Planification familiale pour les réfugiés en Thaïlande

Articles d'actualité, 15 janvier 2009

© HCR/R.Arnold
Deux femmes réfugiées promènent leurs enfants, dans l'un des camps situés à la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar.

BANGKOK, Thaïlande, 15 janvier (UNHCR) Les réfugiés vivant le long de la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar pourront continuer à recourir aux méthodes et aux services de planification familiale, grâce à une coopération entre le HCR et le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA).

Les deux organisations des Nations Unies travaillent conjointement pour combler les lacunes observées dans le domaine de la médecine de la procréation, au bénéfice de 111 000 réfugiés originaires du Myanmar vivant dans neuf camps et dont un quart sont des femmes en âge de procréer.

En premier lieu, l'UNFPA a procédé mercredi à la distribution de produits contraceptifs répondant aux besoins de 8 500 usagers courants et de 400 nouveaux usagers pour une période allant de six mois à un an. Des agences humanitaires, qui sont des partenaires privés de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés, distribueront dans quatre camps Umpium, Mae La, Mae Ra Ma Luang and Mae La Oon des contraceptifs et assureront un suivi psychologique et une éducation sur les méthodes de planification familiale ainsi que l'orientation vers un hôpital si nécessaire.

« Les gens continuent à avoir besoin d'information et de services relatifs aux méthodes de planification volontaire familiale même lorsqu'ils deviennent des réfugiés », a expliqué Giuseppe de Vincentis, délégué régional adjoint du HCR. « Nous estimons que la planification familiale et la médecine de la procréation s'inscrivent dans les droits humains fondamentaux. De ce fait, le HCR doit assumer la responsabilité qui lui incombe de satisfaire tous les besoins des réfugiés. »

Par ailleurs, les deux agences mènent des discussions avec le Gouvernement thaïlandais pour une coopération à long terme qui permettra de répondre aux besoins des adolescents, dont l'accès à l'information et aux services est limité par les sensibilités culturelles.

« Nous espérons que la coopération ultérieure avec le HCR permettra une amélioration dans l'anticipation, la régularité et l'efficacité de l'information sur la médecine de la procréation ainsi que des services fournis au bénéfice des réfugiés ici en Thaïlande », a indiqué Garimella Giridhar, déléguée de l'UNFPA en Thaïlande.

Par Kitty McKinsey à Bangkok, Thaïlande

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Myanmar : Les besoins persistent dans des zones reculées

Avec huit vols cargo et un convoi terrestre depuis la Thaïlande, l'UNHCR a déjà acheminé vers le Myanmar, en date du 6 juini, 430 tonnes de matériel d'abri et d'articles de première nécessité pour aider environ 130 000 victimes du cyclone Nargis. L'aide inclut des bâches et des rouleaux de plastique, des moustiquaires, des couvertures et des ustensiles de cuisine. Elle est rapidement distribuée une fois sur place.

Aux alentours de Yangon - une région qui a également été touchée par le cyclone - et dans le delta d'Irrawaddy, des familles ont construit des abris de fortune avec des toits de feuilles de palmier. Ils ont cependant désespérément besoin de bâches en plastique pour se protéger des pluies de mousson.

Myanmar : Les besoins persistent dans des zones reculées

L'aide d'urgence de l'UNHCR parvient aux victimes du cyclone au Myanmar

Avec huit vols cargo et un convoi terrestre depuis la Thaïlande, l'UNHCR a déjà acheminé vers le Myanmar, en date du 6 juin, 430 tonnes de matériel d'abri et d'articles de première nécessité pour aider environ 130 000 victimes du cyclone Nargis. L'aide inclut des bâches et des rouleaux de plastique, des moustiquaires, des couvertures et des ustensiles de cuisine. Elle est rapidement distribuée une fois sur place.

Aux alentours de Yangon - une région qui a également été touchée par le cyclone - et dans le delta d'Irrawaddy, des familles ont construit des abris de fortune avec des toits de feuilles de palmier. Ils ont cependant désespérément besoin de bâches en plastique pour se protéger des pluies de mousson.

Légendes.

L'aide d'urgence de l'UNHCR parvient aux victimes du cyclone au Myanmar

Cyclone dévastateur au Myanmar

Les 2 et 3 mai 2008, le cyclone Nargis a dévasté le Myanmar, causant la mort de milliers de personnes et en laissant plus d'un million d'autres sans abri. En réponse immédiate à la catastrophe, le bureau de l'UNHCR à Yangon a acheté et distribué l'équivalent de 50 000 dollars de bâche en plastique et de nourriture en conserve aux rescapés.

Depuis, avec un premier convoi d'aide humanitaire par camion, l'UNHCR a fait parvenir 22 tonnes de tentes et de bâche en plastique en provenance des stocks de l'agence dans le nord-ouest de la Thaïlande. Par ailleurs, plus de 100 tonnes de toile goudronnée, de couvertures, d'ustensiles de cuisine et de moustiquaires sont acheminées par avion depuis l'entrepôt régional de l'UNHCR à Dubaï.

L'UNHCR n'intervient pas habituellement en cas de catastrophe naturelle, mais l'agence a agi en raison de l'ampleur de la dévastation, du besoin urgent des victimes et de la proximité de ses entrepôts d'aide d'urgence, qui sont situés non loin du Myanmar.

Cyclone dévastateur au Myanmar

Inde : Jeune et seulePlay video

Inde : Jeune et seule

Ni Ang, âgée de 16 ans, parcourt le marché de nuit à Delhi pour trouver de la nourriture pour elle et ses trois frères et soeurs. Ces enfants non accompagnés luttent pour leur survie en Inde après avoir fui leur village au Myanmar.