Dans une lueur d'espoir, des réfugiés des Grands Lacs rentrent chez eux

Articles d'actualité, 6 janvier 2006

© HCR/N.Takagi
Une réfugiée congolaise qui a passé des années dans un camp de réfugiés en Tanzanie, reçoit de l'aide pour débarquer du ferry qui lui a permis de traverser le lac Tanganyika et de rentrer chez elle dans l'est de la RDC.

KINSHASA, le 6 janvier (UNHCR) Quelques femmes discutent avec animation au point de rassemblement Kiliba de l'UNHCR, situé au nord d'Ouvira, en République démocratique du Congo (RDC), dans la province du Sud-Kivu. « J'ai reçu une lettre de membres de ma famille qui sont rentrés chez eux. Ils disent que la situation s'est améliorée », affirme l'une d'elles. « Maintenant je veux rentrer. »

Ces femmes sont des réfugiées rwandaises qui songent à rentrer vers leurs maisons sur les « collines » du Rwanda, après plus de 10 ans d'exil dans les épaisses forêts de la province du Kivu, dans l'est de la RDC. A quelques kilomètres au sud de là, à Ouvira, et jusqu'à Baraka, les habitants s'habituent à ces rencontres pleines d'émotion entre Congolais rentrant des camps de Tanzanie, et tout particulièrement près des centres de transit installés par l'UNHCR, pleins d'animation.

En 2005, la RDC a été le théâtre de mouvements de retour de réfugiés, traversant de part en part les frontières du pays pour rentrer chez eux. Alors que plus de 46 000 réfugiés congolais sont rentrés de Tanzanie et de République centrafricaine en RDC en 2005, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés a aidé près de 9 000 Angolais, 238 Burundais et presque 7 000 réfugiés rwandais à partir de DRC pour rentrer chez eux, après de longues années d'exil.

« La guerre est terminée », explique un ancien réfugié, Vandamu Kamu, rentré en décembre 2005 de Tanzanie à Baraka, en RDC, sur le ferry MV Mwongozo utilisé par l'UNHCR dans le cadre de son opération de rapatriement. « Après des années laissées à l'abandon, les terres sont couvertes de végétation ; il va nous falloir travailler dur », promet-il.

Malgré tous ces défis à relever, y compris la destruction des infrastructures par la guerre et la présence de groupes de miliciens rebelles, la province du Sud-Kivu est devenue le lieu du dénouement de la longue crise humanitaire qui a frappé la région des Grands Lacs.

Durant plus d'une décennie, les habitants du Kivu ont été les témoins des multiples convulsions de l'histoire. Suite au génocide rwandais de 1994, plus d'un million de Rwandais y ont fui, l'UNHCR installant des camps d'une ampleur sans précédent dans la province. Deux ans plus tard, fuyant les attaques des forces gouvernementales rwandaises, un flot de réfugiés reprenait la route pour rentrer chez eux, tandis qu'une partie d'entre eux s'enfuyait dans les épaisses forêts du Kivu.

Certains d'entre eux, comme ces femmes au point de rassemblement de Kiliba, viennent juste de sortir de leur cachette pour rentrer chez eux. Depuis 2000, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés a eu accès à ces réfugiés rwandais cachés dans les forêts grâce à un système de points de rassemblement dans des endroits reculés, où ils pouvaient recevoir des vêtements, des repas chauds et un transport pour rentrer chez eux.

Au cours des cinq dernières années, près de 81 000 réfugiés rwandais ont quitté l'est de la RDC pour rentrer au Rwanda avec l'aide de l'UNHCR, parmi lesquels 7 000 en 2005. Cette opération se poursuivra en 2006 pour atteindre les 50 000 réfugiés rwandais supposés encore se trouver dans les forêts du Kivu.

Pendant ce temps, au Sud-Kivu, Yoali Mwanuke, qui était encore récemment une réfugiée congolaise en Tanzanie, rentrée chez elle il y a deux mois, tient avec aplomb sur sa tête un paquet de nourriture enveloppé dans une pièce de tissu coloré et partage son enthousiasme au sujet de l'avenir de sa province.

« Mon retour apportera des changements dans mon pays », dit-elle. « Je vais travailler pour la paix et le développement de l'agriculture à Baraka. »

Elle fait partie des quelque 300 000 réfugiés congolais qui ont fui le violent conflit survenu dans l'est de la RDC entre 1997 et 1999. Un calme relatif est revenu dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu avec la signature du cessez-le-feu de Lusaka en 1999 et le déploiement des forces de maintien de la paix des Nations Unies, la MONUC, malgré la persistance de quelques conflits au niveau local.

« En effet, la sécurité s'est améliorée lorsqu'il a été demandé aux groupes étrangers armés de rentrer dans leurs pays », explique Kemal Saiki, porte-parole de la MONUC. « En même temps, nous pouvons voir à travers les retours toujours plus nombreux de réfugiés que la confiance dans la normalisation de la situation en RDC va en augmentant avec l'enregistrement de 25 millions d'électeurs, dont un nombre important d'anciens réfugiés qui sont revenus spécialement pour s'inscrire sur les listes électorales », ajoute-t-il.

L'UNHCR a commencé à organiser les retours de réfugiés depuis la Tanzanie vers les territoires de Fizi et d'Ouvira en RDC en octobre 2005, après que les réfugiés aient commencé à rentrer par leurs propres moyens, en traversant le lac Tanganyika dans des embarcations de fortune.

