A Petra, un concert de charité est organisé en hommage à Luciano Pavarotti

Articles d'actualité, 13 octobre 2008

© Naphtalina/Fondazione Luciano Pavaotti
José Carreras et Placido Domingo chantent en mémoire de leur ami Luciano Pavarotti à Petra.

PETRA, Jordanie, 13 octobre (UNHCR) Des stars musicales ont collecté des fonds pour les rapatriés afghans vulnérables, tout en rendant hommage à Luciano Pavarotti, le chanteur d'opéra italien défunt, dans la spectaculaire cité de Petra ce week-end.

D'autres ténors célèbres comme Jose Carreras et Placido Domingo, ont chanté ensemble pour la première fois depuis la mort de Luciano Pavarotti l'année dernière. Ils dirigeaient une formation impressionnante composée de talents musicaux réunis à l'occasion de ce concert organisé dimanche sous le patronage de SAR la Princesse Haya Bint al Hussein de Jordanie, la fille du défunt roi Hussein.

« C'est un privilège et un cadeau merveilleux d'être ici ce soir et de soutenir l'une des causes les plus chères à son cœur : les réfugiés », a dit José Carreras avant de monter sur scène. « J'espère que tout le monde soutient cette cause et cette magnifique idée et que l'aide continuera au-delà du concert donné ce soir pour soutenir ceux qui sont dans le besoin », a ajouté Placido Domingo.

Environ 500 spectateurs, y compris des amis et des membres de la famille de Luciano Pavarotti, la Reine Rania et d'autres membres de la famille royale jordanienne, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres, des diplomates et d'autres fans venant du monde entier, ont été invités à cette soirée musicale magique, ayant lieu le jour qui aurait été le 73ème anniversaire du chanteur.

Des musiciens contemporains comme Sting et l'Italien Zucchero, Jovanotti et Laura Pausini, ont aussi participé au spectacle aux côtés de stars d'opéra du Who's Who, comme Andrea Bocelli, Roberto Alagna, Angela Gheorghia, Cynthia Lawrence et Sherrill Milnes ainsi que les Espagnols Jose Carreras et Placido Domingo, qui avaient formé un trio mémorable avec Luciano Pavarotti. Les musiciens étaient accompagnés par l'orchestre philarmonique de Prague, dirigé par Eugene Kohn.

L'organisatrice du concert, Nicoletta Mantovani, la veuve du défunt Maestro, espère collecter quatre millions d'euros (5,4 millions de dollars) pour financer un programme conjoint HCR/PAM visant à aider quelque 150 000 anciens réfugiés vulnérables en particulier les femmes et les enfants qui sont rentrés chez eux en Afghanistan.

Les projets comprendront la construction de quatre écoles, l'amélioration de l'éducation sanitaire, des séances d'alphabétisation et d'acquisition de compétences ainsi que la mise en place d'une microcentrale hydraulique et de canaux d'irrigation. Le projet qui durera 12 mois commencera en janvier. Le Gouvernement italien a annoncé un don de 2,1 millions d'euros, destiné à soutenir le projet conjoint en Afghanistan.

António Guterres, le chef du HCR, s'est adressé aux invités et il a indiqué que les quatre écoles porteraient toutes le nom de Pavarotti, un soutien majeur qui a œuvré pour collecter des fonds pour le HCR durant de nombreuses années. Notant que les principaux gouvernements dépensaient des « centaines de milliards » pour sauver des banques en faillite, il a dit : « Je pense que ce concert permettra de rappeler au monde que cette même détermination doit être démontrée pour sauver les vies de millions de personnes confrontées aux risques de la faim, des maladies et des conflits. »

Avec pour décor les monuments de Petra de couleur rose, taillés dans la roche, le concert de trois heures à commencé avec José Carreras qui a interprété « Chitarra Romana, » l'un des morceaux favoris de Luciano Pavarotti. Il a ensuite été rejoint par Placido Domingo pour un duo avant l'arrivée sur scène d'autres artistes, dont beaucoup avaient participé à la série de concerts « Pavarotti and friends », des concerts qui avaient permis des collectes de fonds pour le HCR et d'autres causes.

Sting, qui était accompagné par un joueur d'oudh (luth) a interprété sa chanson célèbre « Fields of Gold. » Le musicien britannique a rendu hommage à son ami samedi. « Il avait un gros appétit cet homme ; il avait un gros appétit pour tout. Il avait un appétit pour la vie, qui était aussi accompagné d'un immense générosité d'esprit », a dit Sting. « Luciano était un grand homme. Il avait un grand cœur et sa générosité se transmettait dans sa voix quand nous entendions sa voix, nous étions tous plus riches. »

© Naphtalina/Fondazione Luciano Pavaotti
José Carreras et Placido Domingo chantent en mémoire de leur ami Luciano Pavarotti à Petra.

La Princesse Haya qui, comme l'était Pavarotti, est Messager de la paix des Nations Unies pour son aide aux personnes nécessiteuses, a dit que le grand ténor avait longtemps rêvé de chanter à Petra. « Le choix de Petra renvoie à un rêve commun de mon père défunt et du Maestro [Pavarotti]. Ils ont partagé tous les deux leur amour de la musique, leur amour pour le travail humanitaire et l'aide aux personnes qui sont dans le besoin. Alors cela a été un honneur quand j'ai été approchée par Nicoletta Pavarotti », a-t-elle dit.

