Le HCR avertit les migrants désespérés des risques mortels associés à la traite d'êtres humains dans le golfe d'Aden

Articles d'actualité, 19 décembre 2007

© HCR/A.Webster
Zahara et Nuria ont marché pendant 15 jours depuis leur ville d'origine pour atteindre Bossasso.

BOSSASSO, Somalie, 19 décembre (UNHCR) Une personne sur 20 ayant entrepris de traverser le golfe d'Aden cette année, à bord de frêles embarcations, est morte. Devant ces chiffres dramatiques, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés a commencé une campagne de sensibilisation dans la Corne de l'Afrique pour informer les candidats à l'immigration des périls qu'ils encourent en traversant illégalement le golfe pour gagner le Yémen.

Des dépliants colorés, comprenant notamment des dessins accompagnés de textes en somalien, traduits en trois dialectes éthiopiens, sont distribués dans toute la région du Puntland en Somalie. Parallèlement, des spots radio sont diffusés depuis le mois d'octobre. La campagne informe aussi les demandeurs d'asile arrivant d'autres pays qu'ils peuvent demander l'asile sur place en Somalie, et elle demande aux communautés hôtes de traiter humainement les migrants. La campagne de sensibilisation est actuellement élargie au sud et au centre de la Somalie ainsi qu'en Ethiopie.

A ce jour en 2007, 28 000 personnes ont déjà effectué la traversée périlleuse vers le Yémen depuis la cite portuaire de Bossasso, située au nord-est de la Somalie, pour tenter d'atteindre les riches pays du golfe. Plus de 1 400 d'entre elles sont mortes. Elles ont été tuées par des passeurs ou se sont noyées en mer. De nouvelles pertes en vie humaine, s'élevant au moins à 58 personnes, sont survenues le week-end dernier. Un bateau de passeurs a chaviré ; un autre a heurté un rocher et s'est brisé en plusieurs morceaux.

A Bossasso, la campagne de sensibilisation menée à l'attention des candidats à l'immigration est accueillie favorablement par les ONG locales. « Les migrants veulent une vie meilleure ; ils n'aiment pas penser aux dangers », a expliqué un travailleur humanitaire somalien. « Il est de notre devoir d'assurer qu'ils soient pleinement conscients que la mort peut les surprendre ». Sheikh Abdulqader, leader des anciens dans la ville, ajoute : « A nous seuls, nous ne pouvons pas empêcher ces personnes désespérées de traverser. Le soutien de la communauté internationale va nous aider à ralentir une tragédie qui dure déjà depuis trop longtemps. »

En plus de la campagne de sensibilisation, l'UNHCR a intensifié cette année son travail au Yémen dans le cadre d'un budget de sept millions de dollars et a annoncé, mardi, qu'elle allait renforcer sa présence, dans une région reculée située le long de 300 kilomètres de côte, avec l'ouverture de deux nouveaux bureaux de terrain en 2008.

A Bossasso, dans un petit café éthiopien où l'on peut lire sur le mur une maxime involontairement ironique « le navigateur est l'avenir de l'homme » ceux qui vont embarquer bientôt à bord de bateaux de passeurs sont peu loquaces. Une dizaine de jeunes Ethiopiens mâchent du khat, une plante narcotique locale. Ils sont à la fois impatients et apeurés de ce qui va leur arriver. Ce soir, ils quitteront la ville pour se rendre sur une plage et embarquer à bord d'un bateau délabré vers le Yémen.

Ils sont tous nerveux, à l'exception de Saïd, qui a déjà effectué une fois la traversée. Il dit avoir été refoulé d'Arabie saoudite il y a quelques mois car il n'avait pas de permis de travail. « La dernière fois, j'ai réussi à atteindre le Yémen sain et sauf alors je voyage avec le même passeur cette fois », dit-il, ajoutant que sa femme se trouve toujours en Arabie saoudite où elle travaille en tant que domestique et qu'elle lui envoie de l'argent pour payer son voyage. Les deux amis, avec qui il discute de la possibilité de partir avec lui, sourient nerveusement quand on leur parle des dangers du voyage.

Néanmoins tout le monde ne partira pas ce soir. Assise près d'un mur noirci par la fumée d'encens, la jeune Fahir semble si faible qu'elle ne peut que chuchoter. « Je suis venue d'Ethiopie avec mon mari, après que des voisins, qui construisaient une belle maison, nous aient dit qu'on pourrait gagner de l'argent en Arabie saoudite », murmure-t-elle.