« La décision de commencer l'organisation des mouvements de retour d'un pays à l'autre a été prise en premier lieu car il fallait canaliser les retours et réduire les risques pris par les réfugiés embarquant sur des bateaux en bois d'une sécurité douteuse pour traverser le lac Tanganyika, le lac le plus profond en Afrique », explique Eusebe Hounsokou, le délégué de l'UNHCR en RDC.

Plus de 18 000 réfugiés sont revenus par leurs propres moyens vers le Sud-Kivu depuis octobre 2004. L'UNHCR a tout d'abord réagi par la mise en place de centres de transit, pour enregistrer les rapatriés et fournir une assistance de base et le transport dans le Sud-Kivu. Quand les conditions générales se sont significativement améliorées vers la fin 2005, les mouvements de retour organisé ont commencé. Le MV Mwongozo, un solide ferry affrété spécialement pour l'opération de rapatriement, a depuis transporté en toute sécurité 6 303 réfugiés congolais rentrés chez eux.

Il est prévu que les départs du MV Mwongozo continuent deux fois par semaine dans les mois à venir permettant, par semaine, à près de 1 000 réfugiés de finalement retourner dans leur pays.

Mais la région de retour est désespérément pauvre et les autorités locales ont réclamé des services de base comme de l'eau potable, des centres de santé et des écoles ainsi que davantage d'aide au développement pour aider les communautés, y compris les rapatriés, à revivre et à prospérer.

« Comme la RDC dans son ensemble s'avance vers la conclusion du processus de transition avec les élections démocratiques en 2006, la province du Sud-Kivu est à la croisée des chemins », rajoute Eusebe Hounsokou. « En dépit de son histoire et de problèmes persistants, la province est le témoin de la fin des déplacements forcés pour des milliers de réfugiés et de déplacés internes. L'année à venir sera décisive, et l'UNHCR surveillera de près la situation et adaptera les programmes de rapatriement si besoin est. »

Par Jens Hesemann, En RDC

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

Les combats font rage dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sans aucune perspective d'accalmie en vue pour des centaines de milliers de Congolais forcés à fuir la violence et l'insécurité ces deux dernières années. Des vagues successives de conflit sont à l'origine de déplacements en continu, et souvent les familles sont séparées. Au moins un million de personnes sont déracinées dans le Nord-Kivu, la province la plus touchée. Après des années de conflit, plus de 1 000 personnes meurent chaque jour - principalement de faim ou de maladies qui pourraient être pourtant soignées. Dans certaines régions, deux femmes sur trois sont victimes de viols. Les enlèvements sont toujours fréquents, et des enfants sont recrutés de force pour combattre. Des cas de choléra et d'autres maladies se sont accrus, alors que la situation se détériore et que les organisations humanitaires luttent pour répondre aux besoins de la population.

Lorsque la crise de déplacement a empiré dans le Nord-Kivu en 2007, l'agence pour les réfugiés a envoyé plusieurs équipes d'urgence sur place et a mis en oeuvre des opérations dans plusieurs camps accueillant des déplacés. Les efforts d'assistance comprennent aussi l'enregistrement de la population déplacée et la distribution d'articles non alimentaires. Le HCR mène également un contrôle dans le domaine de la protection pour identifier les abus des droits humains et d'autres problèmes, auxquels sont confrontés les déplacés dans le Nord et le Sud-Kivu.

Juin 2009

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

La crise continue au Nord-Kivu

Dans la province du Nord-Kivu en RDC (République démocratique du Congo), l'insécurité persiste et plus de 500 000 personnes sont des déplacés internes. Un grand nombre d'entre eux sont déplacés pour la deuxième ou la troisième fois consécutive. Le conflit armé, la persécution des populations civiles, les meurtres, les enlèvements, les abus sexuels et le recrutement forcé des enfants sont les motifs de déplacement. Les signalements de viols et de meurtres se comptent par milliers. Quelque 176 000 déplacés vivent dans le district de Masisi, y compris 49 000 d'entre eux accueillis dans 19 camps. Les conditions de vie sont précaires, des familles entières vivent dans des huttes de fortune comptant une pièce unique sans eau potable ni accès aux services essentiels. Le HCR est préoccupé par la situation sécuritaire, les conditions de vie et l'avenir de ces personnes déplacées. Même si quelque 36 000 personnes auparavant hébergées dans des camps au Nord-Kivu ont réussi à rentrer dans leurs villages d'origine en 2010, environ 72 000 personnes restent déplacées à ce jour.

Le HCR coordonne la gestion de 31 camps de déplacés et fournit une assistance d'urgence. Ces camps sont localisés à travers tout le Nord-Kivu. Le HCR est confronté à des défis de taille en termes d'accès aux zones où les déplacés ont trouvé refuge et l'agence pour les réfugiés continue à réclamer l'accès humanitaire aux personnes dans le besoin afin de leur venir en aide.

La crise continue au Nord-Kivu

RDC : retour à KimokaPlay video

RDC : retour à Kimoka

En 2007 et 2008, les conflits armés avaient contraint des centaines de milliers de Congolais à fuir la province du Nord-Kivu. Les habitants du village de Kimoka sont enfin de retour chez eux.
RDC : Au bord du gouffrePlay video

RDC : Au bord du gouffre

Fatuma Kapuweli, une mère chef de famille et déplacée interne en RDC, craint pour la sécurité et le bien-être de ses enfants.