Parfois, Luciano Pavarotti était comme présent des images de lui étaient diffusées en continu au-dessus de la scène sur des écrans géants. A un moment, le chanteur populaire italien Zucchero a interprété un duo troublant avec l'image du vieux maître, qui est mort d'un cancer du pancréas à l'âge de 71 ans. « Je peux ressentir son pouvoir magique dans ces lieux », a chanté le baryton américain célèbre, Sherril Milnes, aux spectateurs.

Cette soirée musicale mémorable, ainsi que le vibrant hommage au Maestro, s'est terminée par une diffusion émouvante d'un morceau interprété par Luciano Pavarotti « Nessun Dorma », l'air entraînant extrait de l'opéra de Giacomo Puccini « Turandot », qui avait apporté la célébrité au ténor quand il l'avait chanté lors de la cérémonie d'ouverture de la coupe du monde de 1990 en Italie.

Durant plus de dix ans, Luciano Pavarotti a œuvré pour soutenir les projets du HCR en Afghanistan, au Kosovo, au Pakistan, en Zambie et en Iraq. En reconnaissance de son engagement continu en faveur des réfugiés, Luciano Pavarotti a reçu du HCR en 2001 la distinction Nansen pour les réfugiés.

© Naphtalina/Fondazione Luciano Pavaotti
José Carreras et Placido Domingo chantent en mémoire de leur ami Luciano Pavarotti à Petra.

Par Abeer Etefa à Petra, Jordanie

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

L'envoyé de bonne volonté de l'UNHCR Khaled Hosseini en visite en Afghanistan

L'envoyé de bonne volonté de l'UNHCR Khaled Hosseini s'est rendu en Afghanistan début septembre, pour se rendre compte de l'envergure et de la complexité de l'une des plus grosses opérations de l'UNHCR. Pendant 10 jours, l'écrivain célèbre a passé en revue des projets de l'UNHCR et a rencontré des rapatriés dans les provinces du nord de Kunduz, Baghlan, Balkh, Parwan et Kaboul. Khaled Hosseini, lui-même ancien réfugié afghan, maintenant installé aux Etats-Unis, a noté qu'il faudrait encore du temps et du travail pour que l'Afghanistan puisse offrir aux rapatriés des infrastructures et des services adéquats. Il a exhorté la communauté internationale à poursuivre son engagement envers l'Afghanistan, en lui donnant le temps nécessaire pour la reconstruction.

Khaled Hosseini n'a pas pu se rendre dans le sud et dans certaines régions de l'est, où l'insécurité ralentit le travail de l'UNHCR pour évaluer les besoins et pour fournir une assistance à ceux qui en ont le plus besoin. Depuis 2003, l'UNHCR a aidé plus de quatre millions de réfugiés à rentrer chez eux en Afghanistan. Cette année, environ 300 000 réfugiés afghans sont rentrés du Pakistan. Plus de 900 000 réfugiés afghans se trouvent en Iran, et deux millions au Pakistan.

L'envoyé de bonne volonté de l'UNHCR Khaled Hosseini en visite en Afghanistan

Afghanistan

Dans ce pays ravagé par vingt années de guerre, la vie reprend lentement ses droits. Car pour les réfugiés et les personnes déplacées qui sont rentrés chez eux, le retour n'est qu'un premier pas sur le long chemin de la reconstruction.

Le HCR fournit une assistance aux rapatriés sous forme de kits de première nécessité ainsi qu' une aide à la reconstruction d'abris, une sensibilisation aux dangers des mines anti-personnelles et des vaccins contre diverses maladies. Lentement mais sûrement, sur tout le territoire, les Afghans retrouvent leurs proches, reconstruisent leurs maisons, retournent à l'école et recommencent à travailler. Une nouvelle étape dans leurs vies vient de débuter.

Observez dans cette série le processus de retour, de réintégration, de réhabilitation et de reconstruction en Afghanistan.

Afghanistan

Reconstruire sa vie en Afghanistan

Avec les élections en octobre, 2004 est une année décisive pour l'avenir de l'Afghanistan, avec un nombre record d'Afghans rentrés chez eux. Depuis le début du programme de rapatriement de l'UNHCR et après la chute du régime taliban en 2002, les rapatriés sont au nombre de 3,6 millions dont plus de 2 millions en provenance du Pakistan et plus d'1 million d'Iran. 440 000 déplacés à l'intérieur de l'Afghanistan sont aussi rentrés dans leur région d'origine.

L'UNHCR a mis en place des centres dans tout le pays, premiers points d'accueil des rapatriés qui y recoivent une allocation pour subvenir à leurs premiers besoins, accéder à des soins médicaux et à une sensibilisation au danger des mines antipersonnel.

Dans le cadre de son programme de logement, l'UNHCR fournit des outils et des matériaux aux familles ainsi que des fonds aux rapatriés vulnérables (les infirmes et les veuves âgées), pour la contruction d'un nouveau foyer, souvent retrouvé en ruines au retour.

L'UNHCR finance aussi la reconstruction de bâtiments publics, écoles ou hôpitaux par exemple, ainsi que des programmes d'assainissement de l'eau, de formation professionnelle et d'activités génératrices de revenus.

Reconstruire sa vie en Afghanistan

Afghanistan : L'histoire de MiriamPlay video

Afghanistan : L'histoire de Miriam

Miriam a été réfugiée en Iran pendant six ans. Cette veuve et mère de famille est revenue dans son pays en 2002. Depuis, elle est une personne déplacée dans son propre pays. Sa situation est très précaire.
Angelina Jolie en AfghanistanPlay video

Angelina Jolie en Afghanistan

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie se rend en Afghanistan et appelle à faire davantage pour la réintégration des anciens réfugiés.