230 000 réfugiés somaliens souffrent du surpeuplement à Dadaab

Articles d'actualité, 23 décembre 2008

© HCR/B.Bannon
Une jeune réfugiée hébergée dans l'un des trois camps surpeuplés de Dadaab.

DADAAB, Kenya, 23 décembre (UNHCR) Les rangées de tentes d'urgence ont maintenant atteint les limites du périmètre du camp d'Ifo à Dadaab, ce qui signifie que l'agence des Nations Unies pour les réfugiés se retrouve finalement à court de terres où héberger les réfugiés somaliens nouvellement arrivés. « Tous les réfugiés doivent maintenant être accueillis chez des proches ou chez des amis, nous n'avons plus de terres à leur fournir », a expliqué Leonidas Nkurunziza, un employé de terrain du HCR.

Quelque 230 000 personnes vivent maintenant dans les trois camps contigus de Dadaab, l'un des camps de réfugiés les plus vieux, les plus grands et les plus surpeuplés au monde. Le HCR craint l'arrivée de dizaines de milliers d'autres réfugiés l'année prochaine dans cette contrée isolée située au nord-est du Kenya, alors que la situation en Somalie, un pays en proie à des troubles, se détériore à nouveau.

Les ressources dans les camps surpeuplés se réduisent dangereusement et les réfugiés et les travailleurs humanitaires attendent avec inquiétude des terres supplémentaires. Il n'y a pas de place pour établir des tentes additionnelles, et les nouveaux arrivants doivent partager des abris déjà surpeuplés avec d'autres réfugiés.

Vendredi dernier, le HCR a publié un appel international d'un montant de 92 millions de dollars pour 2009, visant à soulager les souffrances des Somaliens. Dans le cadre de ce programme, le HCR et le Gouvernement du Kenya recherchent activement davantage de terres, afin de construire deux nouveaux camps, qui permettraient d'abriter chacun près de 60 000 personnes.

Les fonds collectés seront aussi utilisés pour fournir des systèmes d'assainissement nouveaux et plus performants, ainsi que des logements de meilleure qualité pour les réfugiés. Par ailleurs, des fonds additionnels sont nécessaires pour assurer protection et assistance juridique, et pour fournir de la nourriture supplémentaire, des compléments alimentaires ainsi que des articles domestiques de base. D'autres activités incluent un accès garanti à des services élémentaires via des projets communautaires pour la population hôte kényane.

Les trois camps de réfugiés de Dadaab Ifo, Hagadera et Dagahaley ont été construits en 1991 pour accueillir 90 000 réfugiés. Le conflit permanent en Somalie a mené à un afflux régulier de réfugiés durant toutes ces années, et aucun signe d'amélioration n'est en vue.

Plus de 60 000 Somaliens ont franchi la frontière du Kenya depuis le début 2008. La plupart sont originaires de Mogadiscio et des régions de Kismayo, Jamame et Afmadow, dans le Bas-Juba. La crise actuelle est encore aggravée par une sécheresse sévère, par l'insécurité alimentaire et par les importantes inondations qui s'abattent régulièrement sur la corne de l'Afrique.

Chaque matin, des centaines de nouveaux arrivants squattent devant les bureaux d'enregistrement du HCR, en attendant avec impatience l'arrivée des employés. Pour répondre à une énorme demande, l'agence a augmenté l'effectif de son équipe d'enregistrement.

Les conditions de surpeuplement des camps ont un impact sur chaque réfugié. Des femmes et des enfants font tous les jours la queue sous le soleil brûlant pour collecter de l'eau. Mais ils ne sont pas tous chanceux la quantité d'eau est limitée et les pompes ne peuvent pas fournir la quantité d'eau nécessaire chaque jour.

« L'eau est la priorité majeure, elle est cruciale pour la vie », a dit Dahir Hassan, qui vit à Hagadera depuis 1992. La pénurie d'eau est souvent une cause de disputes. « Un robinet était prévu pour être utilisé par 200 familles, maintenant nous avons le double de familles ayant besoin d'eau pour chaque robinet », a noté un autre réfugié, Hassan Bashir Ahmed, en ajoutant que : « Les familles se battent. »

Hassan Bashir Ahmed a aussi indiqué que le feu constituait un danger. Les systèmes d'évacuation des déchets dans les camps ne pouvaient plus supporter la quantité de déchets produits, poussant ainsi les familles à brûler leurs poubelles près de leurs huttes. Des incendies se déclarent fréquemment, ils se propagent rapidement et ils sont difficiles à maîtriser du fait de la pénurie d'eau.

Par Tessa Valk Mayerick à Dadaab, Kenya

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise somalienne

Les taux élevés de malnutrition chez les réfugiés somaliens imposent d'agir sans attendre

Donnez pour cette urgence

Crise dans la corne de l'Afrique

Des dizaines de milliers de Somaliens fuient le conflit et la sécheresse vers Djibouti, l'Ethiopie et le Kenya.