Cependant, une fois à Bossasso, son mari lui a dit qu'il ne pouvait payer la traversée que pour une seule personne et il est parti, en l'abandonnant alors qu'elle était enceinte. « Je n'ai pas d'argent pour la traversée vers le Yémen ; je n'ai pas d'argent pour rentrer en Ethiopie, et ici je ne peux même pas travailler pour me nourrir car personne n'embauchera une femme enceinte », pleure-t-elle, en ajoutant qu'elle se rend compte aujourd'hui qu'elle n'aurait pas dû quitter sa maison.

Comme Fahir, de nombreux migrants sont bloqués à Bossasso. « Même si vous trouvez un emploi au port en tant que porteur, vous gagnez tout juste de quoi payer trois repas par jour et une nuit dans un hôtel misérable aux murs en carton, où vous dormez avec des dizaines d'autres personnes », explique un jeune Ethiopien.

Certains migrants n'ont même pas les moyens de se payer un toit misérable. Après avoir travaillé toute la journée dans le port, Hassan, âgé de 16 ans, doit dormir à la belle étoile dans un bâtiment en ruine. « Après la mort de ma mère, mon père a commencé à me battre. Un jour, j'ai entendu que des gens de notre village en Ethiopie étaient partis à Bossasso pour traverser vers le Yémen. Quand mon père a de nouveau essayé de me battre, j'ai fui et j'ai rejoint cette ville. » Mais il n'avait pas vraiment compris combien le voyage vers le Yémen pouvait être dangereux avant d'avoir atteint Bossasso.

Il n'y a pas que des Ethiopiens comme Hassan qui cherchent à tout prix à effectuer la traversée en mer. La violence ayant fait rage à Mogadiscio toute cette année, un nombre accru de Somaliens a commencé à choisir cette échappatoire. Pour la première fois, le nombre de Somaliens a dépassé celui des Ethiopiens à bord des 300 bateaux qui ont effectué la traversée cette année.

Malgré les dangers, Khadija veut faire de même. Il y a plusieurs mois, elle a quitté avec sa famille la capitale somalienne en proie à des troubles et elle a rejoint Bossasso, où son mari a embarqué dans un bateau, en lui promettant qu'il enverrait de l'argent à sa famille.

« Je n'ai plus jamais reçu de ses nouvelles », se lamente Khadija. « Il a dû se noyer en mer. » Elle habite à Bossasso avec ses enfants dans un abri sordide se trouvant dans l'un des sites accueillant des personnes déplacées internes.

Elle est aujourd'hui si désespérée qu'elle envisage de laisser ses jeunes enfants à sa fille âgée de 10 ans pour embarquer, elle aussi, dans un bateau vers le Yémen et pour envoyer de l'argent à sa famille. « Je ne peux ni rentrer à Mogadiscio avec mes enfants, où ils mourront, ni rester dans une ville où ils manquent de tout », explique-t-elle. « Dieu a déjà pris la vie de mon mari. Il ne prendra pas la mienne. »

Par Catherine Weibel à Bossasso

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •
Asile et migration

Asile et migration

Tous dans le même bateau : les défis de la migration mixte à travers le monde.

Migration mixte

Les migrants diffèrent des réfugiés, mais ces deux populations voyagent parfois côte à côte.

Magazine Réfugiés N° 148

Magazine Réfugiés N° 148

Réfugié ou migrant ? Pourquoi cette question compte

Migration internationale

Le lien qui existe entre les mouvements de réfugiés et les migrations plus larges fait l'objet d'une attention croissante.

Crise somalienne

Les taux élevés de malnutrition chez les réfugiés somaliens imposent d'agir sans attendre

Donnez pour cette urgence

Crise dans la corne de l'Afrique

Des dizaines de milliers de Somaliens fuient le conflit et la sécheresse vers Djibouti, l'Ethiopie et le Kenya.

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Les trois camps de Dadaab, dont la capacité d'accueil était initialement prévue pour 90 000 personnes, comptent désormais une population d'environ 250 000 civils somaliens, ce qui fait de ce complexe accueillant des réfugiés l'un des plus grands et des plus surpeuplés au monde. Le HCR craint l'arrivée de dizaines de milliers d'autres réfugiés en 2009 dans cette région isolée située au nord-est du Kenya, alors que la situation continue à se détériorer dans leur pays en proie à des troubles.

