et moi. Ce n'est pas parce qu'ils vivent dans un camp de réfugiés qu'ils ne méritent pas d'être heureux. Nous devons donner aux réfugiés des raisons d'espérer.

Comment se portent vos jumeaux, nés dans le camp d'emprisonnement ?

Ils vont bien. Ils ont presque dix ans maintenant et sont en cours élémentaire (CM1). Mon fils aîné va au lycée et ma fille étudie afin de devenir infirmière. Je suis aussi reconnaissante envers les gens qui nous ont aidés et nous ont donné de l'espoir. Quand je suis venue ici, j'étais veuve ; je n'avais rien. Aujourd'hui, je regarde mes enfants et je vois qu'ils réussissent aussi bien que les autres. C'est une grande joie pour moi et je remercie le Gouvernement américain pour ce qu'il a accompli en faveur des réfugiés.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

Les combats font rage dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sans aucune perspective d'accalmie en vue pour des centaines de milliers de Congolais forcés à fuir la violence et l'insécurité ces deux dernières années. Des vagues successives de conflit sont à l'origine de déplacements en continu, et souvent les familles sont séparées. Au moins un million de personnes sont déracinées dans le Nord-Kivu, la province la plus touchée. Après des années de conflit, plus de 1 000 personnes meurent chaque jour - principalement de faim ou de maladies qui pourraient être pourtant soignées. Dans certaines régions, deux femmes sur trois sont victimes de viols. Les enlèvements sont toujours fréquents, et des enfants sont recrutés de force pour combattre. Des cas de choléra et d'autres maladies se sont accrus, alors que la situation se détériore et que les organisations humanitaires luttent pour répondre aux besoins de la population.

Lorsque la crise de déplacement a empiré dans le Nord-Kivu en 2007, l'agence pour les réfugiés a envoyé plusieurs équipes d'urgence sur place et a mis en oeuvre des opérations dans plusieurs camps accueillant des déplacés. Les efforts d'assistance comprennent aussi l'enregistrement de la population déplacée et la distribution d'articles non alimentaires. Le HCR mène également un contrôle dans le domaine de la protection pour identifier les abus des droits humains et d'autres problèmes, auxquels sont confrontés les déplacés dans le Nord et le Sud-Kivu.

Juin 2009

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

La crise continue au Nord-Kivu

Dans la province du Nord-Kivu en RDC (République démocratique du Congo), l'insécurité persiste et plus de 500 000 personnes sont des déplacés internes. Un grand nombre d'entre eux sont déplacés pour la deuxième ou la troisième fois consécutive. Le conflit armé, la persécution des populations civiles, les meurtres, les enlèvements, les abus sexuels et le recrutement forcé des enfants sont les motifs de déplacement. Les signalements de viols et de meurtres se comptent par milliers. Quelque 176 000 déplacés vivent dans le district de Masisi, y compris 49 000 d'entre eux accueillis dans 19 camps. Les conditions de vie sont précaires, des familles entières vivent dans des huttes de fortune comptant une pièce unique sans eau potable ni accès aux services essentiels. Le HCR est préoccupé par la situation sécuritaire, les conditions de vie et l'avenir de ces personnes déplacées. Même si quelque 36 000 personnes auparavant hébergées dans des camps au Nord-Kivu ont réussi à rentrer dans leurs villages d'origine en 2010, environ 72 000 personnes restent déplacées à ce jour.

Le HCR coordonne la gestion de 31 camps de déplacés et fournit une assistance d'urgence. Ces camps sont localisés à travers tout le Nord-Kivu. Le HCR est confronté à des défis de taille en termes d'accès aux zones où les déplacés ont trouvé refuge et l'agence pour les réfugiés continue à réclamer l'accès humanitaire aux personnes dans le besoin afin de leur venir en aide.

La crise continue au Nord-Kivu

RDC : retour à KimokaPlay video

RDC : retour à Kimoka

En 2007 et 2008, les conflits armés avaient contraint des centaines de milliers de Congolais à fuir la province du Nord-Kivu. Les habitants du village de Kimoka sont enfin de retour chez eux.
RDC : Au bord du gouffrePlay video

RDC : Au bord du gouffre

Fatuma Kapuweli, une mère chef de famille et déplacée interne en RDC, craint pour la sécurité et le bien-être de ses enfants.