Une famille d'artistes somaliens continue son travail de création en exil

Pendant deux décennies de conflit et de chaos en Somalie, Mohammed Ousman est resté à Mogadiscio où il enseignait l'art alors que d'autres fuyaient le pays. Mais la vie est devenue impossible pour continuer le travail de création artistique, après que des militants d'Al Shabaab aient tué son frère. Quatre de ses neuf enfants ont également été assassinés. Mohammed a fermé sa « Picasso Art school » et il a épousé la veuve de son frère, selon la coutume somalienne. Toutefois, sans emploi, cet homme de 57 ans luttait pour subvenir aux besoins de ses deux familles et, finalement, il lui en a coûté sa première famille. Mohammed a décidé de partir, il a pris l'avion vers Berbera au Somaliland à la fin 2011 puis il a traversé vers le camp de réfugiés d'Aw Barre en Ethiopie, où il a rejoint sa seconde épouse et ses cinq enfants. Le HCR a transféré Mohammed et sa famille à Addis-Abeba pour des raisons de protection, en pensant qu'il pourrait mieux y gagner sa vie en exerçant son art. Mais il découvre que la vente de peintures et de dessins peut être difficile. Il compte sur le soutien du HCR. Les images de l'artiste et sa famille ont été prises par Kisut Gebre Egziabher du HCR.

Une famille d'artistes somaliens continue son travail de création en exil

La distinction Nansen pour les réfugiés a été attribuée à la Somalienne Hawa Aden Mohamed

La lauréate 2012 de la distinction Nansen pour les réfugiés est Mme Hawa Aden Mohamed, ex-réfugiée dont l'oeuvre visionnaire a changé la vie de Somaliennes de tout âge. Celle que beaucoup appellent « maman Hawa » a fondé et dirige un ambitieux programme d'éducation à Galkayo, en Somalie, dont l'objet est d'aider ces femmes à affirmer leurs droits, à acquérir d'indispensables compétences et à renforcer leur rôle social. Cette galerie de photos présente les activités de « maman Hawa » au Centre d'éducation de Galkayo pour la Paix et le développement, où des déplacées internes peuvent apprendre à lire, suivre une formation professionnelle et aussi recevoir une aide humanitaire, notamment sous forme de nourriture.

La distinction Nansen pour les réfugiés a été attribuée à la Somalienne Hawa Aden Mohamed

Cérémonie de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés

Plus de 800 personnes ont participé à la cérémonie annuelle de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés à Genève le 1er octobre 2012. La lauréate de cette année, Hawa Aden Mohamed, est somalienne. Elle n'a pas pu se joindre à la cérémonie pour des raisons de santé, mais elle avait enregistré un message vidéo. En l'absence de l'ex-réfugiée, le Haut Commissaire pour les réfugiés, Antonio Guterres, a remis la distinction à sa soeur, Shukri Aden Mohamed.

L'humanitaire de 63 ans, éducatrice et défenseur des droits de la femme, plus connue sous le nom de « Maman Hawa », a été honorée pour son dévouement inlassable - dans des conditions extrêmement difficiles - pour aider les réfugiés et les déplacés, principalement des femmes et des jeunes filles mais aussi de jeunes garçons.

Elle a surtout été reconnue - en tant que co-fondatrice du Centre d'éducation de Galkayo pour la paix et le développement en Somalie dans la région de Puntland - pour avoir aidé des milliers de femmes et de jeunes Somaliennes déplacées, beaucoup d'entre elles ayant été victimes de viol. Le centre assure l'enseignement secondaire ainsi que l'apprentissage de l'autonomie.

Durant la cérémonie de remise, les spectacteurs ont entendu une allocution de la militante pour la paix libérienne, Leymah Gbowee, co-lauréate du prix Nobel de la paix 2011. Une vidéo a été diffusée en l'honneur de Mama Hawa. La cantatrice soprano et Ambassadrice honoraire à vie auprès du HCR, Barbara Hendricks, et le musicien suisse, Bastian Baker ont interprêté des morceaux musicaux.

Cérémonie de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés

Somalie : La fuitePlay video

Somalie : La fuite

Des milliers de personnes ont fui la ville portuaire de Kismayo en Somalie et, malgré le départ des militants, beaucoup ont choisi de ne pas rentrer.
Somalie : Les touk-touks de GalkayoPlay video

Somalie : Les touk-touks de Galkayo

Des touk-touks ont été offerts à un groupe de déplacés internes somaliens qui vivent dans la ville de Galkayo, ce qui leur facilite la vie.
Somalie : Retour à ZanzibarPlay video

Somalie : Retour à Zanzibar

Un groupe de familles rentre à Zanzibar en Tanzanie après avoir vécu en exil pendant plus de 10 ans à Mogadiscio en Somalie.