Les ressources, comme l'eau et la nourriture, se réduisent dangereusement dans les camps surpeuplés, avec parfois 400 familles se partageant l'usage d'un robinet d'eau. Il n'y a plus de place pour monter de nouvelles tentes, et les nouveaux arrivants doivent partager des abris déjà surpeuplés avec d'autres réfugiés.

Début 2009, le Gouvernement kényan a donné son accord pour allouer des terres supplémentaires à Dadaab, ce qui permettra d'héberger quelque 50 000 réfugiés. Les photos ci-après montrent les conditions de vie dans le camp de Dadaab en décembre 2008.

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Traite d'êtres humains dans le Golfe d'Aden

Fin mars, au cours d'une période de six jours, plus de 1 100 Somaliens et Éthiopiens sont arrivés sur le territoire yéménite, après avoir traversé le Golfe d'Aden à bord de bateaux de passeurs depuis Bossasso, en Somalie. Au moins 28 personnes sont mortes lors de ces voyages - d'asphyxie, des coups reçus ou de noyade - et plusieurs ont été gravement blessées par les trafiquants. D'autres souffrent de problèmes dermatologiques en raison d'un contact prolongé avec de l'eau de mer, des excréments, de l'essence ou d'autres produits chimiques.

Au cours d'une récente visite au Yémen, la Haut Commissaire assistante pour la protection, Erika Feller, s'est engagée à mieux faire connaître cette situation, à lancer un appel pour des fonds supplémentaires et pour une action internationale afin de venir en aide au Yémen, et à développer des projets qui amélioreront les conditions de vie et l'autosuffisance des réfugiés au Yémen.

Depuis janvier 2006, le Yémen a reçu près de 30 000 personnes originaires de Somalie, d'Éthiopie et d'autres pays, alors que plus de 500 personnes sont mortes pendant leur traversée. Au moins 300 sont également portées disparues. L'UNHCR aide déjà le Yémen en fournissant de l'assistance, des soins et un logement à plus de 100 000 réfugiés qui se trouvent dans le pays.

Traite d'êtres humains dans le Golfe d'Aden

Kenya : largages aériens pour les camps de réfugiés affectés par les inondations

Ce week-end, l'UNHCR a commencé, avec l'aide de l'armée américaine, le largage aérien d'urgence d'environ 200 tonnes de biens de secours destinés aux milliers de réfugiés affectés par de graves inondations dans les camps de réfugiés de Dadaab au nord du Kenya.

Ces largages aériens offrent un spectacle impressionnant. Un avion cargo C-130 a largué, à chaque rotation, 16 tonnes de bâches en plastique, de moustiquaires, de tentes et de couvertures, au-dessus d'un site préalablement évacué de toute présence humaine et animale. Des réfugiés ont ensuite chargé le matériel dans des camions pour l'acheminer vers les camps.

Dadaab, un complexe de trois camps accueillant quelque 160 000 réfugiés, principalement originaires de Somalie, a été coupé du monde par un mois de fortes pluies qui ont emporté la seule route permettant de relier les camps isolés depuis la capitale kenyane, Nairobi. Le transport aérien s'est avéré la seule solution pour faire parvenir les secours vers les camps.

L'UNHCR a transféré 7 000 réfugiés parmi les plus touchés depuis Ifo vers le camp d'Hagadera, à quelque 20 kilomètres plus loin. 7 000 autres réfugiés ont été transférés vers un nouveau site, appelé Ifo 2, situé plus en altitude.

Kenya : largages aériens pour les camps de réfugiés affectés par les inondations

Somalie : La fuitePlay video

Somalie : La fuite

Des milliers de personnes ont fui la ville portuaire de Kismayo en Somalie et, malgré le départ des militants, beaucoup ont choisi de ne pas rentrer.
Somalie : Les touk-touks de GalkayoPlay video

Somalie : Les touk-touks de Galkayo

Des touk-touks ont été offerts à un groupe de déplacés internes somaliens qui vivent dans la ville de Galkayo, ce qui leur facilite la vie.
Somalie : Retour à ZanzibarPlay video

Somalie : Retour à Zanzibar

Un groupe de familles rentre à Zanzibar en Tanzanie après avoir vécu en exil pendant plus de 10 ans à Mogadiscio en Somalie.